16 août, Mt 19, 3-12 : Ce que Dieu a uni : « Que tous soient un »

 In Méditer les écritures


Évangile :

Des pharisienss’approchèrent de Jésus pour le mettre à l’épreuve; ils lui demandèrent : « Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif? »

Il répondit : « N’avez-vous pas lu l’Écriture? Au commencement, le Créateur les fit homme et femme, et il leur dit : < Voilà pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.> À cause de cela, ils ne sont plus deux, mais un seul. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas! » 

Les pharisienslui répliquent : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la séparation? » Jésus leur répond : « C’est en raison de votre endurcissement que Moïse a concédé de renvoyer vos femmes. Mais au commencement, il n’en était pas ainsi. Or, je vous le dis : si quelqu’un renvoie sa femme — sauf en cas d’union illégitime — pour en épouser une autre, il est adultère. »

Ses discipleslui disent : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, il n’y a pas d’intérêt à se marier. » Il leur répondit : « Ce n’est pas tout le monde qui peut comprendre cette parole, mais ceux à qui Dieu l’a révélée. Il y a des gens qui ne se marient pas, car, de naissance, ils en sont incapables; il y en a qui ne peuvent se marier, car ils ont été mutilés par les hommes; il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne! »

Commentaires :

Tout ce que nous savons sur l’amour… devrait nous apprendre que nous en sommes dépourvus. « Le sacrifice à Dieu, c’est un esprit brisé; d’un coeur brisé, broyé, Dieu, tu n’as point de mépris. » (Ps 51,19) À ce moment de conscience et dans cet état de reconnaissance de la pauvreté de notre cœur à aimer, à ce moment, nous commençons à chercher l’amour. Ce désir de trouver l’amour sera prière qui nous fera voir que notre cœur est de pierre. Le cœur brisé et l’esprit broyé, nous chercherons le chirurgien divin qui pourra nous transplanter un cœur de chair par l’opération du Saint-Esprit. 

Qui d’autre que Dieu peut ainsi changer un cœur de pierre, en cœur de chair, un esprit broyé en esprit nouveau? Dans son dessein d’amour, il envoie son Fils dans la chair pour se livrer pour nous afin que l’Esprit Saint opère par lui cette transplantation qui nous fait renaître à une vie nouvelle. 

Quelle joie que de pouvoir avoir un cœur qui se donne joyeusement pour aimer les autres comme soi, un cœur qui dépense cet amour qu’il reçoit constamment du Père qui nous a envoyé son Fils nous donner son cœur et l’Esprit Saint pour le transplanter! 

« Je répandrai sur vous une eau pure et vous serez purifiés; de toutes vos souillures et de toutes vos ordures, je vous purifierai. Et je vous donnerai un coeur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau, j’ôterai de votre chair le coeur de pierre et je vous donnerai un coeur de chair. » (Ez 36,25-26) 

Des cœurs de pierre s’avancent vers Jésus qui vient ouvrir son Cœur pour nous afin de nous donner un cœur nouveau. Ces cœurs froids comme la pierre lui posent une question pour le mettre à l’épreuve. Ils veulent l’éprouver, car ils sentent bien le glaive de sa parole émécher la pierre de leur cœur. Ils sentent bien les coups et le son chantant de sa parole qui en dévoile la dureté. Ils voudraient bien lui lancer des pierres pour le faire taire, ils ont peur de la foule. Alors, ils cherchent à le prendre au piège pour faire taire cette parole qui semble donner vie à ce qui n’en a pas. 

La question posée va droit au cœur de ce qui représente la vie et l’amour en ce monde. Une question que seulement des cœurs de pierre peuvent poser. « Est-il permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif? » 

« Quel est d’entre vous l’homme auquel son fils demandera du pain, et qui lui remettra une pierre? Ou encore, s’il lui demande un poisson, lui remettra-t-il un serpent? » (Mt 7,9) Quel est celui d’entre vous qui se en se mariant est heureux de savoir qu’il peut chasser celle qu’il aime pour n’importe quel motif? Est-ce que l’on demande une femme en mariage pour la jeter après usage? 

La question est de pierre en limitant l’amour au permis et à l’interdit. Qui donnerait une pierre à son enfant qui lui demande du pain? Un amour paternel véritable serait consterné d’une telle question. Un amour véritable entre deux personnes qui se marient ne pourrait supporter d’entendre la question posée par les cœurs des pharisiens. 

Jésus leur répondra en les ramenant à l’origine lorsque l’amour était intact de la rupture avec la source de l’amour qui était le Créateur. Comment séparer le père de son fils, la mère de son enfant, le mari de sa femme? Comment séparer la créature de son Créateur? La rupture avec le Père a causé la mort du lien d’unité entre tous, car il en était la source par l’Esprit. La mort de l’unité a brisé l’unité dans l’individu lui-même et l’a mené à la mort.  

« Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas! » Ils entendent bien le son du glaive de la parole de Jésus sur la pierre de leur cœur. Ils résistent en voulant confronter Moïse à sa parole : « Pourquoi donc Moïse a-t-il prescrit la remise d’un acte de divorce avant la séparation? » Et Jésus donne un grand coup pour ôter le voile et démasquer le cœur de pierre qui se cache sous cette question : « C’est en raison de votre endurcissement que Moïse a concédé de renvoyer vos femmes. » De l’endurcissement de votre cœur depuis la rupture avec l’amour de Dieu. Le battement froid des cœurs de pierre semble faire monter le sang au visage comme s’il prenait vie. « Car je vous le dis, Dieu peut, des pierres que voici, faire surgir des enfants à Abraham. » (Mt 3, 9) 

Les disciples semblent libérer leurs esprits de la coutume instaurée en raison des cœurs qui se changeaient en pierre et disent : « Si telle est la situation de l’homme par rapport à sa femme, il n’y a pas d’intérêt à se marier. » Il y a si peu d’amour dans cette affirmation qu’il y a motif à pleurer devant tant de dureté. Jésus répondra à cette affirmation en les conduisant plus loin dans l’amour, en leur montrant comment l’amour peut aller loin dans le renoncement à soi pour faire l’unité et se livrer pour cette unité à se retrouver avec Dieu et tous les autres. « Il y en a qui ont choisi de ne pas se marier à cause du Royaume des cieux. Celui qui peut comprendre, qu’il comprenne! »

« Et maintenant, Père, glorifie-moi auprès de toi de la gloire que j’avais auprès de toi, avant que fût le monde. (…) afin que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux et toi en moi, afin qu’ils soient parfaits dans l’unité, et que le monde reconnaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, afin qu’ils contemplent ma gloire, que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. » (Jn 17, 5. 21-24)

Que tous soient un et que cessent les renvois des uns et des autres dans la solitude, loin de la chaleur de l’Esprit qui nous unit.

NDC