18 août, Mt 20, 1-16 : Le chômeur a autant de dignité que le travailleur!

 In Non classé


Évangile :

Jésus disait cette parabole : « Le Royaume des cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit au petit jour afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit d’accord avec eux sur un salaire d’une pièce d’argent pour la journée, et il les envoya à sa vigne.

“Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans travail. Il leur dit : ‘Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui est juste.’ Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même.

‘Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d’autres qui étaient là, et leur dit : ‘Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire? Ils lui répondirent : < Parce que personne ne nous a embauchés.> Il leur dit : < Allez, vous aussi, à ma vigne.>

‘Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : < Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.> Ceux qui n’avaient commencé qu’à cinq heures s’avancèrent et reçurent chacun une pièce d’argent. Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’argent.

‘En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine : < Ces derniers venus n’ont fait qu’une heure, et tu les traites comme nous, qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur! > Mais le maître répondit à l’un d’entre eux : < N’as-tu pas été d’accord avec moi pour une pièce d’argent? Prends ce qui te revient, et va-t-en. Je veux donner à ce dernier autant qu’à toi : n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mon bien? Vas-tu regarder d’un œil mauvais parce que moi, je suis bon? > 

‘Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront derniers.’

Commentaires :

Jésus vient tout juste de répondre à la question de Pierre : ‘Voici que nous, nous avons tout laissé et nous t’avons suivi, quelle sera donc notre part? ’ (Mt 19, 27) Il vient de leur affirmer qu’ils recevront bien davantage que tout ce qu’ils ont donné et cela pour la vie éternelle. Ils ajoutent : ‘Beaucoup de premiers seront derniers, et de derniers seront premiers.’, Les disciples entendent bien qu’ils recevront davantage, ils entendent bien qu’ils siègeront pour juger. Il y a toutefois une autre question qui fume dans leur tête, elle éclatera bien au grand jour à un certain moment : ‘Il s’éleva aussi entre eux une contestation : lequel d’entre eux pouvait être tenu pour le plus grand? ’ (Lc 22, 24) Ils veulent savoir les bénéfices de leur engagement, ils veulent savoir qui sera le plus grand parmi eux. 

Ils ne comprennent pas encore l’abaissement du Fils de Dieu pour nous racheter, ils ne s’imaginent pas encore que cette humilité ira jusqu’à la mort de la croix pour leur donner part à la vie éternelle. Ce qui leur vient à l’esprit en suivant Jésus ce sont des questions d’intérêts personnels : Que recevrons-nous pour avoir tout investi en toi? Qui aura la meilleure place, le meilleur traitement? Ils en arrivent à se confronter entre eux avec leurs pensées de source tout humaine. : ‘Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé.’ (Mt 23, 11-12) ‘As-tu quelque chose sans l’avoir reçu? Et si tu as tout reçu, pourquoi t’enorgueillir comme si tu ne l’avais pas reçu? ’ (1Co 4,7) Dieu choisit, il ne choisit personne pour ses beaux yeux, il choisit pour le service de tous. Il donne à l’un afin que celui qui reçoit le partage avec tous. C’est pourquoi chacun a à tout donner pour le suivre sur le chemin de la perfection de l’amour, il donne ce qui ne lui appartient pas, mais ce dont il a la gérance. 

Il est difficile à un riche d’entrer dans le Chemin du Royaume de Dieu, car il s’approprie ce qui lui a été confié pour le service de tous, à son propre bénéfice. 

Jésus pour bien leur faire comprendre qu’ils n’ont pas à s’enorgueillir de ce qu’ils reçoivent gratuitement, leur raconte une parabole, une petite histoire lancée dans la mémoire pour atteindre le cœur dans ses profondeurs comme une petite pierre dans l’eau dont les vagues toucheront tous les rivages.    

‘Le Royaume des cieux est comparable au maître d’un domaine.’ Ce maître embauche et s’entend sur un salaire. Vous aurez en héritage la vie éternelle disait Jésus à ses disciples. Tout un salaire pour ceux qui viennent travailler à sa vigne. Que peut-il donner de plus? Une pièce d’argent qui est semblable à cette perle fine qu’un marchand découvre et va tout vendre pour la posséder. 

Croyez-vous que celui qui est embauché a plus de valeur aux yeux du maître que celui qui demeure au chômage? Ils étaient là à attendre sur la place pour du travail. Matthieu était là, à sa table de changeur à attendre un sens plus élevé à sa vie que de collecter des impôts. Pierre était là à sa barque à attendre plus que de pêcher du poisson. Il cherchait autre chose et son frère André ne l’ignorait pas. Il s’empresse de lui dire après avoir entendu les paroles de Jean : ‘Nous avons trouvé le Messie’ (Jn 1, 41)-  dit André à son frère et il l’amène vers Jésus. Il était là à attendre, Jésus l’embauchera à l’instant : Il le regarda et dit : ‘Tu es Simon, le fils de Jean; tu t’appelleras Céphas’ — ce qui veut dire Pierre.’ (Jn 1, 42) Il nous connaît bien le maître du domaine, il veut embaucher des ouvriers à sa moisson pour le bien de tous. Jésus montre bien qu’il ne veut pas se laisser enfermer dans un petit groupe particulier, un petit monde de privilégiés. Il ne veut pas former un jet-set spirituel. Il vient pour la multitude et il connaît chacun en particulier. 

‘Je connais tous les oiseaux des montagnes, et ce qui se meut dans les champs est sous ma main. Si j’avais faim, je ne te le dirais pas, car le monde est à moi, et tout ce qu’il renferme. Est-ce que je mange la chair des taureaux? Est-ce que je bois le sang des boucs? Offre en sacrifice à Dieu l’action de grâces, et acquitte tes voeux envers le Très-Haut.’ (Ps 50, 11-14) Dieu connaît tous les oiseaux, il connaît chaque étoile par son nom, combien plus il connaît chaque être humain par son nom, plus encore  il tient à chacun comme la prunelle de son œil. ‘Considérez les corbeaux : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’ont ni cellier ni grenier, et Dieu les nourrit. Combien plus valez-vous que les oiseaux! ’ (Lc 12 23)

‘Le maître du domaine engage l’un avant l’autre, l’un travaille plus longtemps que l’autre et pourtant c’est lui qui fait tout le travail : ‘Sait-il gré à ce serviteur d’avoir fait ce qui lui a été prescrit? Ainsi de vous; lorsque vous aurez fait tout ce qui vous a été prescrit, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles; nous avons fait ce que nous devions faire.’ (Lc 17, 9-10) 

Y a-t-il un premier et un dernier dans le dessein d’amour de Dieu, un plus grand et un plus petit, un plus aimé et l’autre moins? Dieu n’est qu’amour et à chacun l’amour se donne tout entier. À certains d’attendre sans envier ceux qui travaillent à sa vigne, à d’autres de travailler fort sans croire qu’ils méritent plus, car comme Dieu est tout à tous ainsi nous devons travailler dans la joie pour le bien de tous en désirant que tous reçoivent autant que nous obtiendrons. 

 ‘Je ne prie pas pour eux seulement, mais aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi, afin que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé.  Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux et toi en moi, afin qu’ils soient parfaits dans l’unité, et que le monde reconnaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.’ (Jn 17, 20-23) 

Sachons attendre sur la place du cœur d’être embauché au service de celui en qui tout subsiste.

NDC