14 oct, Lc 11, 42-46, Il n’y a que la croix pour bien nous centrer sur l’essentiel et garder le cap de l’amour.

 In Non classé


Évangile :

Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous payez la dime sur toutes les plantes du jardin, comme la menthe et la rue, et vous laissez de côté la justice et l’amour de Dieu. Voilà ce qu’il fallait pratiquer, sans abandonner le reste. Malheureux êtes-vous, pharisiens, parce que vous aimez les premiers rangs dans les synagogues, et les salutations sur les places publiques. Malheureux êtes-vous, parce que vous êtes comme ces tombeaux qu’on ne voit pas et sur lesquels on marche sans le savoir. »

Alors un docteur de la Loi prit la parole : « Maitre, en parlant ainsi, c’est nous aussi que tu insultes. » Jésus reprit : « Vous aussi, les docteurs de la Loi, malheureux êtes-vous, parce que vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes, vous ne touchez même pas ces fardeaux d’un seul doigt. » 

Commentaires :

Une roue qui tourne bien doit être bien centrée, balancée sinon elle vibrera et se brisera. Ainsi l’être humain doit être bien centré, balancé pour traverser son quotidien et demeurer dans l’amour. Pour être bien centré, il faut savoir quoi mettre au centre, ce qui est l’essentiel en fait. 

Les pharisiens qui se prétendaient être les interprètes de la loi pour savoir quoi mettre au centre se fourvoient. Ce qui tourne bien dans leur vie ce sont leurs petites affaires. Ils ne cherchent qu’à se faire le centre et font tourner les autres autour d’eux en se servant d’eux pour améliorer leurs affaires. 

Pour trouver le centre, il faut se décentrer de soi afin de bien poser dans l’axe ce qui y convient. Jésus leur dit bien ce qui doit être l’essentiel : la justice et l’amour de Dieu. La justice implique d’aimer l’autre comme soi, de ne pas lui faire ce que nous ne voudrions pas qu’on nous fasse et l’amour de Dieu implique la gratitude et la reconnaissance face à tous les biens que nous recevons gratuitement depuis notre naissance et cela sans effort de notre part. 

Oui, malheureux les centrés sur soi, car vous n’arriverez pas à gravir la montagne de la vie… vous regarderez le sommet en vous disant qu’il est impossible à atteindre et qu’il vaut mieux s’installer confortablement en bas en faisant croire que nous y arriverons.

Heureux les décentrés de soi qui prennent la justice et l’amour de Dieu comme essence, comme axe la croix de Jésus, ils ne craindront pas de prendre le chemin de l’amour du don chaque jour pour s’élever vers les sommets de l’amour dans la joie.

NDC