17 oct, Lc 12, 8-12 : Le péché contre l’Esprit Saint.

 In Non classé


Évangile :

Jésus disait à ses disciples : « Je vous le déclare : Celui qui sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu. Mais celui qui m’aura renié en face des hommes sera renié en face des anges de Dieu.

« Et celui qui dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné; mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné.

“Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler. Car l’Esprit Saint enseignera à cette heure même ce qu’il faudra dire.”

Commentaires :

Jésus a enseigné à ses disciples la grandeur de l’être humain, la valeur inestimable de la vie de Dieu qui est en eux en leur suggérant fortement de veiller jour et nuit sur cette vie précieuse de crainte de la perdre. “Ne craignez rien de ceux qui tuent le corps et après cela ne peuvent rien faire de plus. Je vais vous montrer qui vous devez craindre : craignez Celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne” (Lc 12, 4-5) Craignez de perdre ce trésor précieux dans votre cœur de la vie de Dieu, craignez de la perdre comme vous craignez d’échapper un jeune bébé de vos bras. La crainte de Dieu n’est pas la peur de Dieu, c’est une attitude de veille constante à l’endroit du bien le plus précieux. La crainte de Dieu est semblable à la crainte d’une maman pour son enfant. Quoi qu’elle fasse, elle garde un œil sur son enfant pour bien le protéger, elle veille à lui fournir tous les soins les meilleurs pour assurer sa croissance, elle cherche le meilleur pour le voir grandir en santé. 

Jésus enseigne que cette vie divine en eux est si précieuse que leur personne prend par cette présence une valeur inestimable. L’être humain par la vie de Dieu devient un être immortel, il passe du fini à l’infini, de la durée à l’éternité. “À quoi sert à l’homme de gagner l’univers, s’il vient à perdre la vie.” Vous valez plus que tous les moineaux du monde, plus que tous les univers, car sans vous, sans vos yeux qui contemplent la beauté du monde, tout ne serait que du vide, du rien. Il pourrait y avoir des milliards de planètes avec les plus magnifiques paysages, sans les yeux d’un enfant, sans son esprit qui s’émerveille, il n’y a rien. Que peut dire le soleil devant la terre et l’océan devant un lever de soleil? Ils sont plus que muets devant l’un et l’autre, ils n’ont pas la parole pour se dire, pour s’émerveiller, adorer, louanger, remercier, exprimer leurs états. L’être humain est dépositaire de la parole pour donner son nom à chaque créature, à chaque chose. Son dire semble bien faible devant la puissance du soleil, si petit devant l’immensité de la planète et pourtant, que serait le soleil, la lune, les étoiles sans le regard de l’être humain, sans ses mots pour les dire. 

Et Jésus de dire à ses disciples : “Je vous le déclare : Celui qui se sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu.” 

Jésus, le Verbe fait chair, la Parole de vie, la Parole qui est comme un glaive tranchant pour s’enfoncer dans tout ce qui est mort et redonner vie, Jésus déclare que celui qui se prononce pour lui sans crainte du glaive des hommes, Jésus, Dieu fait homme pour sauver l’homme, se prononcera pour lui par sa parole de vie devant la multitude des anges qui sont des esprits au service de Dieu. Jésus, le Verbe fait chair, “qui ne fut engendré ni du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu” (Jn 1, 13), de l’Esprit de Dieu se prononcera pour ses êtres de chair qui ont cru en lui et sont devenus par lui enfants de Dieu : “à tous ceux qui l’ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom.” (Jn 1, 12) En accueillant Jésus et en se prononçant pour lui, ils ont préservé cette vie de Dieu pour la rayonner et donner la vie autour d’eux, en donnant leur vie comme le Fils de Dieu se livrant comme Fils de l’homme. La chair corruptible est devenue incorruptible en s’unissant au Verbe fait chair… “Voyez mes mains et mes pieds; c’est bien moi! Palpez-moi et rendez-vous compte qu’un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’en ai.” (Lc 24, 39)

“Ce qui est né de la chair est chair, ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas, si je t’ai dit : Il vous fait naître d’en haut.” (Jn 3, 6-7) Naître dans la mort de celui qui est venu de l’Esprit pour nous faire renaître à la vie éternelle et devenir ainsi enfants de Dieu. “Ignorez-vous que, baptisés dans le Christ Jésus, c’est dans sa mort que tous nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle.” (Ro 6, 3-4)

Quelle merveille que cette renaissance par l’Esprit, grâce au Fils unique de Dieu qui se fait Fils de l’homme, pour régénérer l’humanité par son humanité et l’élever à sa divinité! “Comment un homme peut-il naître, étant vieux? Peut-il une seconde fois entrer dans le sein de sa mère et naître?”  Jésus répondit : “En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu.” (Jn 3, 4-5) Celui qui apporte l’Esprit pour nous faire renaître, c’est Jésus par la volonté du Père. “Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.” (Jn 3, 16-17)

Le Père, qui n’en peut plus d’entendre les pleurs des enfants, donne son Fils unique avec une humilité indéfinissable. Le Seigneur de l’univers est confié à une petite maman de 16 ans, tout au plus, à un papa charpentier, un homme sans fortune. Jésus quitte le ciel avec rien, totalement dans l’abandon au Père. Les anges de Dieu sont en adoration auprès de l’enfant dès son engendrement. Devant tant d’amour pour les êtres de chair, ces êtres qui voient avec difficulté ce qui est esprit, les anges n’ont de cesse de s’abreuver à cette source éternelle d’amour qui s’ouvre sur terre, dans l’échange entre le Père, le Fils et l’Esprit. Ils entrent dans cet échange et ne cessent de chanter sa gloire, une gloire qui est vie éternelle chez les mortels. Les anges entrevoient toutes les souffrances que le Fils de Dieu devra subir comme Fils de l’homme pour venir donner de sa plénitude : Oui, de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. Car la Loi fut donnée par Moïse; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Nul n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l’a fait connaître. » (Jn 1, 16-18) Les anges voient que Jésus déjà enfant prend sur lui toutes les fautes des êtres de chair, il prie déjà pour eux afin que leur foi ne sombre pas et qu’ils le suivent. Joseph et Marie sont les premiers à se proclamer pour lui et à l’annoncer. Nous contemplons encore cette jeune famille frappant à la porte d’un hôtel afin de recevoir l’hospitalité pour l’accouchement, nous les voyons accepter avec douceur le refus et se rendre dans une étable pour donner naissance au Fils de Dieu comme Fils de l’homme. Ils portent avec leur fils dans l’Esprit ce refus sans en tenir rigueur. « Et celui qui dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné »  

Il en sera autrement pour celui qui « blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné. » 

Quel est ce péché contre l’Esprit Saint qui rend notre Dieu Tout-Puissant, impuissant à pardonner? Pécher contre l’Esprit exige que nous soyons conscients dans l’esprit de notre offense à l’Esprit Saint. Il s’agit d’un refus conscient du dessein d’amour de Dieu pour racheter toute l’humanité. Il ne s’agit pas de l’impuissance de Dieu à pardonner devant ce refus, il s’agit de la bonté de Dieu qui a créé des êtres capables de lui dire non afin de les faire ses égaux. Dieu dans son amour veut se donner entièrement, il le fait en livrant son Fils unique pour nous faire renaître à sa nature divine. Ce que Dieu ne peut nous donner, c’est d’être sans commencement. Il est le Père de tous et de tout à partir de rien. « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. Il était au commencement avec Dieu. Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut. Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. » (Jn 1, 1-4) Nous ne pouvons avoir deux pères. Nous pouvons être pères à partir du Père, mais il n’y a qu’un seul Père. « Pour vous, ne vous faites pas appeler “Rabbi” : car vous n’avez qu’un Maître, et tous vous êtes des frères. N’appelez personne votre “Père” sur la terre : car vous n’en avez qu’un, le Père céleste. » (Mt 23, 8-9) Nous sommes tous frères et tous sont aimés de Dieu le Père, les anges comme les êtres de chair. Pécher contre l’Esprit, c’est vouloir se faire père d’un monde nouveau dans le monde de Dieu et ce projet est impossible puisque tout vient du Père. Comment faire advenir un monde dans le monde du Dieu amour sans le mensonge? Nous ne pouvons être menteurs que si nous connaissons la vérité et la refuser dans le but que la réalité s’ajuste à ce que nous désirons. Le péché contre l’Esprit implique que nous connaissons la vérité de l’Esprit et de son dessein d’amour et que nous le refusons pour faire advenir notre propre monde. Le dessein d’amour de Dieu ne fait mourir personne et les plus grands doivent servir les plus petits et les plus petits doivent être aussi grands que les plus grands. Tous reçoivent de la plénitude de Dieu. « Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage? C’est que vous ne pouvez pas entendre ma parole. Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fond, parce qu’il est menteur et père du mensonge. Mais parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas. » (Jn 8,43-45) Le péché contre l’Esprit c’est connaître le dessein d’amour de Dieu qui veut que tous les êtres soient sauvés et le refuser. Le Père ne peut pardonner à celui ne veut pas être pardonné et qui veut se faire père d’un monde dans le monde du Père. Ce n’est que par le mensonge et le crime qu’il fera son monde et l’amour du Père ne cédera en rien au mensonge et au crime pour contrer ce monde. Ce sera dans l’amour, sans arme, dans l’extrême faiblesse, dans la pauvreté qu’il fera briller sa lumière dans les ténèbres. « Je ne m’entretiendrai plus beaucoup avec vous, car il vient, le Prince de ce monde; sur moi il n’a aucun pouvoir, mais il faut que le monde reconnaisse que j’aime le Père et que je fais comme le Père m’a commandé. » (Jn 14, 30-31) C’est par le don de lui-même que Jésus vaincra le Prince de ce monde, le Père du mensonge, celui qui a fait croire à Adam que Dieu ne nous aimait pas pour l’enchaîner dans son monde. « Le Prince de ce monde est jugé. J’ai encore beaucoup à vous dire, mais vous ne pouvez pas le porter à présent. Mais quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous introduira dans la vérité tout entière; car il ne parlera pas de lui-même, mais ce qu’il entendra, il le dira et il vous dévoilera les choses à venir. Lui me glorifiera, car c’est de mon bien qu’il recevra et il vous le dévoilera. » (Jn 16, 11-14) Le père du mensonge a été jugé par la gloire de la croix, par l’amour. Jésus est descendu dans son Royaume et est revenu à la vie et l’Esprit Saint peut venir nous conduire vers la vérité tout entière. 

Celui qui pèche contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné, car il refusera de sortir du mensonge malgré que la vérité tout entière sera manifestée par son élévation sur la croix.

« C’est maintenant le jugement de ce monde; maintenant le Prince de ce monde va être jeté dehors; et moi, une fois élevé de terre, j’attirerai tous les hommes à moi. » (Jn 12, 31)

Lorsque ce monde vous traduira en jugement dans ce monde du père du mensonge, ne vous inquiétez pas, l’Esprit de vérité, l’Esprit Saint qui demeure en vous parce que vous demeurez dans l’amour, vous enseignera ce qu’il faut dire. C’est ainsi que vous attirerez à vous tous ceux qui ont soif de la vérité de l’amour et de la justice pour tous. 

« Qui croit en lui n’est pas jugé; qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu. Et tel est le jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises. Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses oeuvres sont faites en Dieu. » (Jn 3, 18-21)

NDC