12 fév, Mt 5, 17-37: Le mensonge et le virus

 In Méditer les écritures

Évangile :

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.
Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux.
Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu.
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.
Vous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son cœur.
Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.
Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s’en aille pas dans la géhenne.
Il a été dit encore : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère.
Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.
Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi.
Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais.

Commentaires :

Jésus dit qu’il n’est pas venu abolir mais accomplir. L’histoire de l’humanité est toute jeune en comparaison avec l’histoire de l’univers depuis le big bang. Ce n’est pas le cas de Dieu qui est sans commencement ni fin. Celui qui est sans âge, n’est ni jeune, ni vieux, il est de toute éternité. L’univers est jeune dans sa main et l’humanité tout autant.

Jésus ne vient pas abolir, mais accomplir ce qu’il a inspiré à la matière, tout comme à l’esprit. « Dieu vit que cela était bon », raconte le récit de la création. Oui, tout est bon dans l’univers et tout s’oriente vers un plus être.

Un mensonge a suffi à perturber le cours de l’ensemble vers son plein épanouissement dans le bon, le vrai, le beau et l’unité. « Vous ne mourrez pas! Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme Dieu, connaissant le bon et le mauvais. » (GN 3, 4)

Un mensonge, quelques mots qui font apparaître une chose qui n’a pas d’existence en soi, mais qui peut, malgré son inexistence, modifier la réalité. Vous ne mourrez pas en vous séparant de Dieu. Se séparer de Dieu, c’est aussi s’éloigner des autres, se diviser d’avec les autres et c’est bien des propos de division que dira Adam pour sa défense : « La femme que tu m’as donnée, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. » (GN 3, 12) Un seul mensonge a suffi pour causer le désordre dans l’ensemble de l’unité du Tout. Nous le savons bien lorsqu’il s’agit de notre santé, qu’un seul microbe, un seul virus suffit pour rendre malade tout notre corps. Un seul virus dans un coin du monde peut se répandre et contaminer toute la planète.

Un seul mensonge par un être créé et voilà que toute la réalité du monde se désorganise du début à la fin et dévie de son sens. Le mensonge aboutit toujours au vide d’où il vient. Demander aux investisseurs qui ont cru aux mensonges de certains escrocs. C’est la ruine qui arrive à plus ou moins brève échéance.

Alors, comment sortir de ce mensonge maintenant qu’il est bien ancré dans notre réalité?

Dieu n’a pas abandonné sa création et ses créatures à l’emprise du menteur et à la ruine. Il interviendra à l’instant.

Jésus ne vient donc pas abolir sa propre action dans la première alliance. Il vient accomplir ce qui avait été annoncé pour mettre fin à la contamination du mensonge. Au fruit interdit de l’arbre de la connaissance se substitue le fruit de la croix à cueillir dans la foi. Cette fois, il faut manger pour avoir la vie, il faut manger du fruit de l’arbre de vie pour accéder à la vie : « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas la vie en vous. » (Jn 6, 54)

Tout comme il a suffi de croire à un mensonge pour introduire le mal et la mort dans l’humanité, il suffira de croire à la vérité de Dieu qui nous dit son amour. Cet amour n’exige aucun mensonge, ni le moindre désir de mensonge pour mener à sa plénitude joie.

Jésus vient accomplir ce que le prophète annonçait en ouvrant la Mer

pour faire passer le peuple à pied sec. Il ouvre un passage dans la mort pour nous mener à la vie. Moïse a ouvert une source dans le désert, Jésus ouvre son coeur sur la croix pour faire jaillir la source d’eau jaillissante en vie éternelle. Le prophète a élevé un serpent d’airain au désert pour guérir tous ceux qui étaient mordus par des serpents, Jésus élève sa croix pour attirer à lui tous les êtres… « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel; c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » (Jn 6,32-35)

Jésus n’est pas venu abolir la loi, mais l’accomplir afin que les moindres traces du mensonge retournent au vide d’où il vient.

Nous le savons, le moindre petit virus peut nous tuer notre corps. Ainsi, le moindre mensonge qui ne conserve pas l’unité de tous en Dieu, en son Fils dans l’Esprit-Saint nous sépare de la vie.

Eh bien moi, je vous dis : « Tout homme qui regarde une femme et la désire » est déjà sorti de l’unité avec tous. Toute personne qui entretient la moindre petite haine envers l’autre est déjà dans la solitude. Qui peut entrer dans la communion avec tous les saints lorsqu’il est dans la désunion dans son cœur avec son prochain.

Nous ne faisons pas de compromis avec les microbes, il faut agir avec autant d’attention avec le mensonge.

Monter l’Everest est un jeu d’enfant à comparer avec la montée que Jésus nous demande : c’est la perfection du cœur qu’il faut atteindre!

« De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux » : « Mais alors, qui peut être sauvé? »Jésus les regarde et répond : « Pour les hommes, cela est impossible, mais pas pour Dieu; car tout est possible à Dieu. » ( Mc 10 26-27)

NDC