14 août, Mt 17, 22-27, Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas?  

 In Méditer les écritures

Évangile :

Comme Jésus et les disciples étaient réunis en Galilée, il leur dit : « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes; ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. » Et ils furent profondément attristés. Comme ils arrivaient à Capharnaüm, ceux qui perçoivent les deux drachmes pour le Temple vinrent trouver Pierre et lui dirent : « Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas? Il répondit : “Oui.”

Quand Pierre entra dans la maison, Jésus prit la parole le premier : “Simon, quel est ton avis? Les rois de la terre, sur qui perçoivent-ils les taxes ou l’impôt? Sur leurs fils, ou sur les autres personnes?” Pierre lui répondit : “Sur les autres.” Et Jésus reprit : “Donc, les fils sont libres. Mais il faut éviter d’être pour les gens une occasion de chute : va donc jusqu’au lac, jette l’hameçon, et saisis le premier poisson qui mordra; ouvre-lui la bouche, et tu y trouveras une pièce de quatre drachmes. Prends-la, tu la donneras pour toi et pour moi.”

Commentaires :

Jésus annonce avec une voix enflammée : “Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes; ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera.” Jésus est en feu, de ce feu qu’Ézéchiel voyait autour de l’homme sur le trône de la croix : “On entendit un bruit au-dessus de la voûte qui dominait la tête des anges. Au-dessus de cette voûte, il y avait comme un trône, qui ressemblait à du saphir; et, sur ce trône, quelqu’un qui avait l’aspect d’un homme. Puis j’ai vu comme un scintillement de vermeil, quelque chose comme un feu tout autour. À partir de ses reins, au-dessus et au-dessous, j’ai vu quelque chose comme un feu qui irradiait tout autour. Comme l’arc-en-ciel dans la nuée un jour de pluie, ainsi apparaissait ce rayonnement : c’était le reflet de la gloire du Seigneur. En voyant cela, je tombai la face contre terre.” (Ez 1, 24-28c) Jésus rayonne de la gloire de Dieu en annonçant l’innommable en ce monde, sa mort. Il rayonne d’un feu d’amour, car il meurt non pour mourir à cette vie. Il meurt pour faire mourir la mort et mettre fin à la mort qui nous tient sous son emprise et celle de son maître, le père du mensonge. “Je suis venu jeter un feu sur la terre, et comme je voudrais que déjà il fût allumé!” “Je dois recevoir un baptême, et comme il m’en coûte d’attendre qu’il soit accompli!” (Lc 12, 49-50) —
“En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient — et c’est maintenant — où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront.” (Jean 5:25) “Voici venue l’heure où doit être glorifié le Fils de l’homme.” (Jean 12:23) L’heure vient et c’est maintenant. Les disciples ne se prosternent pas comme Ézéchiel, ils ne voient pas un trône, ni un homme irradiant le feu, ils voient un jeune homme sans trône, sans éclat, sans armée pour le défendre, sans armure pour le protéger. Pourtant, ils voient son ardeur dans l’annonce de sa mort, son enthousiasme à affronter ce moment où il sera livré aux mains de ses assassins. Ils ne comprennent pas ce courage qui l’anime, ils s’attristent de cette nouvelle.

Comme suite à cette montée vertigineuse dans la tristesse en raison de l’annonce de la mort de Jésus, ils reviennent brusquement aux réalités du monde d’en bas. Les percepteurs du temple demandent à Pierre : “Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas?” Pierre répond spontanément “Oui.” Il a encore la gorge serrée par la tristesse, son esprit n’arrive pas à comprendre cette mort souffrante et cette résurrection dont Jésus parle. Il revoit bien la transfiguration, sa foi ne lui permet pas de douter des paroles de Jésus, mais il n’arrive pas à saisir. En descendant du Thabor, Jésus leur a bien dit de ne pas parler de sa transfiguration avant sa résurrection. Mais qu’est-ce que la résurrection? Vous aurez beau dire à une maman qui pleure son enfant qu’elle le retrouvera au jour de la résurrection, sa tristesse sera aussi grande. Un instant de séparation, c’est déjà une éternité. La maman sera aussi rapidement ramenée sur terre. Elle aura à défrayer les coûts de l’enterrement, à préparer le repas, à recevoir tout le monde qui viendra.

“Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas?” Pierre voudrait bien leur dire tout ce qu’il a vu, toutes les œuvres merveilleuses que Jésus a accomplies. Il voudrait bien leur parler de la lumière du Thabor, de Moïse et d’Élie qu’il a vus discuter avec lui, de la voix venue du ciel, de sa marche sur l’eau, de la multiplication des pains. Il voudrait bien leur crier que ce Jésus, ce n’est pas seulement un maître, mais le Fils de Dieu, celui que la voix venue du ciel a dit d’écouter. Savez-vous ce qu’est d’entendre une voix venue du ciel : ‘J’entendis le bruit de leurs ailes, pareil, quand ils marchaient, au bruit de l’Océan, comme la voix du Tout-Puissant, comme la rumeur de toute une armée.’ (Éz 1,6) Pierre ne dit rien de celui qui est plus grand que le Temple. La parole de Jésus aux pharisiens qui lui demandent un signe lui revient bien à l’esprit sur le temple, mais elle demeure énigmatique pour lui : L’amour de ta maison fera mon tourment. Les Juifs l’interpellèrent : ‘Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là? ’ Jésus leur répondit : ‘Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai.’ Les juifs lui répliquèrent : ‘Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais! ’ (Jn 2, 17-20)

Il comprendra plus tard avec les autres disciples : ‘Mais le Temple dont il parlait, c’était son corps.’ (Jn 2, 21) Ils comprendront qu’ils deviendront tous des temples de l’Esprit Saint plus grand que le temple, ils comprendront que par lui qui se livre à la mort dans sa chair, nous renaîtrons et deviendrons comme lui des fils de Dieu.

‘Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas? ‘Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas? ‘Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas? Comme le coq chantera trois fois pour le réveiller de sa torpeur et le ramener à l’étreinte du Père dans le Fils par l’Esprit Saint.

Pierre entre dans la maison et Jésus prit la parole le premier pour lui dire qu’il est enfant de Dieu comme lui est le Fils de Dieu et que pour les enfants, il ne peut y avoir de taxe.

Comme il tarde à Jésus d’aller de ce monde à son Père afin que les disciples reçoivent l’Esprit Saint par sa mort et sa résurrection et comprennent tout l’amour dont ils sont aimés et répandent cet amour dans ce monde taxé par le mal et la mort.

Jésus ne veut pas être un obstacle en ce monde et que le temple qu’il vient élever sur la croix soit réduit à un temple fait de main d’homme : ‘Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais! ’

Jésus enverra Pierre pêcher par avance dans les eaux du baptême de Jésus, le poisson porteur de la pièce qui paie ce qu’il n’y a pas à payer, car Jésus vient payer la dette de tous afin de nous racheter à la mort et nous faire entrer dans la vie, là où tous sont enfants du Père.

Écoutez Pierre nous dire après le départ de Jésus :

‘Vous le savez : ce qui vous a libérés de la vie sans but que vous meniez à la suite de vos pères, ce n’est pas l’or et l’argent, car ils seront détruits; c’est le sang précieux du Christ, l’Agneau sans défaut et sans tache. Dieu l’avait choisi dès avant la création du monde, et il l’a manifesté à cause de vous, en ces temps qui sont les derniers. C’est par lui que vous croyez en Dieu, qui l’a ressuscité d’entre les morts et lui a donné la gloire; ainsi vous mettez votre foi et votre espérance en Dieu.’ (1 Pi, 18-21)

‘Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas? ’ Oui, il paie pour tous et ne demande rien en retour.

NDC