13 oct, Lc 11, 15-26 : L’âne, le bœuf et le coq

Home / Méditer les écritures / 13 oct, Lc 11, 15-26 : L’âne, le bœuf et le coq

Évangile :
Comme Jésus avait expulsé un démon, certains se mirent à dire : « C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons. » D’autres, pour le mettre à l’épreuve, lui réclamaient un signe venant du ciel.
Jésus connaissant leurs intentions, leur dit : « Tout royaume divisé devient un désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres. Si Satan, lui aussi, est divisé, comment son royaume tiendrait-il? Vous dites que c’est par Béelzéboul que j’expulse les démons. Et si c’est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est survenu pour vous.
“Quand l’homme fort et bien armé garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité. Mais si un plus fort intervient et triomphe de lui, il lui enlève l’équipement de combat qui lui donnait confiance, et il distribue tout ce qu’il lui a pris.
‘Celui qui n’est pas avec moi est contre moi; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse.’
‘Quand l’esprit mauvais est sorti d’un homme, il parcourt les terres desséchées en cherchant un lieu de repos. Et comme il n’en trouve pas, il se dit : En arrivant, il la trouve balayée et bien rangée. Alors, il s’en va, et il prend sept autres esprits encore plus mauvais que lui, ils y entrent, et ils s’installent. Ainsi l’état de cet homme est pire à la fin qu’au début.’
Commentaires :
Jésus expulsait un démon qui était muet. Or il advint que, le démon étant sorti, le muet parla, et les foules furent dans l’admiration. » (Lc 11,14) Le démon muet rend muet celui qui ne l’est pas. Il bâillonne sa capture et la promène dans les rues en silence. Qui peut entendre l’appel au secours de l’otage lorsqu’on le croise dans la rue? Qui peut voir dans ses yeux ce qui le tient silencieux? Il faut être fort clairvoyant pour voir la réalité non apparente sous les apparences. Il faut être fort pour voir la réalité de l’esprit et ce qui s’y passe dans le monde des réalités sensibles. Jésus voit la réalité qu’on ne peut voir que par l’Esprit, il voit et agit pour rendre à l’esprit sa liberté dans sa vérité. Il voit le désir de Matthieu à sa table de publicain de servir Dieu plutôt que l’argent : ‘Viens, suis-moi.’ Matthieu est libéré à l’instant de ce qui le retient à cette table : ‘Et, quittant tout et se levant, il le suivait.’ (Lc 4,28) Jésus voit Nathanaël sous le figuier avant même qu’il ne lui parle et il le connaît : ‘Voici vraiment un Israélite sans détour,’ dit Jésus. Nathanaël lui dit : ‘D’où me connais-tu? ’ Jésus lui répondit : ‘Avant que Philippe t’appelât, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu.’ Nathanaël reprit : ‘Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël.’ (Jn 1, 47-49) Jésus voit dans les cœurs, il voit les intentions, il voit les pensées, il voit ce qui les inspire, les tient liés : ‘Hypocrites! chacun de vous, le sabbat, ne délie-t-il pas de la crèche son boeuf ou son âne pour le mener boire? Et cette fille d’Abraham, que Satan a liée voici dix-huit ans, il n’eût pas fallu la délier de ce lien le jour du sabbat! ’ (Lc 13, 15-16) Jésus voit les liens qui nous retiennent dans la boue, tandis que les esprits de ce monde voient la soif du bœuf ou de l’âne et ignorent la souffrance des autres, leurs désirs intérieurs, leurs identités en Dieu.
Jésus voit toutes nos détresses, tous ces liens qui nous retiennent dans la mort, toutes les causes de nos larmes. Il voit et il vient payer la rançon pour nous racheter de ce qui nous rend aveugles, sourds, muets, paralysés à voir les merveilles de la création de Dieu, à entendre sa parole, à l’annoncer, à marcher les uns vers les autres dans l’amour. Le prix est élevé pour rendre à notre esprit l’Esprit qui peut les habiter et les éclairer pour les garder dans la joie et l’émerveillement.
‘Jésus commença de montrer à ses disciples qu’il lui fallait s’en aller à Jérusalem, y souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et, le troisième jour, ressusciter. Pierre, le tirant à lui, se mit à le morigéner en disant : ‘Dieu t’en préserve, Seigneur! Non, cela ne t’arrivera point! » Mais lui, se retournant, dit à Pierre : ‘Passe derrière moi, Satan! tu me fais obstacle, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes! » (Mt 16, 21-24)
Passe derrière, père du mensonge! Tu fais obstacle au dessein d’amour de Dieu. Tu fais obstacle à laisser la lumière de Dieu entrer dans le mal, à descendre dans la mort pour mettre fin à ton emprise qui nous retient dans cet esclavage.
‘Simon, Simon, voici que Satan vous a réclamés pour vous cribler comme le froment; mais moi j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas. Toi donc, quand tu seras revenu, affermis tes frères.’ Celui-ci lui dit : ‘Seigneur, je suis prêt à aller avec toi et en prison et à la mort.’ Mais il dit : ‘Je te le dis, Pierre, le coq ne chantera pas aujourd’hui que tu n’aies, par trois fois, nié me connaître.’ (Lc 22, 31-34) Si les pharisiens voient l’âne qui a soif et ne voit pas la femme liée depuis des années devant leur porte, toi, quand tu entendras le coq, ton esprit se souviendra de ce que je t’ai dit, et tu verras la réalité de l’amour qu’on ne peut voir sans l’Esprit de Dieu.
Jésus avait expulsé un démon, certains se mirent à dire : ‘C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons.’ Ceux qui ne voient que la soif de l’âne et du bœuf et sont aveugles à la souffrance des autres voient dans le geste de Jésus, une action inutile pour une personne indigne. Ils ne voient que l’extérieur : ‘Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous purifiez l’extérieur de la coupe et de l’assiette, mais l’intérieur est rempli de cupidité et d’intempérance! Pharisien aveugle! Purifie d’abord l’intérieur de la coupe et de l’écuelle, afin que l’extérieur aussi devienne pur.’ (Mt 23, 25-26) Ils voient l’extérieur avec l’esprit du prince de ce monde et ils demeurent liés de l’intérieur, bâillonnés, aveuglés, paralysés du cœur, handicapés.
‘D’autres, pour le mettre à l’épreuve, lui réclamaient un signe venant du ciel.’ Jésus ne se ménage en rien pour leur donner des signes et ils ne les voient pas, eux qui ne voient que par l’œil de celui qui est plus fort qu’eux en eux, le père du mensonge. ‘Ainsi vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. Eh bien! Vous achevez donc ce que vos pères ont commencé! (Mt 23, 32) ‘Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage? C’est que vous ne pouvez pas entendre ma parole. Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge. Mais parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.’ (Jn 8, 44-45)
La vérité qui est apparente dans les apparences trompeuses de ce monde est dure à entendre pour celui qui trouve son bien dans ce monde sans tous les autres. À quoi bon se questionner, tout va bien, nous verrons bien après la mort, s’il y a un jugement? C’est par Béelzéboul que Jésus agit selon eux parce qu’il vient troubler leur bien-être. Nous avons le pouvoir, l’avoir, la gloire en ce monde pourquoi y renoncer pour le partager avec ceux qui n’ont que misère.
Quel propos insensé pour défendre un bien si infime! Quel avoir, quel pouvoir, quelle gloire peut apporter la paix du cœur, la santé à jamais, l’amour?
‘Celui qui n’est pas avec moi est contre moi; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse.’ Sans l’Esprit Saint que Jésus nous mérite par son obéissance jusqu’à la mort pour nous racheter, nos pensées ne seront pas celles de Dieu et nous demeurerons dans le monde des apparences extérieures avec toutes ces attractions et ces distractions solitaires en quête d’un bonheur individuel.
NDC