16 nov, Lc 19,11-28 : Voici le Roi des rois, humble et monté sur un un âne tout jeune.

 In Méditer les écritures

Évangile :

Comme on écoutait Jésus, il ajouta une parabole, parce qu’il était près de Jérusalem et que ses auditeurs pensaient voir le royaume de Dieu se manifester à l’instant même.

Voici donc ce qu’il dit : « Un homme de la grande noblesse partit dans un pays lointain pour se faire nommer roi et rentrer ensuite chez lui. Il appela dix de ses serviteurs, leur distribua dix pièces d’or et leur dit : < Faites-les fructifier pendant mon voyage.> Mais ses concitoyens le détestaient, et ils envoyèrent derrière lui une délégation chargée de dire : < Nous ne voulons pas qu’il règne sur nous.>

“Mais quand il revint après avoir été nommé roi, il convoqua les serviteurs auxquels il avait distribué l’argent, afin de savoir comment chacun l’avait fait fructifier. Le premier se présenta et dit : < Seigneur, ta pièce d’or en a rapporté dix.> Le roi lui dit : < Très bien, bon serviteur! Puisque tu as été fidèle en si peu de chose, reçois l’autorité sur dix villes.> À celui-là, le roi dit encore : < Toi, tu seras gouverneur de cinq villes.>

‘Un autre encore vint dire : < Seigneur, voici ta pièce d’or, je l’avais mise de côté dans un linge. En effet j’avais peur de toi : tu es un homme exigeant, tu retires ce que tu n’as pas déposé, tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.> Le roi lui dit : < Je vais te juger d’après tes propres paroles, serviteur mauvais; tu savais que je suis un homme exigeant, que je retire ce que je n’ai pas déposé, que je moissonne ce que je n’ai pas semé; alors pourquoi n’as-tu pas mis mon argent à la banque? À mon arrivée, je l’aurais repris avec les intérêts.> Et le roi dit à ceux qui étaient là : < Retirez-lui la pièce d’or, et donnez-la à celui qui en a dix.>

‘On lui dit : < Seigneur, il en a déjà dix! – Je vous le déclare : celui qui a recevra encore; celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a. Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et mettez-les à mort devant moi.>

Après avoir dit ces paroles, Jésus marchait en avant de ses disciples pour monter à Jérusalem.

Commentaires :

Les pleurs de Zachée jonchent encore le sol. Les gens ont entendu Zachée, le chef des collecteurs d’impôts, retrouver le sens de la justice et de la droiture. Ils ont bien vu Zachée, l’homme intransigeant dans ses collectes, regretter son comportement et vouloir réparer. À voir Zachée ainsi transformé, tout devenait possible avec Jésus pour les témoins de cette scène. Les spectateurs étaient à la fois dans l’admiration et le doute.

Jésus entendait bien les réactions contradictoires des gens dans la foule. Il n’était pas sourd aux murmures de tous qui disaient : «Il est allé loger chez un homme pécheur! » (Lc 19, 7) En même temps, Jésus connaissait leurs pensées : «Ses auditeurs pensaient voir le royaume de Dieu se manifester à l’instant même. »

N’est-ce pas ce que Syméon avait dit à la mère de Jésus lors de sa présentation au temple : «Vois, cet enfant doit amener la chute et le relèvement d’un grand nombre en Israël; il doit être un signe en butte à la contradiction — et toi-même, une épée te transpercera l’âme! — afin que se révèlent les pensées intimes de bien des coeurs. » (Lc 2, 34-35)

Jésus entendait bien l’audible et l’inaudible autour de lui. Il n’ignorait pas que cette foule hésitante crierait bientôt à Jérusalem : «Crucifie-le! Crucifie-le!» (Lc 23, 21) Lui, le Roi des rois, le seul roi s’offrira en sacrifice au Père pour le salut de tous, de tous ceux-là qui demandent sa mort. Jésus ne recule pas, il se dirige d’un pas décidé vers Jérusalem. Qui peut reconnaître dans cette foule le Fils de Dieu, qui peut être assez humble pour entrevoir la lumière de son amour sous son aspect d’homme? « Exulte de toutes tes forces, fille de Sion! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem! Voici ton roi qui vient vers toi : il est juste et victorieux, humble et monté sur un âne, un âne tout jeune. Ce roi fera disparaître d’Éphraïm les chars de guerre, et de Jérusalem les chevaux de combat; il brisera l’arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations. Sa domination s’étendra d’une mer à l’autre, et de l’Euphrate à l’autre bout du pays.» (Za 9, 9-10)

Qui peut reconnaître le Roi des rois qui entre sur un âne? Qui peut reconnaître la gloire de Dieu qui se lève sur lui quand il sera élevé sur la croix pour nous racheter des griffes des chars de guerre et de la mort?

« Une épée te transpercera l’âme! » disait Syméon à Marie. Un glaive transpercera son cœur, une source vive en jaillira, une source de vie éternelle. Le Roi des rois se livre librement et gratuitement, à Lui revient toute gloire, tout honneur, tout mérite, toute puissance.

‘Glorifie pour sa miséricorde celui qui vient à nous au milieu de toi. Réjouis-toi grandement, fille de Jérusalem, chante et danse. Resplendis, resplendis! ’ (Saint André de Crète)

Jésus est tout près de Jérusalem, le tumulte monte, le père du mensonge tremble. Le Roi des rois vient sur un âne, il vient monter sur son trône de gloire d’où il attirera toute l’humanité.

Jésus ajoute une parabole maintenant qu’il est à proximité de Jérusalem, là où l’on tue les prophètes.

« Un homme de grande noblesse partit dans un pays lointain… Rien ne l’obligeait à partir, ni à distribuer des pièces d’or à ses serviteurs. La noblesse oblige, car où est la vraie noblesse sinon dans la grandeur du cœur, de la bonté, de la miséricorde. Cet homme demandait à ceux à qui il avait donné de faire fructifier ce don de pièces d’or. Ce que cet homme de grande noblesse attendait de ce don, c’est que ceux à qui il confiait son bien l’imitent en montrant un grand cœur envers les autres, dans la joie et la liberté. Elle était là, dans le cœur, la banque qui fait fructifier le don gratuit que nous recevons. «Là, où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. » (Mt 6, 21)

Le Fils de l’homme reviendra dans sa gloire. Il vient sur un âne, il monte sur un trône en croix, il se donne en nourriture, mais il reviendra dans sa gloire : « Maintenant le Fils de l’homme a été glorifié et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui-même et c’est aussitôt qu’il le glorifiera.» (Jn 13, 32) « Et maintenant, Père, glorifie-moi auprès de toi de la gloire que j’avais auprès de toi, avant que fût le monde.» (Jn 17, 5)

Comprendre autant d’amour dépasse la noblesse du cœur humain sous le joug de la loi du péché. Notre cœur a tendance à réduire l’amour de Dieu envers nous à l’amour que nous avons pour les autres. < Seigneur, voici ta pièce d’or, je l’avais mise de côté dans un linge. En effet j’avais peur de toi : tu es un homme exigeant, tu retires ce que tu n’as pas déposé, tu moissonnes ce que tu n’as pas semé.>

Son jugement est dur envers celui qui est venu mourir pour lui sur la croix. N’a-t-il pas contemplé le cœur transpercé du Fils de l’homme, là où il pouvait déposer sa pièce d’or et la faire fructifier en son cœur? N’a-t-il pas vu sa mère, l’âme transpercée par un glaive de douleur? N’a-t-il pas contemplé la miséricorde du Père qui livrait ainsi son Fils pour lui donner la vie? « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.» (Jn 3, 16-17)

Comment ne pas faire fructifier le don reçu avec l’abondance de vie qui se déverse du cœur du Fils pour faire grandir la moindre particule de vie, en vie éternelle? « Je vous le déclare : celui qui a recevra encore; celui qui n’a rien se fera enlever même ce qu’il a.» Le Roi semble dur pour ceux qui jugent sévèrement le Roi et n’entendent rien à l’immensité de son amour. Qui pouvait donner au roi le moindre sou s’il n’avait d’abord reçu de lui ce qu’il pouvait faire fructifier pour le lui rendre? Qui peut se donner la vie sans la recevoir et qui peut prolonger sa vie d’un seul jour lorsque vient le temps de la mort? Ceux qui ne veulent pas de l’amour de Dieu ne peuvent aimer, car ce n’est qu’en Dieu que nous pouvons trouver l’amour dans l’unité avec tous, du Créateur et de toutes les créatures depuis les origines du monde. «Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et mettez-les à mort devant moi.»

« Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés. Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés.» (Jn 8, 24) Vous mourrez dans cette rupture avec la vie de Dieu qui vient de son Fils mort sur la croix pour nous donner la vie.

« Après avoir dit ces paroles, Jésus marchait en avant de ses disciples pour monter à Jérusalem.»

NDC