21 fév, Lc 11, 29-32 : Le bâton de Moïse, Jonas et la croix de Jésus

Home / Méditer les écritures / 21 fév, Lc 11, 29-32 : Le bâton de Moïse, Jonas et la croix de Jésus

Évangile :
Comme la foule s’amassait, Jésus se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise : elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive : il en sera de même avec le Fils de l’homme pour cette génération.
Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue de l’extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon.
Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront : en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. »
Commentaires :
Jésus avait entendu le cri de l’homme muet (Lc 11, 14), il a vu l’esprit mauvais qui lui enlevait sa liberté de parole et il est venu vers lui pour lui rendre la liberté. Jésus entend aussi le cri de toute l’humanité, les morts comme les vivants, il voit l’oppression que fait peser sur la multitude le père du mensonge avec son monde de division, de haine, de jalousie, d’égoïsme, de violence. Il voit l’esclavage dans lequel nous sommes tenus et il vient pour nous libérer.
« Nous sommes la descendance d’Abraham et jamais nous n’avons été esclaves de personne. Comment peux-tu dire : “Vous deviendrez libres”? » Jésus leur répondit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave. Or l’esclave ne demeure pas à jamais dans la maison, le fils y demeure à jamais. Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres. » (Jn 8, 33-36) Ils n’entendent rien à ce langage, car ils ne voient pas que ce monde réel où ils vivent est fondé sur le mensonge et dès que le vrai se lèvera, que la lumière se fera, il disparaîtra pour ne laisser que des souvenirs. L’être humain qui ne voit pas qu’il a à être libéré par celui qui vient de la vérité « peut se comparer à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont rués sur cette maison, et elle s’est écroulée. Et grande a été sa ruine! » (Mt 7, 26-27) « À quoi sert à l’homme de gagner l’univers, s’il vient à perdre son âme. » Perdre son âme, c’est perdre son pouvoir de devenir enfant de Dieu et demeurer esclave de ce monde de faux pouvoir, ce monde où chacun se croit dieu sans Dieu. « Voici ce que je vais faire : j’abattrai mes greniers, j’en construirai de plus grands, j’y recueillerai tout mon blé et mes biens, et je dirai à mon âme : Mon âme, tu as quantité de biens en réserve pour de nombreuses années; repose-toi, mange, bois, fais la fête. » Mais Dieu lui dit : « Insensé, cette nuit même, on va te redemander ton âme. Et ce que tu as amassé, qui l’aura? » Ainsi en est-il de celui qui thésaurise pour lui-même, au lieu de s’enrichir en vue de Dieu. » (Mt 12, 18-21) Insensé celui qui ne voit pas sa pauvreté, quelque soit la richesse qu’il ait amassée. Ce n’est pas la pauvreté matérielle qui est à redouter, mais la misère du cœur qui est à craindre. Le cœur qui se croit riche ne cherche pas dans l’ombre la lumière de l’amour de Dieu. Il ne voit pas l’enfant Dieu dans la mangeoire d’animaux, il ne reconnaît pas le Fils de Dieu dans l’humble charpentier, encore moins sur la croix où Jésus s’offre en rançon pour la multitude et nous rachète par son sang. Il refuse de voir la lumière de la résurrection qui fait voir le mensonge de la mort. « Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un coeur brisé et broyé. » (Ps 51, 19) Pour voir le cœur transpercé de Dieu sur le bois de la croix et s’abreuver à cette source de vie éternelle qui ouvre des sources jaillissantes dans le cœur, il faut un cœur brisé, un cœur qui ne peut s’abandonner au bonheur en ce monde tant que tout le monde ne sera pas dans la joie. Il faut un cœur qui connaisse les limites de son amour et qui découvre sa pauvreté pour contempler la source inépuisable d’amour. Il faut un esprit brisé pour reconnaître la tête couronnée d’épines de celui qui est le véritable Roi, celui qui peut régner en faisant de tous ses héritiers et des princes.
Ce n’est pas par un mensonge que nous pouvons être libérés du mensonge, mais par la vérité et la vérité est amour, c’est le Verbe fait chair, la Parole faite chair qui en silence descend dans la mort pour y ouvrir un chemin afin que la multitude puisse traverser à pied sec vers la maison du Père, la Terre Promise.
« Cette génération est une génération mauvaise : elle demande un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que celui de Jonas. » Jésus ne peut donner de plus grand signe que celui de Jonas pour nous faire voir que Dieu est Amour et que nous sommes aimés. N’est-ce pas avec un bâton de bois que Moïse fera s’ouvrir la mer?
« Quant à ce bâton, prends-le dans ta main, c’est par lui que tu accompliras les signes. » (Ex 4, 17) C’est bien par le bois de la croix que Jésus ouvrira la mort et il est le signe que Dieu nous donne pour entrer dans la voie de son salut. Ce sera par sa descente dans la mort, comme Jonas entre dans le monstre marin, que s’accomplira ce qui nous fait renaître à la vie éternelle.
Sur cette croix, il y a plus que Jonas, plus que Moïse, il y a le Fils de Dieu qui s’anéantit pour nous libérer de notre anéantissement et nous faire renaître à sa propre vie par sa résurrection.
Au jour de l’éclatement de la lumière de la lumière, ce jour où nous verrons le Tout Puissant se manifester en Agneau immolé et non en armure de combat, ce jour-là, je vous le dis, tout genou fléchira, tout genou fondera comme les montagnes devant tant d’amour. Qui pourra lever le poing vers celui qui pouvait les écraser et se serait laissé anéantir pour les attirer à son amour?
Lors du jugement de Dieu, de ce Dieu qui a pris sur lui notre fardeau et notre condamnation, lors de ce jugement où Dieu ne viendra pas pour juger, mais pour manifester son amour démesuré, chacun se jugera lui-même devant tant de lumière. Ce jour-là, la reine de Saba se lèvera, elle qui était riche, tellement riche qu’elle pouvait s’offrir tous les caprices de ce monde et qui pourtant, pour entendre la sagesse de Salomon, a traversé le monde, elle se lèvera pour condamner ceux qui n’avaient qu’à ouvrir l’oreille pour entendre la parole de Dieu, elle se lèvera pour plaindre ces êtres d’avoir fermé les yeux sur l’Agneau de Dieu! Le temps de la foi purifie le regard pour mieux le contempler dans l’éternité. N’est-ce pas pendant que nous ne voyons pas avec nos yeux de chair que nous parvenons le mieux à rendre grâce à tant d’amour? Ce sera facile dans la claire vision du jugement de se taire devant l’Agneau et de reconnaître que tout vient de lui et que c’est par lui que nous vivons.
Les habitants de Ninive se lèveront, eux qui se sont convertis à la parole de Jonas, ils se lèveront pour pleurer sur tant de dureté de cœur à ne pas brûler devant tant d’amour.
Il y a ici, plus que Salomon, plus que Moïse, plus qu’Abraham, il y a celui qui est. Moïse dit à Dieu : « Voici, je vais trouver les Israélites et je leur dis : “Le Dieu de vos pères m’a envoyé vers vous.” Mais s’ils me disent : “Quel est son nom?”, que leur dirai-je? » Dieu dit à Moïse : « Je suis celui qui est. » Et il dit : « Voici ce que tu diras aux Israélites : “Je suis” m’a envoyé vers vous. » (Ex 3, 13-14)
Il y a ici plus que l’envoyé de celui dont le nom est : « Je suis celui qui est. » Il y a ici celui qui est : « Je suis celui qui est. »
« Je vous ai donc dit que vous mourrez dans vos péchés. Car si vous ne croyez pas que Je Suis, vous mourrez dans vos péchés. » (…) Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous saurez que Je Suis et que je ne fais rien de moi-même, mais je dis ce que le Père m’a enseigné, et celui qui m’a envoyé est avec moi; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui plaît. » (Jn 8, 24. 28-29)
Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle!
NDC