10 juillet, Mt 9,32-38 : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël! »

Home / Méditer les écritures / 10 juillet, Mt 9,32-38 : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël! »

Évangile :
On présenta à Jésus un possédé qui était muet.
Lorsque le démon eut été expulsé, le muet se mit à parler. La foule fut dans l’admiration, et elle disait : « Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël! »
Mais les pharisiens disaient : « C’est par le chef des démons qu’il expulse les démons. » Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité.
Voyant les foules, il eut pitié d’elles parce qu’elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger. Il dit alors à ses disciples : « La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maitre de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »
Commentaires :
Jésus voit les foules, elles sont fatiguées et abattues, comme une armée en fuite devant un ennemi trop puissant qui sans relâche les poursuit.
L’ennemi s’amuse à voir les armes dérisoires dont ils se servent pour se protéger dans leur fuite. Il est déjà au milieu d’eux, s’insinuant, se faufilant en leurs yeux pour les rendre aveugles. L’adversaire n’épargne aucun des sens des brebis en fuite devant la horde de loups. Il se joue de leur course sur des chemins d’obscurité. Il les devance et se sert des plus aveugles d’entre eux pour en faire leurs guides et les conduire là où ils seront dévorés avec tout le troupeau. « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui acquittez la dîme de la menthe, du fenouil et du cumin, après avoir négligé les points les plus graves de la Loi, la justice, la miséricorde et la bonne foi; c’est ceci qu’il fallait pratiquer, sans négliger cela. Guides aveugles, qui arrêtez au filtre le moustique et engloutissez le chameau. Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui purifiez l’extérieur de la coupe et de l’écuelle, quand l’intérieur en est rempli par rapine et intempérance! » (Mt 23, 23-25)
L’adversaire garde bien les guides aveugles à toute intériorité, à ce qui est miséricorde, justice, paix, générosité pour bien les utiliser à assujettir le troupeau à des règles qui ne servent que leurs intérêts et au bout du compte à celui qui les maintient dans cet esclavage du péché.
Qui peut se prétendre plus fort que le père du mensonge qui s’est joué d’Adam et l’a entraîné au dehors de l’unité avec Dieu, pour le laisser seul et nu au milieu du jardin, aveugle à l’amour de Dieu par qui il subsiste ?
« Il y eut un homme envoyé de Dieu; son nom était Jean. Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. Celui-là n’était pas la lumière, mais il avait à rendre témoignage à la lumière. » (Jn 1, 6-8) Cet homme était envoyé pour annoncer que pour être plus fort que celui qui rendait muet, sourd, aveugle, paralysé, il fallait se repentir de prétendre pouvoir se mesurer à plus fort en feignant l’ignorance.
« Produisez donc un fruit digne du repentir et ne vous avisez pas de dire en vous-mêmes : “Nous avons pour père Abraham.” Car je vous le dis, Dieu peut, des pierres que voici, faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu. Pour moi, je vous baptise dans de l’eau en vue du repentir; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d’enlever les sandales; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. » (Mt 3, 8-11)
Il vous baptisera dans sa mort, là où il descendra pour vous, pour y déposer le feu de l’amour dont il est aimé par le Père et dont il aime le Père, afin que par la puissance de l’Esprit qui les unit, il soit pour nous le premier-né d’entre les morts.
Les guides aveugles, de peur de perdre ce qu’ils pensent tenir sans voir qu’ils sont esclaves, diront que Jésus rend au muet la parole par Béelzéboul.
« Mais si, moi, c’est par Béelzéboul que j’expulse les démons, vos fils, par qui les expulsent-ils? Aussi seront-ils eux-mêmes vos juges. Mais si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le Royaume de Dieu est arrivé jusqu’à vous. Lorsqu’un homme fort et bien armé garde son palais, ses biens sont en sûreté; mais qu’un plus fort que lui survienne et le batte, il lui enlève l’armure en laquelle il se confiait et il distribue ses dépouilles. » (Lc 11, 19-22)
Jésus, pour dévoiler qu’il était celui dont Jean témoignait et qui venait nous libérer de l’esclavage de la mort et du mal, allait dans tous les villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité.
Jean envoie ses disciples demander à Jésus : « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre? » Jésus leur répondit : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres; et heureux celui qui ne trébuchera pas à cause de moi! » (Mt 11, 3-6)
Jésus suscite l’admiration dans les foules fatiguées et abattues, tandis que les pharisiens deviennent aigres et veulent sa mort pour ne pas perdre les biens provisoires que le prince de ce monde leur offre pour les maintenir sous son emprise. Les pharisiens veulent un plus fort qui manifeste sa force par la victoire et non un plus fort qui se fait faible en ce monde et plus fort dans la mort pour les conduire.
« Si vous ne croyez pas quand je vous dis les choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous dirai les choses du ciel? Nul n’est monté au ciel, hormis celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l’homme, afin que quiconque croit ait par lui la vie éternelle. » (Jn 3, 12-15) Croire en la puissance de Dieu qui se fait faible pour témoigner de la puissance de l’amour sur l’ennemi pour le vaincre. Croire au don de soi pour nous guider jusqu’à la mort sur la croix pour faire briller la lumière de l’Astre d’en haut dans les ténèbres. Croire en celui qui meurt d’amour pour être victorieux du plus fort et devenir témoin de l’amour.
« La moisson est abondante, et les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maitre de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. » La moisson est abondante et peu nombreux les ouvriers qui veulent s’offrir avec le Fils de Dieu qui donne sa vie pour nous selon la volonté du Père.
« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Qui croit en lui n’est pas jugé; qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu. » (Jn 3, 16-18)
Dieu a tant aimé le monde, que les ouvriers qu’il envoie, il leur demande de se donner avec son Fils en rançon pour les autres. N’est-ce pas le prix que Jean Baptiste a payé pour servir avec Jésus la foule épuisée par l’esclavage? Sa tête a roulé par terre et a été déposé dans un plat, tout comme Pierre a été élevé sur une croix, lui qui nous dit : « Soyez sobres, soyez vigilants : votre adversaire, le démon, comme un lion qui rugit, va et vient, à la recherche de sa proie. Résistez-lui avec la force de la foi, car vous savez que tous vos frères, de par le monde, sont en butte aux mêmes souffrances. » (1 Pi 5, 8-9)
« Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »
NDC