18 fév, Mc 1, 12-15 : Les temps sont accomplis!

Home / Méditer les écritures / 18 fév, Mc 1, 12-15 : Les temps sont accomplis!

Évangile :
Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert. Et dans le désert il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.
Après l’arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »
Commentaires :
« Ayant été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l’eau; et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici qu’une voix venue des cieux disait : “Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur.” (Mt 3, 16-17) Aussitôt remonté de l’eau, les cieux s’ouvrirent. Comment les cieux pouvaient-ils demeurer fermés devant l’être saint qui remontait des eaux? Les cieux voudraient s’effacer devant celui qui a dressé sa voûte au-dessus de la terre avec son soleil, sa lune, ses étoiles. Comment le Fils de Dieu, le Créateur du ciel et de la terre peut-il venir s’abriter sous mon voile? Les cieux interpellent les chaînes moléculaires qui font l’unité de ce voile bleu afin qu’elles ouvrent une bouche pour laisser entendre la voix de Dieu, le Père de tout et de tous.
L’Esprit de Dieu, voilà déjà une trentaine d’années était descendu sur Marie pour engendrer le Fils de Dieu… Écoutez, écoutez l’inaudible, l’invisible, le non palpable, la réalité non apparente annoncer à Marie cette naissance : “L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre; c’est pourquoi l’être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu.” (Lc 1, 35) L’émoi au plus haut des cieux était plus grand que partout sur la terre et les anges, ces messagers de Dieu ne pouvaient retenir leurs louanges et courir annoncer aux plus petits la grande nouvelle de la naissance du Fils de Dieu : “Et ceci vous servira de signe : vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche.” Et soudain se joignit à l’ange une troupe nombreuse de l’armée céleste, qui louait Dieu, en disant : “Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix aux hommes de bonne volonté!” (Lc 1, 12-14) Gloire à Dieu au plus haut des cieux! Écoutez Élisabeth lorsqu’elle entend la salutation de Marie : “Et comment m’est-il donné que vienne à moi la mère de mon Seigneur? (Lc 1, 43) Comment m’est-il donné que le Fils de Dieu descende dans les eaux de la terre, comme dans les eaux de sa mère, lui qui demeure au plus des cieux? Il prépare les eaux de la matrice nouvelle qui nous fera renaître comme enfant de Dieu? ‘En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme.’ (Jn 1, 51) Voici celui qui dresse l’échelle de Jacob afin de se faire chemin vers le Père, au-delà du voile des apparences pour s’unir à la vie de Dieu par lui.
Aussitôt remonté de l’eau, l’Esprit de Dieu est là sous la forme de la colombe pour annoncer que le temps du déluge du péché est terminé, que les eaux de la mort vont se retirer et que les eaux de la vie éternelle viendront faire refleurir le désert. ‘Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.’ (
Jn 4:7) Ces eaux de vie éternelle, c’est l’Esprit de Dieu qui par lui pourra jaillir sur la terre du plus haut des cieux. C’est l’Esprit que recevront ceux qui croiront en lui; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié.” 
(Jn 7:37) Lorsqu’il sera glorifié par la puissance de Dieu après être descendu dans la mort pour nous en libérer, il retournera auprès du Père et l’Esprit viendra nous faire revivre et faire fleurir sur nos têtes les couronnes de vie.
Il coulera ce fleuve d’eau de la vie, il coulera de son cœur transpercé à travers les siècles, jusqu’à la fin des temps pour répandre la vie : “Et il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations.” 
(Ap 22, 1-3)

Les cieux ne demeurent pas fermés devant une telle nouvelle pour les habitants de la terre et pour tous ceux qui sont sous terre et ceux qui viendront.
L’Esprit s’est fait Germe divin en Marie, il se fait colombe à la sortie de l’eau du baptême de Jésus, il se fait colombe pour préfigurer l’offrande du Fils qui sera l’Agneau de Dieu qui ouvrira le chemin des cœurs pour nous faire renaître de la vie de Dieu. “Oui, de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. Car la Loi fut donnée par Moïse; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Nul n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l’a fait connaître. » (Jn 1, 16-18)
Surtout, ne riez pas, ne soyez pas insensible à tant d’amour parce qu’il se fait faible, qu’il ne déploie pas sa puissance pour écraser, mais pour relever dans la tendresse l’homme de son grabat, de sa tombe. ‘Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes.’ (1 Cor 1, 25) ‘Ma grâce te suffit : car la puissance de Dieu se déploie dans la faiblesse.’ (2 Cor 12, 9) Dieu ne se prend pas pour un autre, il est Dieu, il est Celui qui est, il n’a rien d’autre à prouver qu’il est amour et il nous le prouve. ‘La preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ, alors que nous étions encore pécheurs, est mort pour nous.’ (Rm 5, 9) Il y a de quoi craindre cet amour sans faille qui remplit la terre et le ciel, il y a de quoi trembler et se convertir à cet amour par sa grâce, car rien qui n’est pas amour ne peut demeurer en Dieu qui n’est qu’Amour. ‘Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle.’ N’est-ce pas au plus beau carême que nous sommes invités? Se priver de tout ce qui n’est pas amour pour demeurer dans l’amour de celui qui n’est qu’Amour et qui nous aime, au point de nous inviter à s’unir à son amour en nous donnant son amour.
Aussitôt Jésus sorti de l’eau, ‘aussitôt l’Esprit le pousse au désert.’ Dieu est empressé de se mesurer comme Fils de l’homme à ce qui retient l’homme dans ses chaines, loin de l’étreinte amoureuse de Dieu qui donne vie. Aussitôt, l’âge de sa vie cachée achevé, aussitôt l’Esprit pousse Jésus au désert, sans armes, sans bouclier, sans eau, ni nourriture. L’Esprit le pousse au milieu des bêtes sauvages pour nous, il le pousse là où le père du mensonge tentera de le faire renoncer à élever l’Arbre de vie au milieu de son jardin, à s’élever sur l’arbre de la croix pour être source de vie éternelle dans la mort par sa mort. Il tente de le convaincre que cette sagesse de la faiblesse passera inaperçue chez les hommes qui sont avides de richesses, de pouvoirs, d’avoir, de savoir, de plaisirs immédiats, de récompenses.
Quarante jours, quarante nuits, il tentera de lui dire que les hommes se moquent de l’amour, ce qu’ils veulent c’est un maître qui leur donne du plaisir et des jeux. Pourtant, Jésus ne cèdera en rien, il ne doutera pas de l’être humain, il ne doutera pas de la force du pain qu’il vient leur offrir pour leur donner de se relever de la boue de la violence, de la haine, de la guerre. Jésus gardera confiance en cette petite semence de vie qu’il vient répandre dans les cœurs. Elle grandira à l’ombre de la croix et elle deviendra un arbre qui nourrira les autres et le désert se changera en verger. ‘Jésus ne mangea rien en ces jours-là et, quand ils furent écoulés, il eut faim. Le diable lui dit : ‘Si tu es Fils de Dieu, dis à cette pierre qu’elle devienne du pain.’ Et Jésus lui répondit : ‘Il est écrit : Ce n’est pas de pain seul que vivra l’homme.’ (Lc 4, 2-4) ‘Je suis le pain de vie. Qui vient à moi n’aura jamais faim; qui croit en moi n’aura jamais soif.’ (Jn 6, 35) L’arbre de la croix s’élèvera dans le désert et tous ceux qui ont faim et soif d’amour, de justice, de paix pourront venir s’y abreuver dans l’obscurité du calvaire. ‘Car le règne de Dieu n’est pas affaire de nourriture ou de boisson, il est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint.’ (Ro 14, 17)
Le père du mensonge s’éloigna pour le temps que son monde et ses royaumes fondés sur le mensonge dureront, car il est venu le temps de la foi en l’amour de Dieu, il est venu le temps où celui qui veut mourir d’amour trouvera le repos. Il achève le temps du guerrier qui tue pour régner, il achève le temps des criminels, le temps de ceux qui laissent mourir de faim l’affamé. Les rieurs ne riront plus bientôt de l’artisan de paix qui se dépense sans salaire pour les autres.
Après l’arrestation de Jean Baptiste, Jésus partit pour la Galilée pour proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu; il disait : ‘Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle.’
NDC