20 fév, Mt 6,7-15 : Jésus au « carrefour des païens»

Home / Méditer les écritures / 20 fév, Mt 6,7-15 : Jésus au « carrefour des païens»

Évangile :
Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié.
Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient.
Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal.
Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes.
Commentaires :
Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens, ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Jésus les aime les païens, il désire les rassembler dans l’unité comme toutes les créatures de Dieu. « Il a couvert de gloire la route de la mer, le pays au-delà du Jourdain, et la Galilée, « carrefour des païens » (Isaïe 8,23) Dans ce propos, Jésus ne cherche pas à exclure les païens, mais plutôt à remettre en question leur manière de prier.
« Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé. »
Il n’y a pas de technique pour s’adresser à Dieu. Dieu n’est pas objet technologique qu’il faut savoir faire fonctionner pour s’en servir à son gré. Dieu est une personne libre, il répond à qui il veut, quand il veut, où il veut. Saint Paul sur le chemin de Damas était loin de demander quoi ce soit à Dieu dans son projet de courir après les chrétiens pour les éliminer. Pourtant, Dieu dans sa miséricorde décide de proposer à Paul un autre chemin : « Comme il était en chemin et qu’il approchait de Damas, tout à coup, une lumière qui venait du ciel resplendit autour de lui. Il tomba par terre et entendit une voix lui dire : “Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu?” Il répondit : “Qui es-tu, Seigneur?” Et le Seigneur dit : “Moi, je suis Jésus, celui que tu persécutes.” (Act 9, 3-5) Dieu est le Père de Saul, tout autant que des païens, que des chrétiens qui sont déjà membres du corps de son Fils.
Saul, par cette rencontre personnelle avec le Fils de Dieu, se dégagera de la machine idéologique qui le poussait à tant de violences, il ne verra plus Dieu comme un temple de pierres à protéger pour assurer la survie de sa nation dans le monde. Dieu pouvait bien lui rendre la médecine dont il se servait pour les siens. Il n’en est rien. Sa bonté pardonne, elle donne son manteau à celui qui lui prend sa chemise. À Paul, le Seigneur confiera d’annoncer l’amour de Dieu aux païens, à ceux-là que lui-même dans sa tradition ne saluait pas sur la place, ne donnait aucune considération à moins de faire commerce avec eux. Dieu dans son amour sait de quoi Paul avait besoin sans même qu’il le lui demande. “Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis. Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu. Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et la grâce dont il m’a comblé n’a pas été stérile.” (1 Co 15, 8-10) Qui peut se glorifier de quoi ce soit? Il n’y a pas de technique de séduction pour s’approprier Dieu, il n’y a pas de magie pour l’atteindre, de formules spéciales, de mots précis. Dieu est un Père.
Lorsque vous priez dites : Notre Père, ne dites pas mon père, mais notre Père, le Père de tous, le Père qui n’est qu’amour pour chacun, le Père qui aime mes ennemis, le Père qui aime ceux qui ne croient pas en lui, le Père qui aime les larrons, les prostituées, les riches, les pauvres. Ce Père qui n’est qu’amour ne peut être qu’aux cieux, c’est-à-dire au-dedans de nous et au-dessus de nous à la fois, en tous et partout, car sans lui rien ne subsiste, ne dure, ne grandit. Ce Père qui n’est qu’Amour est Saint, il est parfaitement amour et rien en lui n’est rupture avec aucun de ses enfants, aucune de ses créatures, de ces choses. Comment ne pas désirer que l’Amour parfait reprenne ses droits parmi nous pour répandre cet amour en nos cœurs et nous unifier avec lui? Comment ne pas désirer que sa volonté d’amour soit faite sur la terre afin que l’unité revienne entre nous tous sous le même Père, qui est notre véritable Père à tous?
N’est-ce pas de ce pain d’amour que nous avons besoin chaque jour pour avoir la force de demeurer dans l’amour afin qu’il demeure en nous pour nous donner d’aimer comme il nous aime et aime?
Comment peut-il entendre le gémissement du cœur de celui qui entretient la haine en lui? Comment peut-il répondre à la prière de celui qui se rend sourd aux autres? C’est à la mesure que nous mesurons pour les autres qu’il peut mesurer pour nous. Pardonne-nous comme nous pardonnons. Donne-nous le désir de pardonner lorsque nous ne l’avons pas, d’y penser lorsque nous oublions d’implorer la grâce du pardon. Il n’y a pas de mots qui se répètent entre deux personnes qui s’aiment, le même mot n’est pas du rabâchage lorsqu’il est dit avec amour. Ainsi nous pouvons répéter inlassablement les paroles de l’ange à Marie tout en élevant notre cœur vers l’amour de Dieu à chaque “Je vous salue Marie”.
Il ne faut pas se lasser de prier pour ne pas entrer dans la tentation du silence de toute prière. La tentation de se débrouiller tout seul pour atteindre la perfection. “Vous pouvez être dieux sans Dieu”, disait le père du mensonge à nos premiers parents. Vous n’avez pas besoin d’être en relation avec le Père, il faut tuer cette relation pour devenir comme lui sans lui. Délivre-nous Seigneur de ce mal qui nous fait croire que tu ne nous aimes pas, que tu te sers de nous, que tu fais souffrir les pauvres. Délivre-nous de ce mal qui nous justifie de le faire parce que nous n’avons qu’une vie à vivre et que nous n’avons pas le temps de nous occuper des autres.
Dieu est Père de tous, comment ne pas pardonner à l’autre puisque le Christ Jésus est mort pour tous!
NDC