11 juillet, Mt 10,7-15. Sur votre route

 In Méditer les écritures


Évangile :
Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche.
Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement.
Ne vous procurez ni or ni argent, ni petite monnaie pour en garder sur vous ; ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. Car le travailleur mérite sa nourriture.
Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez chez lui jusqu’à votre départ.
En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle.
Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous.
Si l’on refuse de vous accueillir et d’écouter vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, en secouant la poussière de vos pieds.
Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville.
Commentaires :

Il ne faut pas attendre le jour du Jugement pour vivre dignement la vie que nous avons reçue gratuitement, ce jour où personne ne pourra se vêtir d’artifices pour se donner de la valeur aux yeux des autres, ce jour où le malade se confondra avec l’athlète, le riche avec le pauvre, le beau avec le laid… Tout le monde, nu dans la lumière véritable. Ce jour dévoilera le vrai visage celui de l’âme et c’est ce visage qui se manifestera à l’extérieur… Le visage lifté sera révolu, le visage du fourbe qui trompait avec ses airs d’agneaux sera démasqué… 

Il ne faut pas attendre le jour du Jugement pour se rendre digne d’entendre ce qui est vrai… Comment nous rendons-nous digne d’entendre, de voir, de goûter à ce qui pareil au dedans qu’au dehors. C’est en cherchant à agir selon notre conscience avec authenticité sans rien attendre d’autre que de témoigner du vrai à notre mesure. C’est tout autant en ne faisant pas aux autres ce que nous ne voudrions pas que les autres nous fassent, c’est encore plus en aimant d’un amour détaché. N’emportez rien pour la route sinon votre âme et votre cœur, votre esprit et le reste va venir  par surcroît.  L’argent, le vêtement, la force, l’assurance n’ont rien à voir avec la dignité d’être le même au dedans qu’au dehors. Dites-moi quel bébé a plus de dignité qu’un autre dans sa nudité, l’enfant du roi ou l’enfant du charpentier? Quel enfant est le plus riche d’amour dans les bras de sa maman, sous le regard de son papa?  Entrez dans la maison du roi, comme dans la maison du charpentier, et donnez-lui votre paix, celle qui vous rend riche dans votre nudité, et vous verrez dans quelle maison votre paix reviendra sur vous et ira se répandre comme la lumière d’une lampe dans toute la maison.

NDC