13 août, Mt 19, 3-12, Le cœur de pierre et l’unité.

 In Non classé


Évangile :

Des pharisiens s’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve; ils lui demandèrent : « Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif? »

Il répondit : « N’avez-vous pas lu l’Écriture? Au commencement, le Créateur les fit homme et femme, et il leur dit : < Voilà pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.> À cause de cela, ils ne sont plus deux, mais un seul. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas! » 

Les pharisiens lui répliquent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la séparation? » Jésus leur répond : « C’est en raison de votre endurcissement que Moïse a concédé de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi. Or, je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme, — sauf en cas d’union illégitime — pour en épouser une autre, il est adultère. »

Ses disciples lui disent : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, il n’y a pas d’intérêt à se marier. » Il leur répondit : « Ce n’est pas tout le monde qui peut comprendre cette parole, mais ceux à qui Dieu l’a révélée. Il y a des gens qui ne se marient pas, car, de naissance, ils en sont incapables; il y en a qui ne peuvent se marier, car ils ont été mutilés par les hommes; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne! »

Commentaires :

Tout ce que nous savons sur l’amour… devrait nous apprendre que nous en sommes dépourvus. « Le sacrifice à Dieu, c’est un esprit brisé; d’un coeur brisé, broyé, Dieu, tu n’as point de mépris. » (Ps 51,19) À ce moment de conscience et dans cet état de reconnaissance de la pauvreté de notre cœur à aimer, à cet instant, débute notre quête de l’amour. 

Ce désir d’apprendre à aimer sera prière constante pour changer notre cœur de pierre en cœur de chair. Le cœur brisé et l’esprit broyé, nous supplierons le chirurgien divin de nous transplanter un cœur vivant de sa vie par l’opération du Saint-Esprit. 

Qui d’autre que Dieu peut ainsi changer un cœur de pierre en cœur de chair, un esprit broyé en esprit nouveau? Dans son dessein d’amour, il envoie son Fils dans la chair pour se livrer pour nous afin que l’Esprit Saint par les mérites du Fils se répande et transplante des cœurs de chair, du cœur transpercé de Jésus sur la croix, pour nous faire renaitre à une vie nouvelle. 

Quelle joie que de pouvoir avoir un cœur qui trouve son bonheur à se donner avec celui qui se livre, pour nous unir aux battements de son cœur éternel! Quelle joie d’avoir un cœur capable de tout supporter, de tout accepter par Jésus et pour lui qui s’est anéanti jusqu’à la mort pour nous donner sa vie de ressuscité!

Le prophète Ézéchiel avait annoncé cette grande opération du cœur et de l’esprit, sans voir comment s’accomplirait une telle merveille : « Je répandrai sur vous une eau pure et vous serez purifiés; de toutes vos souillures et de toutes vos ordures, je vous purifierai. Et je vous donnerai un coeur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau, j’ôterai de votre chair le coeur de pierre et je vous donnerai un coeur de chair. » (Ez 36,25-26) Il aurait aimé voir ce que nous voyons et plus encore, il aurait aimé entrer dans l’eau du baptême, provenant du cœur transpercé de Jésus, pour renaitre avec lui et devenir pierre vivante de son Église. 

« Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! Car je vous dis que beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu! » (Lc 10, 23-24) Beaucoup de prophètes au cœur brisé et à l’esprit broyé auraient voulu voir cet indicible dessein d’amour du Père pour transformer ainsi nos cœurs de pierre en cœurs vivant de sa vie et nous ramener dans l’unité des origines avec la Trinité sainte. 

Ce que Dieu a uni à l’origine, nous l’avons séparé et il revient vers nous pour nous inviter à réintégrer l’Unité et retrouver par lui en nous la vie éternelle : « Que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite; ainsi, le monde saura que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » (Jn 17, 21-23)

L’unité ne vient pas de nous sans celui que le Père envoie pour nous faire retrouver l’unité de la prière de Jésus. Nous sommes séparés de Dieu comme de tous les autres avec nos cœurs de pierre et nos esprits limités devant l’immensité du ciel infini et de ses mystères. 

Toutefois, comme il nous est difficile de reconnaitre que nous sommes tous des séparés, des divorcés d’avec Dieu comme avec les autres et que c’est seulement par la foi au Fils de Dieu que nous pouvons retrouver la liberté pour entrer dans l’unité de l’amour du Père, du Fils et de l’Esprit. 

« En vérité je vous le dis, les publicains et les prostituées arrivent avant vous au Royaume de Dieu. Car Jean Baptiste est venu à vous, vivant selon la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole; tandis que les publicains et les prostituées y ont cru. Mais vous, même après avoir vu cela, vous ne vous êtes pas repentis pour croire à sa parole. » (Mt 21, 31-32) « Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage? »  (Jn 8,43) Les prostitués et les publicains que vous condamnez entendent ma parole et reconnaissent ma voix. Pourquoi donc n’entendez-vous pas et ne voyez-vous pas? Le publicain vient à ma suite et vous, les pharisiens vous voulez me mettre à l’épreuve pour me piéger et me tuer. « Produisez donc des fruits dignes du repentir, et n’allez pas dire en vous-mêmes : “Nous avons pour père Abraham.” Car je vous dis que Dieu peut, des pierres que voici, faire surgir des enfants à Abraham. » (Lc 3, 8) 

Reconnaitre notre état de séparés de l’unité de Dieu, n’est-ce pas l’attitude pour accueillir celui qui vient prendre sur lui nos divisions et nous faire entrer dans l’unité de l’origine avec tous les êtres de bonne volonté? « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu — et ils sont justifiés par la faveur de sa grâce en vertu de la rédemption accomplie dans le Christ Jésus : Dieu l’a exposé, instrument de propitiation par son propre sang moyennant la foi; il voulait montrer sa justice, du fait qu’il avait passé condamnation sur les péchés commis jadis au temps de la patience de Dieu; il voulait montrer sa justice au temps présent, afin d’être juste et de justifier celui qui se réclame de la foi en Jésus. » (Ro 8, 23-26)

Des pharisiens s’approchent de Jésus pour le mettre à l’épreuve. La question qu’ils posent n’a d’autre souci pour eux que de le piéger pour mieux le tuer. La vérité peut-elle être dans l’homicide? L’unité peut-elle dans celui qui veut rejeter l’autre? 

« Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif? » Est-il permis d’interroger quelqu’un pour le mettre à l’épreuve afin de le faire tomber dans un piège mortel? Est-il permis d’approcher un enfant pour en abuser, d’un vieillard pour en profiter? L’attitude des pharisiens creuse le trou dans lequel ils veulent faire tomber Jésus. « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis : au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de toute pourriture; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité. » (Mt 23, 27-28) 

Ils sont bien cachés sous le manteau de la loi de Moïse et leur cœur est homicide. 

Jésus répondra en se servant de l’Écriture dont ils se prétendent les autorités. « Au commencement, le Créateur les fit homme et femme, et il leur dit : “Voilà pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. À cause de cela, ils ne sont plus deux, mais un seul. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas!” 

Eux qui sont séparés de Dieu, convaincus d’être unis à lui par la loi qu’ils ont toujours sur les lèvres, n’entendent rien à cette unité de l’origine. Le monde commence avec Moïse et c’est avec sa loi qu’ils le dirigent pour avoir l’apparence de juste sans souci de Dieu et de sa volonté dans l’accomplissement de la loi. Ils ne voient pas plus qu’à leur insu, ils renvoient celui que Moïse annonçait pour leur donner la grâce de vivre la loi et retrouver l’unité de l’origine. 

“La pierre qu’avaient rejetée les bâtisseurs, c’est elle qui est devenue pierre d’angle; c’est là l’oeuvre du Seigneur et elle est admirable à nos yeux?” (Mc 12,10-11) Celui qui accomplit la parole est devant leurs yeux et ils veulent le tuer. 

Dieu, dans son amour est plus grand que tous nos rejets, nos séparations, il peut du mal que nous faisons en faire du bien, il peut de nos divisions faire l’unité, il peut du rejet de Fils en faire la pierre d’angle de l’Église qui nous unifie en lui qui s’est livré pour nous. 

Moïse a permis le renvoi de sa femme? Moïse a permis aussi de se venger par la loi du talion? C’est en raison de votre incapacité à vivre la loi avec votre cœur de pierre que Moïse a fait des compromis dans l’attente de celui qui viendrait changer les cœurs. “Car la Loi fut donnée par Moïse; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Nul n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l’a fait connaitre.” (Jn 1, 17-18)

Les disciples restent encore sourds à cette unité, ils comprendront avec le temps l’identité de Jésus et reconnaitront en lui la source de l’unité : “Mais pour vous, leur dit-il, qui suis-je?” Simon-Pierre répondit : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.” En réponse, Jésus lui dit : “Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t’est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux. Eh bien! moi je te dis : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les Portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des Cieux : quoi que tu lies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour lié, et quoi que tu délies sur la terre, ce sera tenu dans les cieux pour délié.” (Mt 16, 15-19)

C’est le Père qui révèle à Pierre l’identité de celui qui vient construire pour tous un lieu pour retrouver l’unité de l’origine, où nous ne formons plus qu’un dans la différence et la diversité.

“En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ; il n’y a plus ni juif ni païen, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus. Et si vous appartenez au Christ, c’est vous qui êtes la descendance d’Abraham; et l’héritage que Dieu lui a promis, c’est à vous qu’il revient.” (Gal 3, 27-29)

NDC