12 avril, Jn 3, 31-36 : Qui peut parler de Dieu sinon celui qui vient de Dieu !

Home / Méditer les écritures / 12 avril, Jn 3, 31-36 : Qui peut parler de Dieu sinon celui qui vient de Dieu !

Évangile :
Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tout. Celui qui vient du ciel rend témoignage de ce qu’il a vu et entendu, et personne n’accepte son témoignage. Celui qui est de la terre est terrestre et il parle de façon terrestre.
Mais celui qui accepte son témoignage certifie par là que Dieu dit la vérité. En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans compter. Le Père aime le Fils et a tout remis dans sa main. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui refuse de croire en lui ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.
Commentaires :
Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tout, non d’une manière spatiale comme l’astronaute dans son vaisseau. Il est au-dessus de tout, non seulement de la planète, mais de l’univers entier et en même temps, il est la vie, le mouvement et l’être de tout, c’est ainsi qu’il est au-dessus de tout en étant au-dedans de tout et au-dehors de tout à la fois.
Dieu que nul œil de créature
N’a jamais vu,
Nulle pensée jamais conçu,
Nulle parole ne peut dire,
C’est notre nuit qui t’a reçu :
Fais que son voile se déchire. (Hymne de l’Office des lectures)
Celui qui vient d’en haut, c’est dans notre nuit que le recevons d’en bas. Aucun microscope ne peut le saisir dans la profondeur de l’infiniment petit, ni aucun télescope dans l’infiniment grand, il déborde tout et soutient tout par son Esprit. Pourquoi es-tu descendu d’auprès du Père dans cette dimension où un voile couvre ton indispensable amour qui nous donne la vie à chaque instant?
« Tu n’as pas dit que l’homme croisse,
vers son néant,
Mais tu as fait, en descendant,
Qu’il ne se heurte à son impasse :
Tu as frayé le beau tournant
Où tout au monde n’est que grâce. » (ibid)
Il vient ouvrir l’impasse de la mort qui se dresse devant nous afin que nous puissions croître dans son amour. Il vient ouvrir l’impasse de la haine qui nous divise et nous éloigne de l’unité où nous serons tout en tous avec celui qui est notre Tout.
« Comment peux-tu nous supporter,
rester lent à la colère,
et de l’ailleurs où tu te tiens
voir ici nos moindres gestes?
Comment si haut et de si loin
Ton regard suit-il nos actes? (hymne du livre des Heures)
Qui d’autre que celui qui vient du ciel peut rendre témoignage de ce qui est en haut? Il a vu et entendu, il sait de quoi il parle comme Jean l’évangéliste lorsqu’il déclare : “Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché c’est le Verbe, la Parole de la vie. Oui, la vie s’est manifestée, nous l’avons contemplée, et nous portons témoignage : nous vous annonçons cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous. Ce que nous avons contemplé, ce que nous avons entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Et nous, nous sommes en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. » (1 Jean 1:1 -3)
Jean qui est d’en bas comme nous certifie qu’il a vu et entendu la Parole de Dieu. Serait-il un menteur? Comment pourrait-il mentir, lui qui a vu le Christ transfiguré, qui a vu Jésus mort sur la croix et ressuscité trois jours après sa mort? Où est l’intérêt pour lui de mentir? Retire-t-il du pouvoir de ce témoignage, de la richesse, de la gloire en ce monde? Il témoigne de ce qu’il a vu et entendu pour que nous soyons en communion avec lui et avec la source de vie dont il témoigne. Jean certifie par là que Jésus dit vrai et qu’il est vraiment Dieu fait homme.
Dieu, ce monde était encore absent
Que déjà depuis toujours,
Toi, Parole en nos commencements,
Tu portais le poids des choses;
Toi qui penses, toi qui crées,
L’univers en toi repose.’ (Hyme du Livre des Heures)
Le Père aime le Fils, il l’aime d’un amour parfait, entier c’est pourquoi celui qui voit le Fils voit le Père comme Jésus dit à Philippe qui lui demande de voir le Père. Comment ne pas voir que celui qui reconnaît le Fils a la vie éternelle puisque le Fils se donne pour que nous devenions fils et fille de Dieu par lui.
Le divin Fils se fait humain afin que les fils humains se divinisent et ainsi reçoivent la vie qui vient d’en haut.
O toi, l’au-delà de tout,
n’est-ce pas là tout ce qu’on peut chanter de toi?
Quel hymne te dira, quel langage?
Aucun mot ne t’exprime.
À quoi l’esprit s’attachera-t-il?
Tu dépasses toute intelligence.
Seul, tu es indicible,
Car tout ce qui se dit est sorti de toi.
Tous les êtres,
Ceux qui parlent et ceux qui sont muets, te proclament.
(…) Tout ce qui demeure demeure par toi;
par toi subsiste l’universel mouvement.
De tous les êtres tu es la fin;
Tu es tout être, et tu n’en es aucun.
Tu n’es pas un seul être,
Tu n’es pas leur ensemble.
Tu as tous les noms, et comment te nommerais-je,
Toi le seul qu’on ne peut nommer?
Quel esprit céleste pourra pénétrer les nuées qui couvrent le ciel même?
Prends pitié,
O toi, l’au-delà de tout,
N’est-ce pas tout ce qu’on peut chanter de toi?
(Hymne de l’office des lectures du livre des Heures)
La colère de Dieu demeure sur celui qui refuse de croire, car comment subsister dans la paix et la joie en refusant celui en qui tout subsiste? Comment ne pas voir la grandeur de la dignité de l’être humain pour que Dieu, qui est au-delà de tout, respecte infiniment la volonté de chacune de ses créatures de l’accepter ou de le refuser? Comment ne pas voir son amour infini, son humilité, sa douceur dans cette colère qui veut à la fois nous inviter fortement tout en respectant notre liberté?
‘Que votre coeur cesse de se troubler, vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi’ (Jn 14,1)

NDC