22 mai, Jn 15, 26-27.16,1-4a, Jésus nous envoie l’Esprit de vérité

Home / Méditer les écritures / 22 mai, Jn 15, 26-27.16,1-4a, Jésus nous envoie l’Esprit de vérité

Évangile :

Quand viendra le Défenseur, que je vous enverrai d’auprès du Père, lui, l’Esprit de vérité qui procède du Père, il rendra témoignage en ma faveur.
 Et vous aussi vous rendrez témoignage, vous qui êtes avec moi depuis le commencement.
 Je vous dis tout cela pour que vous ne risquiez pas de tomber. 
On vous exclura de la synagogue. Et même, l’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront offrir ainsi un sacrifice à Dieu. Ils le feront parce qu’ils ne connaissent ni le Père ni moi.
 Mais voici pourquoi je vous dis tout cela : quand cette heure sera venue, vous vous souviendrez que je vous l’avais dit. Je ne vous l’ai pas dit dès le commencement, parce que j’étais avec vous.

 

Commentaires :

Jésus dit aux disciples avant son départ vers le Père qu’il leur enverra un Défenseur, l’Esprit de vérité qui procède du Père. Il dit cela pour qu’ils ne risquent pas tomber.

Jésus n’ignore pas que les disciples n’arrivent pas à marcher sur l’eau du mystère de la croix qui vient, cette offrande du Fils pour le rachat de nos péchés, ce don de lui-même où il ouvrira son cœur pour faire jaillir un fleuve d’eau vive. Judas dans la nuit laissera entrer en lui le père du mensonge, Pierre affirmera ne pas le connaître, les autres s’enfuiront en le laissant seul avec son Père.

Jésus sait aussi qu’au jour de sa résurrection, ils parviendront à refaire surface, à nager vers lui au rivage. Thomas mettra la main dans son cœur rempli d’amour, le doute se dissipera. Ils verront bien que ce n’est pas un fantôme et que pourtant son corps possèdera les propriétés de l’esprit. « Heureux ceux qui croient sans avoir vu » dira-t-il à Thomas. Heureux ceux qui voient les réalités de l’amour de Dieu sans avoir vu la croix et avoir entendu le témoignage de ceux qu’ils l’ont vu mourir et ressusciter pour nous.

Jésus sait que leur cœur se troublera à l’extrême à se faire dire qu’ils seront exclus de la synagogue, plus encore, l’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront offrir un sacrifice à Dieu. Ils n’arrivent pas à poser le pied sur l’eau profonde où Jésus les invite. Ils veulent demeurer bien en sécurité dans la barque, loin de ce déluge de haine, de mort, d’exclusion.

Dieu en son Fils ne prendra jamais les armes de la violence pour vaincre la violence, il ne donnera jamais la mort pour vaincre la mort, il ne fera jamais le moindre mal pour vaincre le mal. Il prend tout sur lui, il se fait faible, mais quelle puissance de vie, d’amour, de pardon ! Quelle merveille s’accomplit sous nos yeux et encore malgré le temps, le recul, nous parvenons mal à voir tout cet amour. Nous voulons encore toucher, voir avec nos yeux, entendre avec nos oreilles pour marcher sur l’eau de notre baptême, car c’est dans sa mort que nous sommes baptisés.

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu! » Comment voir la dignité du pauvre au-delà des apparences sans l’esprit? Comment accéder à ce regard, à ce voir sans avoir vu, sans l’esprit? La foi, n’est-ce pas le voir des réalités qu’on ne peut voir? « La foi est le moyen de posséder déjà ce qu’on espère, et de connaître des réalités qu’on ne voit pas. » (He 11, 1) Avoir la certitude que l’amour est vie, voir dans la croix la réalité de notre rachat de l’emprise du mensonge et de la mort qui suit.

Jésus leur dit qu’il leur enverra le Défenseur, l’Esprit de vérité, l’Esprit qui rendra leurs esprits capables de voir les réalités de l’amour de Dieu qu’on ne peut voir avec nos yeux dénudés d’unité. « Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus. » (…) Le Seigneur reprit : « Qui donc t’a dit que tu étais nu? » (Gn 3, 7.11)

Nous sommes nus et Jésus par sa mort vient nous revêtir de lui afin que nous puissions rendre témoignage de son amour qui vient nous sauver.

« En effet, vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ;  il n’y a plus ni juif ni païen, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus. » (Gal 3, 27-28)

Je vous enverrai l’Esprit de vérité qui vous donnera de voir les réalités de l’amour que je vais traverser pour couvrir votre nudité. Vous entrerez dans la joie d’une vie nouvelle et vous direz comme suite à ce don de l’Esprit : « Laissez-vous guider intérieurement par un esprit renouvelé. Adoptez le comportement de l’homme nouveau, créé saint et juste dans la vérité, à l’image de Dieu. Débarrassez-vous donc du mensonge, et dites tous la vérité à votre prochain, parce que nous sommes membres les uns des autres. » (Éph 4, 23-25)

La joie qui les attend dépasse la peine qu’ils traversent. Encore un peu de temps et ils verront ce qu’ils ne pouvaient voir pour le moment sans l’Esprit et leur joie sera complète. Le Défenseur qui procède du Père et du Fils, les revêtira du Christ Jésus. Il n’aura jamais été si près de tout un chacun, dans la vie comme dans la mort, dans tous les temps.

« Je vous dis tout cela pour que vous ne risquiez pas de tomber. » Ce qui les attend dépasse tellement ce qu’ils pensent recevoir en suivant Jésus.

Un amour si grand que l’esprit de ce monde le trouve insupportable. Les disciples comprendront, à la suite de la venue de l’Esprit, ils comprendront cet amour qui les habitera. Dans cette étreinte trinitaire, rien ne les empêchera de porter cette merveilleuse nouvelle de l’amour inimaginable et des biens qui nous attendent.

« Ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons contemplé de nos yeux, ce que nous avons vu et que nos mains ont touché, c’est le Verbe, la Parole de la vie. Oui, la vie s’est manifestée, nous l’avons contemplée, et nous portons témoignage : nous vous annonçons cette vie éternelle qui était auprès du Père et qui s’est manifestée à nous. Ce que nous avons contemplé, ce que nous avons entendu, nous vous l’annonçons à vous aussi, pour que, vous aussi, vous soyez en communion avec nous. Et nous, nous sommes en communion avec le Père et avec son Fils, Jésus Christ. Et c’est nous qui écrivons cela, afin que nous ayons la plénitude de la joie. “Voici le message que Jésus Christ nous a fait entendre et que nous vous annonçons : Dieu est lumière, il n’y a pas de ténèbres en lui.” (1Jn 1-5)

Jésus mendie la patience des disciples, il les supplie de revenir à lui qu’importe s’ils tombent.

“Car en Jésus Christ, vous êtes tous fils de Dieu par la foi.” (Ga 3, 26)

Qui peut croire une telle merveille si Dieu ne nous donne pas la grâce d’y croire? Ce que nous pouvons croire c’est que nous sommes nus devant le mal, devant la mort? Nous sommes nus et nous avons besoin de ce vêtement que Jésus nous apporte en se dénudant sur la croix pour nous délivrer de notre linceul qui recouvrait notre misère.

Jésus laissera le linceul qui recouvrait son corps au tombeau, il nous revêt du vêtement blanc de la résurrection, ce vêtement de la proximité avec Dieu, un vêtement plein de la lumière de la vie.

 

NDC