13 nov, Lc 17, 1-6, Sans le pardon le mal est victorieux

Home / Méditer les écritures / 13 nov, Lc 17, 1-6, Sans le pardon le mal est victorieux

Évangile :
Jésus disait aux disciples : « Il est inévitable qu’il arrive des scandales qui entraînent au péché, mais malheureux celui par qui ils arrivent. Si on lui attachait au cou une meule de moulin et qu’on le précipite à la mer, ce serait mieux pour lui que d’entraîner au péché un seul de ces petits.
« Tenez-vous sur vos gardes! Si ton frère a commis une contre toi, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui. Même si sept fois par jour il commet une faute contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant :, tu lui pardonneras. »
Les apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi! » Le Seigneur répondit : « La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici :; et il vous obéirait. »
Commentaires :
Celui veut faire le mal se moque bien des menaces de se faire prendre ou des interdits que lui dicte sa conscience, encore plus de la parole de Dieu. Il préfère se forger une doctrine à sa mesure pour se convaincre que le mal qu’il fait est bien et qu’il n’y a d’autre jugement sur sa vie que celui d’en avoir profité ou pas.
Qu’importe de briser des amours par sa langue, de corrompre des proches par ses mœurs, de blasphémer Dieu, de briser des réputations, d’utiliser les autres pour son plaisir, l’important ce n’est que moi, moi et moi.
Nous sommes tous dans ce tourbillon et sans pardon aussi bien dire que la meule est déjà à notre cou. Alors si tu es la victime de celui qui fait le mal, pardonne et pardonne car comment s’en sortir sans le pardon aussi bien se précipiter dans la mer. N’est-ce pas ce le Notre Père nous enseigne en disant : Pardonne-nous comme nous pardonnons. Donner par-dessus, sortir du tourbillon de la mort pour entrer dans le mouvement d’échange continuel de don de soi, les uns aux autres. Sortir de notre moi pour entrer volontairement dans le nous.
Elle est bien étroite la porte de l’amour des autres par le don. Il faut bien de la confiance en ce que nous ne pouvons voir qu’avec notre cœur pour le moment. Nous savons bien que le mal que nous faisons ne peut porter de fruit, ni pour nous, ni pour les autres; nous savons bien que le bien que nous faisons malgré qu’il est sans reconnaissance souvent portera son fruit.
Alors demandons avec insistance au Prince du Don de soi, au Roi de l’univers de nous donner cette foi précieuse qui nous libère de notre moi et nous fais entrer dans la joie du nous qu’il est venu inauguré par sa mort et sa résurrection.
NDC