11 fév, Mc 7, 1-13, Jésus et la tradition des anciens.

 In Méditer les écritures


Évangile :

Les pharisiens et quelques scribes étaient venus de Jérusalem. Ils se réunissent autour de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées.- les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, fidèles à la tradition des anciens; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de cruches et de plats.-

alors les pharisiens et les scribes demandent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens? Ils prennent leurs repas sans s’être lavé les mains? » Jésus leur répond : « Isaïe a fait une bonne prophétie sur vous, hypocrites, dans ce passage de l’Écriture : ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. Il est inutile, le culte qu’ils me rendent; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains. Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. »

 (…)

Commentaires :

« Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas. » (Lc 13, 24) La porte est étroite, car notre regard voit plus aisément ce qui est accessoire que l’essentiel. Le paraître nous saute aux yeux pour s’approprier notre attention et rendre notre esprit étroit, sans ouverture pour voir au-delà des apparences. 

Les pharisiens et quelques scribes encerclent Jésus et ses disciples comme le ferait une bande de loups pour dévorer un petit troupeau de brebis. Ils viennent déguiser en brebis, mais au-dedans ce sont des loups voraces. 

Elle est étroite la porte pour demeurer dans l’essentiel, pour garder un regard pur de toute interprétation privilégiant notre manière de voir. Un premier grognement se fait entendre, un pharisien montre ses crocs. Qui peut aller à l’encontre de la loi sans être dans son tort? « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens? Ils prennent leurs repas sans s’être lavé les mains? Ils sont bien convaincus que la morsure est mortelle avec cette question.

La porte est étroite pour voir l’essentiel, pour garder son regard vers l’intérieur. L’esprit est étroit par ailleurs pour dévorer les autres et demeurer dans sa suffisance. 

Jésus leur fera bien distinguer le dedans du dehors, l’accessoire de l’essentiel, le paraître de l’être, ce qui vient de Dieu et ce qui n’est que tradition des hommes! Hypocrites! Ils feignent volontairement un comportement pour leurs intérêts. Ils ne cherchent en rien le vrai, le, mais ce qui leur est utile. L’esprit est étroit lorsqu’il est en quête de son plaisir, de son gain, de la conservation de soi et de ses privilèges. 

Ils viennent déguiser en brebis avec leur statut social et ce sont des loups voraces qui n’ont de cesse de dévorer le bien et les biens de tous ceux qui les approchent. 

La porte est étroite pour demeurer dans l’esprit des commandements de Dieu. Il est facile de s’approprier ces commandements et d’en faire une tradition, tout à notre intérêt. Jésus prendra comme témoin le prophète Isaïe qui voilà 600 ans avant lui dénonçait cette déviation du commandement de Dieu en préceptes tout humain. 

La porte est étroite pour voir au-delà des apparences et demeurer dans l’amour à l’égard de l’autre. Cet aveuglement sur notre prochain dévoile une cécité encore plus grande envers Dieu, invisible à nos yeux. 

Comment accéder à un regard qui passe par la porte étroite pour rencontrer l’autre et le reconnaître digne de notre amour le plus sincère? 

Il n’y a que la connaissance de nous-mêmes qui peut nous mettre à genoux comme le dit Mère Térésa (SrTeresa de Calcutta  Prayer : Seeking the Heart of God, avec Frère Roger [trad. La prière, fraîcheur d’une source] La connaissance de Dieu produit l’amour, et la connaissance de soi produit l’humilité. L’humilité n’est rien d’autre que la vérité. 

À ignorer la connaissance de la nature humaine, les pharisiens se sont appropriés des commandements de Dieu pour en faire des préceptes humains qui éloignent de l’amour qui résume tout l’Ancien Testament : “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’il y a dans l’Écriture — dans la Loi et les Prophètes — dépend de ces deux commandements.” [Mt 22, 37-40] 

La porte étroite n’est-ce pas cet amour de Dieu et de l’autre comme nous-mêmes? Jésus rend possible que nous puissions la traverser cette porte par le don de sa vie qui nous obtient la grâce d’y passer aisément. C’est pourquoi le commandement nouveau nous dit : “Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. [Jn 13, 34]

NDC