10 avril, Jn 3, 7b-15, Naître à la vie éternelle! Comment cela peut-il se faire?

Home / Méditer les écritures / 10 avril, Jn 3, 7b-15, Naître à la vie éternelle! Comment cela peut-il se faire?

Évangile :
En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Il vous faut naître d’en haut.
Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »
Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? »
Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ?
Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.
Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ?
Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme.
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.
Commentaires :
« Ne sois pas étonné si je t’ai dit qu’il vous faut naître d’en haut. » Naître d’en haut, une parole qui suscite bien des résistances à l’esprit tout occupé aux soucis d’en bas. « Comment pouvons-nous naître d’en haut »? Se demandait Nicodème. « Comment cela peut-il se faire? » Comment, comment, toujours le comment et non le pourquoi est-ce ainsi que cela doit se faire? Les choses doivent se faire ainsi parce que ce n’est que d’en haut que ce monde peut trouver la libération de ce qui le retient sous terre. Au jardin de l’origine, Adam a choisi de rompre avec Dieu et de se faire son égal par ses propres moyens. Adam voulait se rendre en haut sans Dieu. Mais comment pouvait-il se rendre dans le Royaume de Dieu sans en connaître le chemin?
Ce n’est que celui qui vient d’en haut qui peut montrer le chemin qui y mène. « Nul n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l’a fait connaître. » (Jn 1, 18) Nul ne peut aller vers Dieu sans que celui qui est tourné vers le sein du Père vienne en bas dans notre chair comme Fils de l’homme, engendré par Dieu, pour se faire le chemin. « Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. »
« Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures, sinon, je vous l’aurais dit; je vais vous préparer une place. Et quand je serai allé et que je vous aurai préparé une place, à nouveau je viendrai et je vous prendrai près de moi, afin que, là où je suis, vous aussi, vous soyez. Et du lieu où je vais, vous savez le chemin. »Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin? » Jésus lui dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jn 14, 2-6)
Comment naître d’en haut Nicodème? En prenant Jésus comme Chemin pour renaître, en entrant dans la matrice du baptême de sa mort et ressusciter avec lui. Pourquoi les choses doivent-elles se faire ainsi? Il en est ainsi parce que le Fils de l’homme vient accomplir tout ce qui est écrit en bas sous l’inspiration de l’Esprit pour assurer cette recréation du monde.
« Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé et que je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Voici le pain descendu du ciel; il n’est pas comme celui qu’ont mangé les pères et ils sont morts; qui mange ce pain vivra à jamais. »
Après l’avoir entendu, beaucoup de ses disciples dirent : « Elle est dure, cette parole! Qui peut l’écouter? » Mais, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce propos, Jésus leur dit : « Cela vous scandalise? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant?… C’est l’esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. » (Jn 6, 56-63)
Nos cœurs murmurent, s’indignent, se choquent devant les propositions de Jésus pour nous faire renaître à la vie éternelle, pourtant qui peut nous assurer cette renaissance parmi les meilleurs dans le monde d’en bas? Y a-t-il un savant, un saint, un prophète, un sage, un raisonneur qui puissent éviter le tombeau avec tous ceux qui y sont déjà? Le pain qu’ont mangé vos pères a prolongé leurs vies, mais en rien ne les a préservés de la mort. Comment ce monde mortel peut-il retrouver la vie, sinon par celui qui est la source de la vie? Ce Dieu vivant qui a donné naissance à la vie est extérieur au monde créé puisqu’il était avant le monde? « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. Il était au commencement avec Dieu. Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut. Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. » (Jn 1, 1-4)
Celui qui fait naître d’en haut, vient de plus haut que ce qu’il y a de plus haut dans cet univers, puisqu’il était avant que le monde soit, il est la Vie qui a donné la vie a tout ce qui existe. Dieu n’est pas un extra-terrestre, il est extra-univers, il est en tout, car tout subsiste par lui, mais il est hors de cet univers, là où est la vie de la Vie, la lumière de la Lumière. Écoutez Jean témoigner de cela : « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie; — car la Vie s’est manifestée : nous l’avons vue, nous en rendons témoignage et nous vous annonçons cette Vie éternelle, qui était tournée vers le Père et qui nous est apparue — ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. Quant à notre communion, elle est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ. » (1 Jn 1,1-3)
Nicodème entend le pas de Dieu dans le jardin, comme Adam, notre père à tous l’a entendu et s’est caché pour ne pas montrer sa nudité sans Dieu. Nicodème entend que le Christ Jésus vient nous revêtir du vêtement de l’innocence en prenant sur lui notre honte, nos ruptures, nos violences pour les guérir dans ses blessures sur l’arbre de la croix.
« Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comme croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel? » N’est-ce pas l’Écriture qui s’accomplit, Nicodème, sur cette terre où tes yeux peuvent voir l’enfant dans la crèche, l’étoile des mages, le vin des noces de Cana? Tu peux voir que l’Écriture s’accomplit sur la terre sans pouvoir voir la lumière de la vie dans cet enfant, tu ne peux qu’accepter d’y croire et dire oui, avec Marie des merveilles que Dieu accomplit en tenant toutes ses promesses pour le salut de la multitude. Tu peux comme Hérode le Grand faire venir les docteurs de la loi pour savoir si c’est bien à Bethléem que doit naître celui qui vient d’en haut pour nous faire renaître et vouloir sa mort.
« Et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie. » (…) « Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas accueilli. » (Jn 1, 5.10-11)
Vous pouvez bien manger du fruit de l’arbre d’en bas pour tenter de monter au plus haut afin de vous asseoir sur le trône de Dieu, vous ne serez toujours qu’une idole. Ce trône appartient à l’amour, au Dieu amour et le Fils de l’homme viendra y prendre place comme Agneau Immolé. Le Fils de Dieu se fait homme pour être le « premier-né d’entre les morts» par la puissance de l’Esprit de Dieu qui est en haut afin que par lui la multitude puisse renaître à la vie d’en haut et entrer dans le Royaume du Père. «Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu – et ils sont justifiés par la faveur de sa grâce en vertu de la rédemption accomplie dans le Christ Jésus: Dieu l’a exposé, instrument de propitiation par son propre sang moyennant la foi; il voulait montrer sa justice, du fait qu’il avait passé condamnation sur les péchés commis jadis au temps de la patience de Dieu; il voulait montrer sa justice au temps présent, afin d’être juste et de justifier celui qui se réclame de la foi en Jésus.» ( Ro 3, 23-26)
La vie est tellement belle, Dieu l’a créé tellement bonne, qu’aucun homme ne peut tailler ce diamant sans Dieu sans lui porter des coups qui le réduisent à la poussière.
Il n’y a que le Fils de Dieu s’incarnant dans la beauté de l’être humain, sa créature, qui peut lui rendre sa splendeur en le faisant renaître par lui.
Adam a bien découvert sa nudité sans Dieu et son incapacité de garder le chemin du bien qui garde la vie à tout ce qui l’entoure. Nous ne parvenons pas à tirer de l’énergie de la terre pour vivre sans causer de pollution. Toute la planète aujourd’hui est menacée par nos activités, sans que nous voulions sa mort. « Le bien que nous voulons, nous ne parvenons pas à le faire et le mal que nous ne voudrions pas faire, nous le faisons. » (Ro 7, 19) Adam a bien été mordu par le serpent, père du mensonge, en mordant dans le fruit interdit. Il est devenu esclave de ce prince du monde fondé sur un mensonge : Dieu ne vous aime pas, il veut se servir de vous. Mensonge qui a brisé cette communion avec Dieu, source de vie et ainsi la mort a fait son nid dans le cœur de l’homme. Qui pourra apporter la guérison de cette blessure mortelle à son âme et à son corps?
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle.
L’homme renaîtra dans la mort, de la mort du Fils de l’homme venu d’en haut afin de ressusciter avec lui par la puissance de l’Esprit qui l’a engendré et de la volonté du Père.
Nicodème entend ce qui est encore inaudible pour lui, mais il verra comme plusieurs autres le Fils de l’homme élevé sur la croix et accomplissant ainsi l’Écriture : « Car cela est arrivé afin que l’Écriture fût accomplie : Pas un os ne lui sera brisé. Et une autre Écriture dit encore : Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé. Après ces événements, Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par peur des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Pilate le permit. Ils vinrent donc et enlevèrent son corps. Nicodème — celui qui précédemment était venu, de nuit, trouver Jésus — vint aussi, apportant un mélange de myrrhe et d’aloès, d’environ cent livres. » (Jn 19, 36-39)
En contemplant le Christ dans cette obscurité, Nicodème ouvrira les yeux de son cœur à la lumière de la résurrection qui vient, comme il était écrit et comme Jésus l’avait dit :
« Ne craignez point, vous : je sais bien que vous cherchez Jésus, le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité comme il l’avait dit. Venez voir le lieu où il gisait, et vite allez dire à ses disciples : Il est ressuscité d’entre les morts, et voilà qu’il vous précède en Galilée; c’est là que vous le verrez. Voilà, je vous l’ai dit. »
NDC