13 août, Mt 17, 22-27 : La vie libre de taxes et d’impôts!

Home / Méditer les écritures / 13 août, Mt 17, 22-27 : La vie libre de taxes et d’impôts!

Évangile :
Comme Jésus et les disciples étaient réunis en Galilée, il leur dit : « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes; ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. » Et ils furent profondément attristés. Comme ils arrivaient à Capharnaüm, ceux qui perçoivent les deux drachmes pour le Temple vinrent trouver Pierre et lui dirent : « Votre maitre paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas? Il répondit : “Oui.”
Quand Pierre entra dans la maison, Jésus prit la parole le premier : “Simon, quel est ton avis? Les rois de la terre, sur qui perçoivent-ils les taxes ou l’impôt? Sur leurs fils, ou sur les autres personnes?” Pierre lui répondit : “Sur les autres.” Et Jésus reprit : “Donc, les fils sont libres. Mais il faut éviter d’être pour les gens une occasion de chute : va donc jusqu’au lac, jette l’hameçon, et saisis le premier poisson qui mordra; ouvre-lui la bouche, et tu y trouveras une pièce de quatre drachmes. Prends-la, tu la donneras pour toi et pour moi.”
Commentaires :
“Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes; ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera,” dit Jésus aux disciples. À ces paroles, ils sont profondément attristés quand ils devraient être dans l’admiration pour une telle générosité et dans la joie pour une telle libération.
Il ne s’agit pas de la libération de l’esclavage d’un pharaon pour aller vers une terre promise, mais de la libération de l’emprise de la mort et du mal qui la cause pour accéder au Royaume de Dieu dans la vie éternelle. Y a-t-il une fortune qui puisse payer à la mort sa rançon pour l’éloigner à jamais? Y a-t-il une pension capable d’assurer la subsistance de son détenteur pour l’éternité?
Nous n’en parlons pas tellement cette idée nous dépasse. Même la science avec tous ses progrès n’oserait affirmer que tous les êtres humains sous terre retrouveront la vie. Vous savez, cet enfant au moyen-âge tué dans un bois par une bête féroce, cet enfant oublié comme tant d’autres, il reviendra à la vie.
“Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes; ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera.” Il ressuscitera pour ressusciter tous ceux qui sont morts avec lui comme tous ceux qui mourront avec lui jusqu’à la fin des temps pour vivre éternellement.
Il y a une démesure de joie dans cette nouvelle mais la terre avec son temps si limité ne pourrait supporter d’entendre les cris d’allégresse sortant de la bouche des ressuscités par la puissance de l’Esprit, la grâce du Fils et le dessein d’amour du Père. “Les montagnes danseront de joie, » dit le psaume, et les arbres, et les oiseaux. Les océans claqueront des mains, le soleil en perdra son orbite et la lumière n’en sera que plus abondante.
‘Le Fils de l’homme va être livré en rançon à nos kidnappeurs, à ceux qui nous tiennent bâillonnés dans le mensonge, à ceux qui nous font croire que nous sommes faits pour la mort et la division, qu’il n’y a pas d’amour, que toutes nos relations ne tiennent que de l’égoïsme. Il se livre comme un agneau pour l’abattoir. Il n’attaque pas avec ses armées, il ne se venge pas. Il prend le glaive de l’amour, car il n’est qu’Amour et aucune violence ne prendra racine en lui, aucune ivraie. Il vient payer avec sa lumière de vie la dette des ténèbres causée par le père du mensonge qui nous a fait croire que Dieu ne nous aimait pas. Il vient dissiper l’obscurité en descendant dans la mort par amour parce qu’il ne veut perdre aucun de ceux qui viendront à sa lumière. ‘Ainsi on ne veut pas, chez votre Père qui est aux cieux, qu’un seul de ses petits ne se perde» (Mt 18, 14). Il est venu pour ‘donner sa vie en rançon pour la multitude» (Mt 20, 28)
Une goutte de son sang aurait suffi pour racheter la multitude dont il était le créateur, il le versera en entier, jusqu’à ce que de l’eau jaillisse de son cœur : ‘Quand ils arrivèrent à celui-ci, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau. Celui qui a vu rend témoignage, afin que vous croyiez vous aussi.’ (Jn 19, 34)
Il a payé par ses blessures la guérison de nos blessures qui menaient à la mort. Il nous a affranchis de toute dette pour que nous arrivions devant le Père, sans honte, ni trouble au visage, capable de le regarder dans les yeux. Revêtus du Christ et de son visage que pourrions-nous craindre. ‘Or, c’est à cela que vous avez été appelés, car le Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un modèle afin que vous suiviez ses traces, lui qui n’a pas commis de faute — et il ne s’est pas trouvé de fourberie dans sa bouche; lui qui insulté ne rendait pas l’insulte, souffrant ne menaçait pas, mais s’en remettait à Celui qui juge avec justice; lui qui, sur le bois, a porté lui-même nos fautes dans son corps, afin que, morts à nos fautes, nous vivions pour la justice; lui dont la meurtrissure vous a guéris. Car vous étiez égarés comme des brebis, mais à présent vous êtes retournés vers le pasteur et le gardien de vos âmes. » (1 Pi 2, 21-25)
Arrivées à Capharnaüm, les percepteurs des deux drachmes pour le Temple demandent à Pierre : ‘Votre maitre paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas? Il répondit : ‘Oui.’ Il répond ‘Oui’ et pourtant Pierre ignore encore que c’est beaucoup plus que Jésus vient payer pour nous. C’est tellement énorme comme montant donné que chacun qui s’en remettra à son don deviendra temple de l’Esprit Saint, cet Esprit de puissance et de merveilles qui ressuscitera Jésus de la mort dans la volonté du Père pour qu’il vienne faire sa demeure en chacun avec le Père dans l’unité de l’Esprit.
Lorsque Pierre reviendra à la maison, Jésus lui enseignera ce qu’il comprendra plus tard, que le prix qu’il paie pour nous racheter au mal et à la mort nous libère de toute dette à jamais comme les enfants sont libres de taxes et d’impôts envers leur père. Leur tristesse se changera en joie lorsqu’ils comprendront, l’insoutenable amour dont nous sommes aimés. Par sa mort et sa résurrection, ils deviendront enfants de Dieu, et de plein droit, car ils renaitront par sa chair et son sang par la puissance de l’Esprit. ‘Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas accueilli. Mais à tous ceux qui l’ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, lui qui ne fut engendré ni du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu. » (Jn 1, 11-13)
‘Désormais vous pouvez dormir et vous reposer : voici toute proche l’heure où le Fils de l’homme va être livré aux mains des pécheurs. Levez-vous! Allons! Voici tout proche celui qui me livre.’ (Mt 26, 45-46)
Jésus envoie Pierre prendre un poisson où il trouvera en sa bouche le montant de la dette envers le temple. « Cherche d’abord le Royaume et sa justice et le reste te sera donné par surcroit.» ( Mt 6,33) Le reste, ce dont se préoccupent ceux qui n’ont pas la foi. L’essentiel est d’abord de collaborer à construire avec Jésus le temple de son corps, ce temple que les hommes détruiront et qu’il reconstruira en trois jours pour nous sortir de la bouche du monstre marin. En cette Église tous ceux qui y viendront auront le pouvoir de devenir enfants de Dieu et de participer à cette construction de pierres vivantes, libérés de taxes et d’impôts.
NDC