12 sept, Lc 6, 12-19 : Ne craignez rien, Jésus a fondé son Église pour toujours!

Home / Méditer les écritures / 12 sept, Lc 6, 12-19 : Ne craignez rien, Jésus a fondé son Église pour toujours!

Évangile :

En ces jours-là, Jésus s’en alla dans la montagne pour prier, et il passa la nuit à prier. Le jour venu, il appela ses disciples, en choisit douze, et leur donna le nom d’Apôtres : Simon, auquel il donna le nom de Pierre, André, son frère, Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques, fils d’Alphée, Simon appelé le zélote, Jude, fils de Jacques, et Judas Iscariote, celui qui fut le traître.

Jésus descendit de la montagne avec les douze Apôtres et s’arrêta dans la plaine. Il y avait là un grand nombre de disciples, et une foule de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon, qui étaient venus l’entendre et se faire guérir de leurs maladies. Ceux qui étaient tourmentés par des esprits mauvais en étaient délivrés. Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu’une force sortait de lui et les guérissait tous.

Commentaires :

Un astéroïde peut détruire la terre entière, nous ne l’ignorons pas. Les dinosaures malgré leur puissance en comparaison de la nôtre ont tous disparu à la suite de la chute de l’une de ces pierres venant de nulle part.   Nous savons aujourd’hui grâce à nos télescopes que ces roches flottantes sont innombrables dans l’espace. La science actuelle nous dit qu’il faut prévoir 10 ans à l’avance la chute d’un astéroïde sur notre planète pour arriver à la détourner.

Ce n’est pas évident de maintenir la vie sur cette petite planète dans l’espace infini. Toute notre science ne parviendra jamais à contrôler notre système planétaire et son soleil, encore moins notre galaxie. Il n’y a pas que les astéroïdes venant de l’espace intersidéral qui peuvent provoquer notre extinction. Nous pouvons aussi être les artisans de notre destruction par nos activités. La pollution croissante et ses effets sur le climat ont des conséquences de plus en plus hors de notre contrôle. Il n’y a qu’à penser aux inondations, sécheresses, tempêtes et autres. Nous avons aussi développé des armes pour nous défendre les uns des autres et protéger nos intérêts. Elles sont capables de détruire la planète en entier plusieurs fois. Actuellement, un seul sous-marin américain Trident possède 24 mégatonnes de puissance destructrice, soit 8 fois toute la puissance employée pendant la guerre 1939-45. Neuf mégatonnes rayent de la carte 200 villes des plus importantes de la planète. Les États-Unis possèdent 31 sous-marins de 9 mégatonnes, 10 de 24 mégatonnes. La Russie en possède tout autant et la Chine est aussi dans la course. Nous pouvons détruire la planète entière plus que 70 fois. En plus de développer des armes atomiques, nous développons des armes bactériologiques.

Ne sommes-nous pas déjà suffisamment infestés de toutes sortes maladies virales, psychologiques, neurologiques que nous ne parvenons pas à soigner? Pourquoi en arrivons-nous à inventer des maladies pour nous faire la guerre?

Les pouvoirs gardent dans le silence nos vulnérabilités pour ne pas alarmer la population et nuire à l’économie. Il ne faudrait pas que l’être humain perdre de l’enthousiasme pour s’amuser, manger, boire, dépenser, consommer. À quoi bon penser à nos limites, de toute manière qu’y pouvons-nous? Ne vaut-il pas mieux ne pas y songer et profiter du mieux que nous pouvons de cette brève existence tout en veillant à ne pas éveiller en notre conscience ce qui peut l’interrompre? La vie n’a pas de sens comme le proclament de nombreux philosophes, elle est absurde. Le vide, c’est tout ce qu’il y a après la mort. Aussi bien s’armer pour être le plus fort et demeurer en vie le plus longtemps possible.

« Prenez garde à ceux qui veulent faire de vous leur proie par leur philosophie trompeuse et vide fondée sur la tradition des hommes, sur les forces qui régissent l’univers, et non pas sur le Christ »

Jésus le Christ monte sur la montagne pour prier. Il ne baisse pas les bras devant notre vulnérabilité, nos contradictions, nos conflits, nos souffrances. Au contraire, il lève les bras sur la croix pour mieux descendre sous terre comme nous et nous ouvrir la porte de la vie. Il sera le premier-né d’entre les morts, il inaugurera un monde nouveau.

Avant de descendre sous terre, il prie son Père dans le ciel. Il est venu dans ce monde d’astéroïdes, de virus, de bactéries, de conflits, de souffrances, de maladies pour libérer ce monde et le régénérer. « Voici que je fais toutes choses nouvelles » (Ap 21, 5) Il prendra sur lui, toutes les bombes atomiques, toutes les forces de destruction, toutes les maladies, tous les virus, les astéroïdes. Il ouvrira son cœur pour que tout ce mal et la mort s’y perdent comme une goutte d’eau dans un océan de feu régénérateur.

Il ne vient pas menacer, ni détruire, ni faire peur, il vient bâtir une Cité Sainte, une Jérusalem nouvelle dans ce monde où la mort règne. Il sera la « Pierre angulaire » de cette construction, lieu où coulera la source de vie éternelle, lieu où sera distribué le pain de la vie, lieu que la mort ne pourra souiller de sa corruption.

Il choisira ce qu’il y a de plus faible dans ce monde pour construire son Église afin de faire reposer sa construction sur la puissance de Dieu et non la sagesse des hommes. La puissance de Dieu, elle est amour, elle n’est qu’amour, elle est dans le Christ crucifié qui prend sur lui toutes nos faiblesses, nos ruptures, nos morts, nos souffrances pour nous transfuser sa vie éternelle, sa gloire qu’il avait auprès du Père avant les siècles.

Les armes de Dieu ce sont les plus petits : « Tu as caché ces choses aux sages et aux savants, et tu les as révélées aux tout petits. » (Mt 11,25) Il en choisit douze, comme les douze tribus d’Israël. Ils seront les douze portes de la nouvelle Cité sainte pour où entrera la multitude venant de tous les pôles de la terre : « les portes de la Cité sainte, la Jérusalem nouvelle » (Ap 21, 12).

 

Ces tout petits seront des hommes sans lettres qui ne seront pas enseignés par des hommes, mais instruits merveilleusement par l’Esprit Saint, l’Esprit d’intelligence (Is 11,2) qui leur ouvrira le trésor des Écritures afin de les partager. Car ce trésor s’enrichit en le distribuant, en le partageant. « Là où vous êtes deux ou trois, je suis là au milieu de vous. »

De ces douze, la vie de l’Esprit se répandra pour faire renaître la multitude par le baptême dans la mort de Jésus afin de renaître avec lui dans la lumière d’amour de la résurrection. « Soyez enracinés en lui, construisez votre vie sur lui; restez fermes dans la foi telle qu’on vous l’a enseigné, soyez débordants d’action de grâce » (Col 2, 7)

Il n’y a pas d’action de grâce qui puisse rendre justice à tout l’amour dont nous sommes héritiers par le Christ Jésus. Ne faut-il pas pour lui rendre grâce aimer son Église et y participer selon notre appel? Tous, Jésus nous appelle à être sauvés, ils nomment chacun par son nom pour devenir l’un de ses apôtres, selon nos vocations respectives.

Il appelle donc à s’incorporer à lui tous les humains, certains répondent, d’autres restent sourds, aveugles à sa lumière de ressuscité, sourds à ces appels de bergers, mais le Christ attend chacun pour l’inviter à devenir pierres vivantes de son Église.

La force inévitable des astéroïdes, des bactéries, des virus, des puissances de ce monde ne doit en rien nous faire renoncer à manifester la force de l’amour reçu au baptême et nous faire artisans de la paix de Jésus. La vie a un sens et c’est apprendre à aimer comme le Christ nous a aimés. La vie a un sens et sa destination c’est la vie dans l’amour.

« Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous pour toujours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28, 18-20)

« Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance : moi, je suis vainqueur du monde. » (Jn 16, 33)

NDC