23 août, Mt 23, 13-22 Le malheur des pharisiens.

 In Non classé


Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clef le Royaume des cieux devant les hommes; vous-mêmes n’y entrez pas, et qui essayent d’y entrer, vous ne leur permettez pas d’entrer! Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand vous y avez réussi, vous en faites un homme voué à géhenne, deux fois pire que vous!

Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : < Si l’on fait un serment par le Temple, il est nul; mais si l’on fait un serment par l’or du Temple, on doit s’en acquitter.> Insensés et aveugles! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or? ou bien le Temple par lequel cet or devient sacré? Vous dites encore : < Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.>

« Aveugles! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande? ou bien l’autel par lequel cette offrande devient sacrée? Celui qui fait un serment par l’autel fait donc un serment par l’autel et par tout ce qui est posé dessus; et celui qui fait un serment par le Temple fait un serment par le Temple et par Celui qui l’habite; et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône divin et par Celui qui siège sur ce Trône. » 

Commentaires :

Un mafioso disait à un prêtre qui lui offrait de se confesser : « Mon père, il n’y a pas de rédemption pour moi » Conscient de ses nombreuses fautes le mafioso avait l’impression que la croix de Jésus ne pouvait effacer ses fautes. Pourtant s’il savait le don de Dieu… Une seule larme, une seule goutte du sang de Jésus sauve l’univers à l’infini. Nous sommes devant le don de l’infini dans le fini, de l’éternel dans le temporel. Combien de fois nous complaisons-nous dans le mal, une manière de ne pas arrêter de le faire. Croire à la rédemption de Jésus à son sujet, c’est devoir changer de vie pour adopter la voie de l’amour du don.

Les pharisiens au contraire du mafioso s’appuient sur la loi pour se convaincre de leur salut et ils finissent par s’approprier la loi et l’interpréter en leur faveur, tout comme le mafieux. Ils tuent au nom de loi… Ils préfèrent donner l’or et n’entendent rien à ce qui est vraiment sacré, ils confondent l’être et l’avoir, l’essence et l’existence, la substance et l’accident, l’intérieur et l’extérieur, le signifiant et le signifié. Ils ne voient rien d’autre que ce qui se voient : la loi. 

La loi ne peut sauver, le mafieux le sait bien car il arrive à ne pas l’observer sans se faire arrêter par les officiers de la loi. 

Oui, malheureux ceux qui ne cherchent pas celui qui est la source de la grâce pour leur donner de vivre l’amour dans l’esprit et par l’Esprit. Malheureux celui qui croit détenir la clé pour ouvrir la porte de la vie tant en ce monde que dans celui qui vient, malheureux à tous ces itinérants dans le labyrinthe de ce monde, ils tourneront en rond, ivres de leur orgueil… Nous pouvons être dieu sans Dieu.

NDC