14 mars, Mt 7, 7-12 : Demandez et vous recevrez comme vous donnez à ceux qui vous demandent!

 In Méditer les écritures


Évangile :

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus sur la montagne, il leur disait : « Demandez, vous obtiendrez; cherchez, vous trouverez; frappez, la porte vous sera ouverte. Celui qui demande reçoit; celui qui cherche trouve; et pour celui qui frappe, la porte s’ouvrira.

Lequel d’entre vous donnerait une pierre à son fils qui lui demande du pain? Ou un serpent, quand il lui demande un poisson? Si donc, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent!

Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi, voilà ce que dit toute l’Écriture : la Loi et les Prophètes. »

Commentaires :

« Demandez, vous obtiendrez; cherchez, vous trouverez; frappez, la porte vous sera ouverte. » Ce n’est pas avec une petite générosité que Jésus donne à ceux qui l’écoutent. Jésus donne dans la démesure, cette mesure sans mesure qui est celle de l’amour véritable. Demandez et vous obtiendrez, vous obtiendrez plus que ce que vous avez demandé, mais demandez. 

 À vous qui me transpercerez le cœur, je laisserai la blessure ouverte pour y guérir vos blessures, je vous laisserai m’approcher pour que vous y greffiez votre coeur afin que vous receviez ma vie. À vous qui m’enlèverez mes vêtements, je vous revêtirai du vêtement blanc pour entrer à la salle du banquet éternel. À vous qui me frapperez, je ferai de mon corps un vitrail d’où jaillira la lumière de la vie pour vous guider sur le chemin de la paix. Cherchez et vous me trouverez! Cherchez dans les étoiles comme les mages et j’appellerai une étoile pour vous guider jusqu’à la mangeoire où je me donne en repas. Cherchez le vrai, le beau, le bien, l’unité, la paix et vous trouverez dans la boue des injustices, dans le sang versé par les puissants, vous trouverez celui qui vient renverser cette loi du plus fort comme le chante Marie : « Il a déployé la force de son bras, il a dispersé les hommes au coeur superbe. Il a renversé les potentats de leurs trônes et élevé les humbles, Il a comblé de biens les affamés et renvoyé les riches les mains vides. » (Lc 1, 51-52) Le Tout-Puissant par la faiblesse renversera les puissants, ces puissants qui ne répondent à aucune demande, qui n’ouvrent pas. Le Tout-Puissant dispersera les richesses de ce monde par sa pauvreté. « Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. » (1 Co 1, 26) « Lui qui est riche s’est fait pauvre à cause de nous pour nous enrichir de sa pauvreté. » (2 Co 8,9) Demandez et vous recevrez, vous recevrez de cette pauvreté de Dieu qui est plus riche que toutes les richesses de l’univers. Vous recevrez de cette faiblesse qui est plus forte que toutes les forces des puissants. 

« Vous avez entendu qu’il a été dit : oeil pour oeil et dent pour dent. Eh bien! moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre; veut-il te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui même ton manteau; te requiert-il pour une course d’un mille, fais-en deux avec lui. À qui te demande, donne; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos. » (Mt 5, 38-42) Sois faible, de cette faiblesse de Dieu qui s’offre en sacrifice pour nous réconcilier avec le Père et nous baigner dans sa mort pour nous redonner vie, de cette vie de l’Esprit qui nous introduit dans le royaume de Dieu. « Car le règne de Dieu n’est pas affaire de nourriture ou de boisson, il est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint. » (Rm 14:17) « Votre joie, nul ne pourra vous la ravir ». (Jn 16, 22) Cette joie, nul ne peut nous la ravir, ni rien : elle ne consiste pas en une joie qui s’appuie sur des richesses qui passent, sur une santé qui ne peut pas durer, sur un talent. C’est une joie dans l’esprit qui vient de l’Esprit Saint par le don du Fils dans la volonté du Père. 

Demandez et vous recevrez comme vous répondez à ceux qui vous demandent, pardonnez et vous serez pardonnés comme vous pardonnez à ceux qui vous offensent. Cherchez et vous trouverez : « Heureux les affamés et assoiffés de justice, car ils seront rassasiés » (Mt 5, 6) 

Cherchez et vous trouverez. « Que cherchez- vous? Ils lui répondirent : Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeures-tu? Venez, leur dit-il et voyez. »(Jn 1, 38) « Nous avons trouvé le Messie » — ce qui veut dire Christ. Il l’amena à Jésus. Jésus le regarda et dit : « Tu es Simon, le fils de Jean; tu t’appelleras Céphas. » (Jn 1, 41-42) Ils ont trouvé celui qui nous donne notre véritable nom, notre nom d’enfant de Dieu. Nous ne sommes pas faits pour la mort, mais pour la vie, voilà notre véritable identité. « Philippe rencontre Nathanaèl et lui dit : “Celui dont Moïse a écrit dans la Loi, ainsi que les prophètes, nous l’avons trouvé : Jésus, le fils de Joseph, de Nazareth.”  Nathanaèl lui dit : “De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon?” Philippe lui dit : “Viens et vois.” (Jn 1, 45-46) Demandez et vous recevrez dans la mesure où il ne faut pas vous attendre à trouver selon ce qui convient à votre aise : “De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon?” Oui, de Nazareth, il peut sortir quelque chose de bon! Nathanaël n’est pas demeuré figé dans son idée. Il est allé et il a vu celui qui le voyait avant même de l’avoir vu et qui répondait à sa demande. “Jésus vit Nathanaèl venir vers lui et il dit de lui : ‘Voici vraiment un Israélite sans détour.’ Nathanaèl lui dit : ‘D’où me connais-tu? ’ Jésus lui répondit : ‘Avant que Philippe t’appelât, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu.’ Nathanaèl reprit : ‘Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d’Israël.’ (Jn 1, 47-49) 

La bonté de Dieu ne se limite pas qu’à ceux qui ont de l’amour pour lui, elle est pour tous, car il n’est que bonté. Comment pourrait-il ne pas être bon avec le méchant, puisqu’il n’est que bonté? Même à celui qui le cherche pour le tuer, il se donnera pour lui faire du bien avec le mal qu’il lui fera. Dieu seul est bon. ‘Alors Jésus, sachant tout ce qui allait lui advenir, sortit et leur dit : ‘Qui cherchez-vous? ’ Ils lui répondirent : ‘Jésus le Nazaréen. » Il leur dit : ‘C’est moi.’ Or Judas, qui le livrait, se tenait là, lui aussi, avec eux. Quand Jésus leur eut dit : ‘C’est moi’, ils reculèrent et tombèrent à terre. De nouveau il leur demanda : ‘Qui cherchez-vous? ’ Ils dirent : ‘Jésus le Nazaréen. » (Jn 18, 4-7) Jésus ne recule pas devant le mal, c’est le mal qui est bousculé dans sa certitude de toujours garder l’homme en ses liens. Jésus va entrer dans ce mal que ces hommes veulent lui faire, il va entrer dans la mort qu’ils lui donneront et ce sera pour en sortir afin de les faire renaître à la vie éternelle, là où le mal ne peut s’introduire et donner la mort. ‘Père, pardonne-leur : ils ne savent ce qu’ils font.’ Puis, se partageant ses vêtements, ils tirèrent au sort. » (Lc 23,34) 

Qui peut prétendre à une telle bonté parmi nous? Qui peut prendre sur lui le mal et en faire du bien? Tâche divine qui nous dépasse, car un seul manque de bonté a des conséquences jusqu’à la fin des temps. Un enfant tué dans une guerre, c’est toute une lignée de descendants qui meurt. Un mensonge, et c’est toute l’histoire d’une vie qui se détourne de sa voie. Abuser de l’autre, c’est le blesser pour toute sa vie, ainsi que tous les siens. Comment toujours faire le bien? Comment toujours dire la bonne parole qui réconforte, qui relance l’autre vers la vie? Comment dire la parole qui ne juge pas, ne diminue pas l’autre, la parole qui donne la vie? Nous ne pouvons être totalement bon, malgré toute notre bonne volonté, nous qui ne pouvons toujours faire le bien et qui pourtant savons, dans les limites de notre connaissance, donner de bonnes choses à nos enfants, du moins ce que nous pensons être ce qu’il y a de mieux pour eux. Comment celui qui n’est qu’Amour, Bonté, Bienveillance, qui est l’Amour ne donnerait-il pas de bonnes choses à ceux qui les lui demandent? 

Demandez et vous recevrez! Vous recevrez l’Esprit qui vous donnera de donner naturellement sans le savoir : ‘Pour toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône soit secrète; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.’ (Mt 6, 3-4) Ton Père voit dans le secret que tu donnes le meilleur de toi et le meilleur que tu peux donner, c’est ce que tu voudrais que les autres fassent pour toi, si tu avais à demander ce que l’on te demande. 

NDC