16 mars, Mt 5,43-48 : Aimez vos ennemis…

 In Méditer les écritures


Évangile :
Vous avez appris qu’il a été dit : tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.
Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,
afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant?
Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant?
Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.
Commentaires :

Je t’aime Seigneur, je t’aime et pourtant je t’aime si peu pour tout l’amour que tu me donnes. Je voudrais t’aimer toujours davantage à chaque instant, mais mon amour est si pauvre. Je dois puiser à ton amour pour t’aimer de l’amour dont tu m’aimes. Avant même que je sois ton ami, tu m’aimais. Avant même que je voie le jour, tu m’aimais. Alors, comment ne pas aimer mes ennemis avant même qu’ils ne m’aiment pour aimer comme tu m’aimes? 

Je ne peux t’aimer de l’amour dont tu m’aimes si en mon cœur la moindre inimitié envers quelqu’un prend racine, la moindre animosité envers un ennemi s’infiltre. Je ne peux aimer de l’amour que tu déverses de ton cœur transpercé si je ne m’abreuve à cette source sans péché. Qui, parmi ceux qui te crachaient au visage, n’ont pas trouvé un regard bienveillant à leur endroit. Le soldat qui te tendait au bout de sa lance du vinaigre pour répondre à ta demande de boire, a bien saisi que, malgré le breuvage indigne qu’il t’offrait, c’est de lui donner de ton amour dont tu avais soif. 

« Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent. » Aimez et pour aucune raison ne vous laissez emporter par tout ce qui peut faire que vous me sortiez de vous en ne demeurant pas dans l’amour. Non pas cet amour sélectif, cet amour qui ne donne pas d’amour sans en recevoir en retour, cet amour qui cherche avant tout à être aimé avant d’aimer celui qui l’aime. 

Contemplez le Fils de Dieu sur la croix, regardez bien où le mène son amour qui n’est qu’amour, cet amour qu’il a pour le Père et que le Père a pour lui dans le lien de l’Esprit d’amour. A-t-il levé la voix pour fuir sur le chemin de sa passion d’amour? Le Père a-t-il déchiré les cieux pour intervenir pour son Fils? L’Esprit a-t-il manifesté sa lumière dans les esprits pour pétrifier tous ceux qui s’en prenaient au Verbe fait chair par sa puissance? 

« Le Père fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. » Il est patient et doux afin que chacun puisse avoir le temps de se tourner vers lui et reconnaitre son amour dans son Fils qu’il livre pour nous. Il n’y a pas assez de joie sur la terre pour exprimer toute la joie qu’il nous prépare en se faisant si petit. Il n’y a pas assez de larmes pour pleurer toute notre ingratitude, notre indifférence, alors le Fils de Dieu prend sur lui, librement, toutes nos aversions envers le Père, il prend un visage humain et des yeux comme les nôtres pour regarder le Père et s’offrir en sacrifice ultime pour nous. 

Rien qui n’est pas amour ne peut entrer dans cette offrande du Fils à son Père dans l’Esprit Saint, rien ne peut venir à l’autel de la croix qui ne soit intact de tout mépris, toute haine, toute condescendance, toute indifférence, toute cupidité. Rien, pas une poussière de cupidité, de jalousie, de vengeance, de convoitise, car le feu pour se rendre au Père par le Fils dans l’Esprit Saint brule tout ce qui n’est pas amour. Un diamant pur ne tolère aucune fracture dans sa pierre, l’or pur aucun mélange, aucune scorie. 
Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux, et demeurez dans sa joie et sa paix.

NDC