19 fév, Mt 25, 31-46: Le Christ-Roi : l’Agneau immolé.

Home / Méditer les écritures / 19 fév, Mt 25, 31-46: Le Christ-Roi : l’Agneau immolé.

Évangile :
Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des chèvres : il placera les brebis à sa droite, et les chèvres à sa gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : Alors, les justes lui répondront :
Et le Roi leur répondra : Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche :
Alors, ils répondront, eux aussi : Il leur répondra :
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »
Commentaires :
Jésus parle à ses disciples de sa venue dans la gloire. Les disciples sont enchantés de l’entendre ainsi parler de sa gloire. Enfin, ils recevront un salaire pour avoir tout quitté pour le suivre. Ils auront un poste de prestige que les autres leur envieront. L’excitation est à son comble parmi eux. Déjà, en eux-mêmes, ils se demandent qui sera plus grand, qui sera à sa gauche et à sa droite près de son trône. Ils sont empressés de savoir quand cela se produira, car ils savent bien que les autorités veulent la mort de Jésus et que le projet semble s’orienter vers l’échec le plus total. Les disciples voudraient bien que Jésus manifeste sa royauté au plus tôt, car les puissants de ce monde font sentir leurs menaces de plus en plus sur la vie de Jésus.
« Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes gens auraient combattu pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Mais mon royaume n’est pas d’ici. » Pilate lui dit : « Donc tu es roi? » Jésus répondit : « Tu le dis : je suis roi. Je ne suis né, et je ne suis venu dans le monde, que pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. » (Jean 18:36 -37)
Le Fils de Dieu est venu d’abord dans le monde comme Fils de l’homme afin de manifester sa gloire en se livrant pour nous racheter du mensonge et de la mort. « Je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. » Dieu est votre Père, il vous aime et il n’y a pas un instant qu’il n’est pas tout amour pour chacun de vous. La vérité, c’est que Dieu est vie, il n’est que vie et en lui, il n’y pas la mort, c’est pourquoi, il ne veut la mort de personne, pas plus du pécheur que de l’enfant naissant. La vérité, c’est que Dieu n’est qu’amour et qu’il n’y a en lui aucune violence, méchanceté, esprit de vengeance, haine, colère. Il n’est que miséricorde et tendresse, bonté et générosité. « Eh bien! Moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre; veut-il te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui même ton manteau; te requiert-il pour une course d’un mille, fais-en deux avec lui. À qui te demande, donne; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos. Vous avez entendu qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien! Moi je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs, afin de devenir fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. » (Mt 5, 39-45) La vérité, c’est que Dieu est amour, qu’il n’est qu’Amour et qu’en lui, il n’y a rien qui ne soit pas Amour. La vérité dont Jésus vient témoigner nous appelle à n’être qu’amour envers tous : « Or, c’est à cela que vous avez été appelés, car le Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un modèle afin que vous suiviez ses traces, lui qui n’a pas commis de faute — et il ne s’est pas trouvé de fourberie dans sa bouche; lui qui insulté ne rendait pas l’insulte, souffrant ne menaçait pas, mais s’en remettait à Celui qui juge avec justice; lui qui, sur le bois, a porté lui-même nos fautes dans son corps, afin que, morts à nos fautes, nous vivions pour la justice; lui dont la meurtrissure vous a guéris. Car vous étiez égarés comme des brebis, mais à présent vous êtes retournés vers le pasteur et le gardien de vos âmes. » (1 Pi 2, 21-25)
La vérité de Dieu en ce monde, la vérité de son amour, c’est sur la croix que Jésus en dévoile la gloire. La vie se laisse mourir pour faire mourir la mort; l’amour se laisse offenser sans répondre que par l’amour afin que nous suivions ses traces et que par lui, nous puissions devenir amour pour « la louange de la gloire de son nom.
“C’est ainsi qu’Il nous a élus en lui, dès avant la fondation du monde, pour être saints et immaculés en sa présence, dans l’amour, déterminant d’avance que nous serions pour Lui des fils adoptifs par Jésus Christ. Tel fut le bon plaisir de sa volonté, à la louange de gloire de sa grâce, dont Il nous a gratifiés dans le Bien-aimé. En lui nous trouvons la rédemption, par son sang, la rémission des fautes, selon la richesse de sa grâce, qu’Il nous a prodiguée, en toute sagesse et intelligence : Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, ce dessein bienveillant qu’Il avait formé en lui par avance, pour le réaliser quand les temps seraient accomplis : ramener toutes choses sous un seul Chef, le Christ, les êtres célestes comme les terrestres.” (Éph 1, 4-10)
La vérité est amour et l’amour est don de soi comme Jésus, le témoin de l’amour se donne pour nous afin de nous ramener dans l’unité, sous un seul chef, celui qui est la vie, la vérité et le chemin vers le Père.
Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, nous le verrons sur son trône en Agneau immolé et non comme un prince paré de bijoux et suscitant l’effroi. Il sera un Agneau immolé qui ne viendra pas pour juger, mais pour sauver. La lumière de vérité rayonnant de l’Agneau sera plus puissante que tous les soleils réunis, que toutes les énergies, d’une lumière d’amour apaisante pour ceux qui sont brebis et souffrantes, pour ceux qui résisteront à l’amour inconditionnel et miséricordieux de Dieu. La parole de Jésus fera grincer des dents les uns et danser les autres : “Eh bien! Moi je vous dis de ne pas tenir tête au méchant : au contraire, quelqu’un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l’autre;… »
Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, il se présentera comme un Agneau égorgé, inoffensif et Tout-Puissant, Amour et Vérité, Justice et Paix. Un Agneau égorgé, voilà le Christ Roi : ‘Digne est l’Agneau égorgé de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire et la louange.’ Et toute créature, dans le ciel, et sur la terre, et sous la terre, et sur la mer, l’univers entier, je l’entendis s’écrier : ‘À Celui qui siège sur le trône, ainsi qu’à l’Agneau, la louange, l’honneur, la gloire et la puissance dans les siècles des siècles! ’ Et les quatre Vivants disaient : ‘Amen! et les Vieillards se prosternèrent pour adorer. » (Apo 5, 12-14)
Et dans la multitude, les brebis iront d’un côté et les boucs de l’autre, car dans la lumière, il n’y a qu’une seule réalité, celle du cœur. La réalité des apparences disparaît et le loup ne peut plus se déguiser en brebis : ‘Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis : au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de toute pourriture; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.’ (Mt 23, 27-28)
Jésus, dans sa venue dans la gloire, juge selon la mesure dont nous avons jugé les autres, car qui peut reconnaître l’Agneau égorgé sinon celui qui a aimé le plus petit d’entre ses frères comme lui-même. ‘Pardonne-nous comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés.’ (Mt 6, 12) ‘Ne jugez pas, afin de n’être pas jugés; car, du jugement dont vous jugez on vous jugera, et de la mesure dont vous mesurez on mesurera pour vous. Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’oeil de ton frère? Et la poutre qui est dans ton oeil à toi, tu ne la remarques pas! ’ (Mt 7, 1-3)
« Qui donc est Dieu que nul ne peut aimer
s’il n’aime l’homme?
Qui donc est Dieu qu’on peut si fort blesser
en blessant l’homme?
Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi? » (Hymne liturgique)
Que pouvons-nous rendre à Dieu comme gratitude pour tout le bien qu’il nous a fait, nous fait et nous fera? Nous ne pouvons rendre gloire à la louange de son nom que par le témoignage de la poursuite constante de la sainteté.
‘Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait.’ (Mt 5, 48) Aucun microbe d’imperfection ne peut entrer dans l’Amour, le don total de soi est exigé comme les Trois personnes de la Trinité se donnent constamment l’une à l’autre pour ne former qu’un Seul Dieu Amour.
NDC