11 oct, Mt 22, 1-14 : L’invitation aux noces du fils du roi!

 In Non classé


Évangile :

Jésus se remit à parler en paraboles : « Le Royaume des cieux est comparable à un roi qui célébrait les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs pour appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : < Voilà : mon repas est prêt, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés; tout est prêt : venez au repas de noce.> Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce; les autres empoignèrent les serviteurs les maltraitèrent et les tuèrent.

Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et brûla leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : < Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les au repas de noce.> Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives.

Le roi entra pour voir les convives. Il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce, et lui dit : < Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce? > L’autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs : < Jetez-le, pieds et poings liés, dehors dans les ténèbres; là il y aura des pleurs et des grincements de dents.>

Certes, la multitude des hommes est appelée, mais les élus sont peu nombreux. »

Commentaires :

Le Royaume des cieux n’a rien de comparable avec tous les royaumes du monde avec leur gloire. Le prince de ce monde le sait bien, c’est pourquoi il offre à Jésus, lors de la tentation au désert, tous les royaumes de la terre pour une seule prosternation. « Tout cela, je te le donnerai, si, te prosternant, tu me rends hommage. » (Mt 4, 8-9) Comment un geste aussi simple que de se mettre à genoux peut-il valoir plus que toutes les richesses de ce monde? Ce n’est pas le geste qui est précieux, c’est ce qu’il contient en le faisant. Celui qui se prosterne remet sa vie à celui devant qui il plie le genou. Il dépose ce qu’il est, son âme, son identité. Il ne pourra plus être lui-même. Il aura beau être roi, il sera au service de celui devant qui il s’est prosterné et à qui il a remis sa liberté pour quelques sous. 

Le Royaume des cieux et son Roi n’ont rien de comparable avec les rois de ce monde tout comme l’invitation aux noces de son fils n’a rien de comparable avec une invitation d’un roi de ce monde. Recevoir une invitation au mariage d’un prince de ce monde est un honneur pour celui qui la reçoit. Les noces du prince Williams et du prince de Monaco dernièrement l’ont bien montré. Les puissants de ce monde se disputent pour recevoir une invitation. Les gens simples se précipitent pour voir le prince et sa princesse. Certains veilleront la nuit entière pour avoir une place à l’extérieur du lieu de la noce dans le seul but d’apercevoir, d’entrevoir les époux. 

Le Royaume de cieux est comparable à un roi qui n’a pas l’apparence d’un roi en ce monde et qui pourtant est le seul roi, « le Bienheureux et unique Souverain, le Roi des rois et Seigneur des seigneurs, le seul qui possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul d’entre les hommes n’a vu ni ne peut voir. À lui appartiennent honneur et puissance à jamais! Amen. » (1 Tim 6, 15-16) Ce roi qui est le Seigneur des seigneurs passe inaperçu en ce monde et les puissants refusent l’invitation aux noces du fils du Roi des rois. « Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas accueilli. » (Jn 1, 10-11) Les invités ne veulent pas venir aux noces d’un Roi qui vient sans éclat, sans armée, sans prestige apparent : « Dites à la fille de Sion : Voici que ton Roi vient à toi; modeste, il monte une ânesse, et un ânon, petit d’une bête de somme. » (Mt 21, 1-5)  

Comment reconnaître le Roi des rois sur une ânesse? « Vous savez que les princes des nations asservissent et que les grands les tiennent sous leur puissance. Il n’en sera pas ainsi parmi vous; au contraire, celui qui voudra devenir grand parmi vous, sera votre serviteur, et celui qui voudra être le premier d’entre vous, sera votre esclave. C’est ainsi que le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour une multitude. » (Mt 20, 25-28) Le Roi des rois vient en serviteur pour donner sa vie en rançon afin que tous ceux qui se sont prosternés devant le Prince de ce monde se relèvent par sa grâce et retrouve la vie. < Voilà : mon repas est prêt, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés; tout est prêt : venez au repas de noce.> Ce repas de grâce pour ceux qui sont repus des nourritures terrestres n’a pas d’attrait. Les invités préfèrent retourner à leurs affaires, demeurant dans l’indifférence de la richesse incomparable du trésor qui leur était offert dans cette invitation aux noces du Fils du Roi des rois. C’est celui qui se met au service des autres qui peut reconnaître le Roi des rois qui vient pour servir. C’est celui qui cherche la justice, la paix : « Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le Royaume des Cieux est à eux. » (Mt 5, 3) « Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux. » (Mt 5, 10) « Car je vous le dis : si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux. » (Mt 5, 20) 

Le Roi n’invitait pas d’abord les puissants de ce monde pour leur situation privilégiée, mais pour leur confier la responsabilité de multiplier les festins en son nom pour tous les habitants du monde. C’est un règne de justice qu’il vient établir en son Fils et son épouse c’est l’humanité tout entière. Personne n’est oublié. Devant le refus de privilégiés, il envoie ses serviteurs chercher tous ses enfants, pauvres, estropiés, bons comme méchants pour les conduire à la table du festin où ils seront lavés par le sang du Fils de toutes leurs fautes. 

« Eh bien! je vous dis que beaucoup viendront du levant et du couchant prendre place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des Cieux, tandis que les fils du Royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures : là seront les pleurs et les grincements de dents. »  Puis il dit au centurion : « Va! Qu’il t’advienne selon ta foi! » Et l’enfant fut guéri sur l’heure. » (Mt 8, 11-13)

Il faut d’abord chercher la justice, l’amour, la paix avant les royaumes de ce monde pour reconnaître dans la foi, le Fils de Dieu qui vient sur le dos d’une ânesse se livrer comme Agneau pascal et devenir festin de vie éternelle. 

« Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.   Ne vous inquiétez donc pas du lendemain : demain s’inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. » (Mt 6, 33) Cherchez d’abord à voir la réalité non apparente, la réalité du cœur, de l’amour, de la justice par la foi. 

… « Que dirons-nous donc d’Abraham, notre ancêtre selon la chair? Abraham tint sa justice des oeuvres, il a de quoi se glorifier. Mais non au regard de Dieu! Que dit en effet l’Écriture? Abraham crut à Dieu, et ce lui fut compté comme justice. (Ro 4, 2-3) Dieu est Amour, il n’est qu’amour. Il n’est pas festin que pour ceux qui réussissent dans la vie, mais pour tous, car il se charge de prendre sur lui la réussite de chacun par sa mort sur la croix et sa résurrection. 

“Pour toi, homme de Dieu, fuis tout cela. Poursuis la justice, la piété, la foi, la charité, la constance, la douceur. Combats le bon combat de la foi, conquiers la vie éternelle à laquelle tu as été appelé.” (1 Tim 6, 11-12) Laisse le “struggle for life” à ceux qui se croient rois et qui se prosternent devant le prince de ce monde en lui remettant ce qu’ils ont de plus précieux en échange.

“Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, de sorte que ce que l’on voit provient de ce qui n’est pas apparent.”(Hé 11, 3)

“Je t’en prie devant Dieu qui donne la vie à toutes choses et devant le Christ Jésus qui, sous Ponce Pilate, a rendu son beau témoignage, garde le commandement sans tache et sans reproche, jusqu’à l’Apparition de notre Seigneur Jésus Christ, que fera paraître aux temps marqués le Bienheureux et unique Souverain, le Roi des rois et Seigneur des seigneurs, le seul qui possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul d’entre les hommes n’a vu ni ne peut voir. À lui appartiennent honneur et puissance à jamais! Amen.” (1 Tim 6, 11-16)

NDC