19 mai, Jn 15, 12-17 : Dieu nous a aimés le premier!

Home / Méditer les écritures / 19 mai, Jn 15, 12-17 : Dieu nous a aimés le premier!

 

Évangile :

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ignore ce que veut faire son maître; maintenant, je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître.

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez en mon nom, il vous l’accordera.

“Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres.”

Commentaires :

Lorsqu’un arbre se mire dans un lac, que lui dit-il? T’inquiète pas, je ne bougerai pas, je m’enracinerai bien pour servir d’habitat à la faune et à la flore. Je te servirai aussi d’écran pour que ton eau ne se réchauffe pas excessivement, de barrière contre les apports de sédiments, de rempart contre l’érosion des sols et des rives, de régulateur du cycle hydrologique, de filtre contre la pollution, de brise-vent. Ne t’inquiète pas ton eau sera claire et tu verras des enfants venir s’y plonger, et des pêcheurs à l’aube lancer leurs barques dans ton eau. Le lac n’oubliera certainement pas de remercier les arbres et ils deviendront amis assurément. À force de vivre ensemble, ils se connaîtront si bien, qu’ils ne feront plus qu’un avec toute cette vie qui grandira dans leur environnement. Le chant nuptial des grenouilles se fera entendre avec l’appel du huard, les moustiques danseront à la surface de l’eau, le héron viendra se poser immobile au milieu des nénuphars. L’oiseau fera son nid, la loutre aussi et il n’y aura pas un endroit sans vie, pas un pouce carré inerte.

Aimez-vous les uns les autres comme je vous aimés en créant cette nature pour vous. Aimez-vous… Est-ce que les oiseaux foncent sur les enfants pour les effrayer? Est-ce que les branches des arbres se concertent pour les frapper au passage?   Est-ce que le croassement des grenouilles, le gazouillis des oiseaux, le cri strident de la cigale nous sont insupportables? Non, la nature nous est agréable, ses odeurs, les paysages, ses chants, son ombre, sa fraicheur.

Nous sommes aimés plus que nous ne pouvons l’imaginer. Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre, la terre était vide, il y avait les ténèbres et l’Esprit de Dieu planait sur les eaux… 1 — Dieu dit : Que la lumière soit! et la lumière fut. Il nomma la lumière “jour” et les ténèbres “nuit”. Et Dieu vit que cela était bon. Il y eut un soir, il y eut un matin, c’était le premier jour! — Dieu dit : Que la terre apparaisse au beau milieu des mers, et que la terre soit remplie d’arbres, d’herbe et de fruits. Et Dieu vit que cela était bon. Dieu dit : Qu’il y ait des étoiles tout là-haut dans le ciel! Il fit le soleil pour le jour, et la lune à son tour. Et Dieu vit que cela était bon. Dieu dit : Que les eaux grouillent d’êtres, que tous les oiseaux volent,
puis il bénit les animaux tous selon leur espèce. Et Dieu vit que cela était bon. — Dieu dit : Faisons l’homme et la femme à notre ressemblance. Il ajouta : soyez féconds, dominez sur la terre !
Et Dieu vit que cela était bon. (Gn 1)

Qui ne connaît pas ce texte de la genèse, croyant et incroyant? Les trois grandes religions, juive, chrétienne et musulmane partagent le même récit. Tout est bon dans la création et tout participe à la vie, à l’échange, à l’élévation.

Nous sommes aimés, nous sommes tellement aimés! Pourquoi sommes-nous aussi sourds et aveugles à cet amour? N’est-ce pas parce que Dieu nous aime le premier, avant même la création du monde? Il nous aimait et préparait pour nous ce qu’il y a de plus beau. Comment Adam et Ève pouvaient-ils être conscients de tout cet amour? Le père du mensonge avait beau jeu pour leur faire croire que Dieu ne les aimait pas. Il vous fait croire par l’interdit de vous séparer de lui, que vous ne pouvez vivre sans lui. Mangez ce fruit de la séparation et vous verrez que vous ne mourrez pas. Manger ce fruit, il ne vous aime pas.

Avant même notre chute dans la séparation, loin de lui, il nous aimait encore et préparait déjà une nouvelle création pour nous afin de nous élever encore plus haut que nous ne l’étions déjà.

« Avant la création du monde, Dieu nous avait déjà choisis pour être siens par le Christ, afin que nous soyons saints et sans défaut à ses yeux. Dans son amour, Dieu avait décidé par avance qu’il ferait de nous ses enfants par Jésus-Christ; dans sa bienveillance, voilà ce qu’il a voulu.» (Eph1.4-5)

Comment rendre l’amour à celui qui nous aime avant même d’être né? Comment rendre l’amour à celui qui nous pardonne d’avance et qui prend sur lui notre faute?

 » Dieu ne vous aime pas, » continue de répéter sans cesse le père du mensonge. Pourtant la vie est si belle, la vie serait si belle sans la méchanceté des uns à l’égard des autres! Malgré toute la souffrance en ce monde, toutes les duretés entre nous, la beauté d’un enfant, la beauté de la nature chantent toujours l’amour à tue-tête. Dieu nous aime, tout est amour, il faut retourner dans les bras de Dieu. “Qui t’a dit que tu étais nu? ” Qui t’a dit que tu n’étais pas aimé?

Aimez-vous les uns les autres comme je vous aimés pour ne plus jamais douter de l’amour dont vous êtes aimés et retrouver l’unité avec tous, y compris votre Père que nul n’a jamais vu.

« Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu. Tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, et ils connaissent Dieu. Celui qui n’aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour.» (1 Jn, 4,7-8) « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.» Les disciples ne l’ont pas vu encore sur la croix, ils ne savent pas encore qu’il donnera sa vie pour eux de cette manière. Il nous enfantera tous dans la douleur de l’amour, et cette eau qui jaillera de son cœur afin que nous soyons baptisés dans sa mort, inondera la terre pour devenir un sein maternel, une matrice où se plonger pour renaître à la vie d’enfant de Dieu. Un tel amour! Qui pouvait l’imaginer en ce monde?

“Voici comment Dieu a manifesté son amour parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici à quoi se reconnaît l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils qui est la victime offerte pour nos péchés. Mes bien-aimés, puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour atteint en nous sa perfection. » (1 Jn, 4,9-12)

Dieu est notre ami, le meilleur ami, car qui peut douter de son amitié en le voyant suspendu à la croix pour nous sortir de l’emprise du mal et de la mort.

Voulons-nous à notre tour devenir son ami? Eh bien, ne craignons pas de donner notre vie avec lui pour les autres, Dieu nous a aimés le premier, il nous aime toujours plus que nous ne pourrons jamais l’aimer, alors aimons, entrons dans son amitié et ne craignons pas le langage du monde qui refuse d’entrer dans cet amour de tous pour ne s’aimer que soi-même.

‘Et nous, nous avons reconnu et nous avons cru que l’amour de Dieu est parmi nous. Dieu est amour : celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu en lui. Voici comment l’amour, parmi nous, atteint sa perfection : il nous donne de l’assurance pour le jour du jugement. Car ce que nous sommes dans ce monde est à l’image de ce que Jésus est lui-même. Il n’y a pas de crainte dans l’amour, l’amour parfait chasse la crainte; car la crainte est liée au châtiment, et celui qui reste dans la crainte n’a pas atteint la perfection de l’amour. Nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier. (1 Jn, 4,16-19)

« Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres. » Il n’y a pas d’interdit dans l’amour, mais un commandement. « Aime, dit Saint Augustin et fais ce que tu veux, car tu feras ce que tu dois. »

 

NDC