19 sept, Lc 8, 4-15 : Le cœur brisé porte fruit!

Home / Méditer les écritures / 19 sept, Lc 8, 4-15 : Le cœur brisé porte fruit!

Évangile :

Comme une grande foule se rassemblait, et que toutes les villes on venait vers Jésus, il dit en parabole : « Le semeur est sorti pour semer la semence. Comme il semait, du grain est tombé au bord du chemin, les passants l’ont piétiné, et les oiseaux du ciel ont tout mangé. Du grain est tombé dans les pierres, il a poussé, et il a séché parce qu’il n’avait pas d’humidité. Du grain est tombé aussi au milieu des ronces, et, en poussant, les ronces l’ont étouffé. Enfin du grain est tombé dans la bonne terre, il a poussé, et il a porté du fruit au centuple. »

En disant cela, il élevait la voix : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende! »

Ses disciples lui demandaient quel était le sens de cette parabole. Il leur déclara : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres n’ont que les paraboles, afin que se réalise la prophétie : Ils regarderont sans regarder, ils écouteront sans comprendre.

“Voici le sens de la parabole. La semence, c’est la parole de Dieu. Ceux qui sont au bord du chemin, ce sont ceux qui ont entendu; puis le démon survient et il enlève de leur cœur la Parole, pour les empêcher de croire et d’être sauvés. Ceux qui sont dans les pierres, lorsqu’ils entendent, ils accueillent la Parole avec joie. Mais ils n’ont pas de racines, ils croient pour un moment, et au moment de l’épreuve, ils abandonnent. Ce qui est tombé dans les ronces, ce sont ceux qui ont entendu, mais qui sont étouffés, chemin faisant, par les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie et ne parviennent pas à la maturité.

‘Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, la retiennent, et portent du fruit par leur persévérance.’

Commentaires :

‘Jésus, voyant une grande foule de gens (…), fut saisi de pitié envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger.’ (Mc 6, 34) Jésus est saisi de pitié pour chacune des personnes dans cette foule. Il voit bien la misère de chacun à demeurer dans l’amour, la joie, la paix avec toutes les exigences de la vie et les épreuves inévitables. Hérode est aussi pitoyable que le plus pauvre de ses sujets dans ce combat pour accéder à la plénitude de la joie dans l’amour. Son ennui est si grand qu’il prend la femme de son frère pour se donner l’impression de vivre. Il organise des fêtes et s’extasie devant Salomé qui danse pour lui, en lui promettant la moitié de son royaume. Plusieurs dans la foule dont Jésus prend pitié sont fortunés et pourtant ils sont en manque, ils ignorent de quoi, mais ils le sont.

‘Tu t’imagines : me voilà riche, je me suis enrichi et je n’ai besoin de rien; mais tu ne le vois donc pas : c’est toi qui es malheureux, pitoyable, pauvre, aveugle et nu! Aussi, suis donc mon conseil : achète chez moi de l’or purifié au feu pour t’enrichir; des habits blancs pour t’en revêtir et cacher la honte de ta nudité; un collyre enfin pour t’en oindre les yeux et recouvrer la vue. Ceux que j’aime, je les semonce et les corrige. Allons! Un peu d’ardeur, et repens-toi! ’ (Ap 3, 17-19)

Jésus est saisi de pitié devant la foule, devant tous ces gens qui ne savent pas ce qu’ils devraient rechercher pour se libérer de cet état pitoyable d’illusion, d’apparence, de passager, de vanité. ‘Ne vous inquiétez donc pas en disant : qu’allons-nous manger? qu’allons-nous boire? de quoi allons-nous nous vêtir? Ce sont là toutes choses dont les païens sont en quête. Or votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela. Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain : demain s’inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine.’ (Mt 6, 31-34) Oui, Hérode préfère faire trancher la tête d’un homme juste pour ne pas perdre la face devant ses invités. Nous préférons renoncer à la justice pour un peu d’intérêt immédiat. Nous préférons renier notre ami pour nous chauffer auprès du feu comme le fera Pierre dans la cour du Grand Prêtre.

Jésus est devant cette foule qui voudrait bien que Jésus soit le Messie attendu afin qu’il leur apporte le paradis tout de suite, en oubliant tous les autres. Il est à eux le Messie et c’est pour eux qu’il vient. Jésus n’a de cesse d’enseigner pour les ouvrir à l’amour de tous, car toutes les créatures ont la même origine, le même Père et aucune ne peut être moins aimée, car Dieu est Tout amour, il ne peut être moins ou plus pour l’un ou l’autre. Il est tout amour en tous.

Jésus enseigne la foule, il veut les ramener à ce qui doit être la quête essentielle dans la vie pour atteindre la plénitude de joie que chacun recherche.

Le semeur est sorti pour semer la semence. Le semeur s’est fait chair dans le sein de la vierge Marie par la puissance de l’Esprit Saint. Le Verbe s’est fait chair, la parole de vie, le germe incorruptible a pris chair pour semer sa parole de vie en ce monde. Le Verbe incorruptible a grandi dans le monde corruptible, la Parole de vie faite chair a grandi dans le monde mortel et il est sorti pour répandre sa Parole créatrice afin de renouveler la face de cette terre sous l’emprise de la mort et du mal.

Le semeur est sorti pour semer la semence incorruptible, le Germe de vie dans les cœurs. Il semait dans l’esprit ce qui est Esprit, il semait ce qui devait porter les fruits de l’Esprit dans l’esprit pour bien conduire le corps à se mettre au service des autres dans l’amour. Quels sont les fruits de l’Esprit  produit par la semence de la Parole de vie? ‘Le fruit de l’Esprit est charité, joie, paix, longanimité, serviabilité, bonté, confiance dans les autres, douceur, maîtrise de soi : contre de telles choses il n’y a pas de loi. Or ceux qui appartiennent au Christ Jésus ont crucifié la chair avec ses passions et ses convoitises. Puisque l’Esprit est notre vie, que l’Esprit nous fasse agir. Ne cherchons pas la vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres, en nous enviant mutuellement.’ (Ga 5, 22-26) Ne cherchons pas ce qui mène à nulle part, cherchons d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, cherchons l’Esprit qui nous rendra maîtres de notre esprit afin de bien maîtriser notre corps pour le mettre au service de la charité. Le semeur est sorti pour semer la semence en nous qui donne des fruits de vie, une nourriture qui libère de l’esclavage de l’isolement au milieu des autres. ‘Vous avez été appelés à la liberté; seulement, que cette liberté ne se tourne pas en prétexte pour la chair; mais par la charité, mettez-vous au service les uns des autres. Car une seule formule contient toute la Loi en sa plénitude : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous vous mordez et vous vous dévorez les uns les autres, prenez garde que vous alliez vous entre-détruire. Or je dis : laissez-vous mener par l’Esprit et vous ne risquerez pas de satisfaire la convoitise charnelle.’ (Ga 5, 13-16)

Que notre esprit accueille l’Esprit de Dieu dans sa parole de vie pour que son corps soit l’instrument de service de l’amour de Dieu pour le prochain. Il ne faut pas laisser les passants piétiner la parole de vie en nous et la laisser se faire dévorer par ce qui n’est pas amour. Il ne faut pas s’endurcir le cœur par crainte de perdre une richesse qui n’en est pas une… vous vous croyez riches et pourtant vous êtes pitoyables. Il faut croire plutôt en celui qui vient nous sortir de nos tombeaux, qui prend chair pour nous tendre la main, qui prend chair pour que notre chair en lui soit régénérée par l’Esprit.

‘Enfin, du grain est tombé dans la bonne terre, il a poussé, et il a porté du fruit au centuple.’ En disant cela, il élevait la voix : ‘Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende! ’

Entendez bien que Dieu est proche de celui qui reconnaît sa pauvreté, son état pitoyable pour se maîtriser et se mettre au service de l’amour, entendez bien que c’est dans ce cœur que la terre permet à la Parole de vie de grandir et de porter les fruits de l’Esprit.  ‘L’Eternel est près de ceux qui ont le cœur brisé, et il sauve ceux qui ont l’esprit brisé’ (Ps 34.19). Comment le cœur tout préoccupé à s’enrichir pour lui-même, pourrait-il accueillir la parole de celui qui se fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté? ‘Vous connaissez, en effet, la libéralité de notre Seigneur Jésus Christ, qui pour vous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, afin de vous enrichir par sa pauvreté.’ (2, Cor 8, 9)

La bonne terre, c’est celle qui ne se prend pas pour de la bonne terre capable de se débrouiller sans Dieu pour porter fruit : ‘Les sacrifices (agréables) à Dieu, c’est un esprit brisé : un cœur brisé et contrit; Ô Dieu, Tu ne le dédaignes pas’ (Ps 51.19). Comment recevoir l’amour et avoir soif d’amour sans reconnaître que nous sommes sans amour? Il faut trouver la source de l’amour pour s’abreuver d’amour et porter fruit dans l’amour pour étancher la soif des autres. Il faut chercher l’amour pour se donner, pour être un arbre planté au cœur du monde afin que plusieurs puissent s’y nourrir.

‘Recherchez la charité; aspirez aussi aux dons spirituels (…)

Ainsi de vous : puisque vous aspirez aux dons spirituels, cherchez à les avoir en abondance pour l’édification de l’assemblée.’ (1 cor 14, 1.12)

Pierre qui se chauffait auprès du feu en reniant Jésus a reconnu sa misère : dans son repentir, l’amour du Christ a grandi et porté fruit en lui. Écoutez-le répondre à un infirme qui lui demande la charité : ‘Je n’ai ni argent, ni or; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche’ (Act 3, 6).

Pierre a découvert la vraie richesse et sa pauvreté et maintenant il porte fruit et nous pouvons encore nous nourrir de sa persévérance.

NDC