23 mai, Jn 16, 5-11 : Du cœur triste au cœur brûlant.

Home / Méditer les écritures / 23 mai, Jn 16, 5-11 : Du cœur triste au cœur brûlant.

Évangile :

Je m’en vais maintenant auprès de celui qui m’a envoyé, et aucun de vous ne me demande : « Où vas-tu. » Mais, parce que je vous ai parlé ainsi, votre coeur est plein de tristesse.
Pourtant, je vous dis la vérité : c’est votre intérêt que je m’en aille, car, si je ne m’en vais pas, le Défenseur ne viendra pas à vous; mais si je pars, je vous l’enverrai.
Quand il viendra, il dénoncera l’erreur du monde sur le péché, sur le bon droit, et sur la condamnation.
Il montrera où est le péché, car l’on ne croit pas en moi.
Il montrera où est le bon droit, car je m’en vais auprès du Père, et vous ne me verrez plus.
Il montrera où est la condamnation, car le prince de ce monde est déjà condamné.

Commentaires :
Maintenant, je m’en vais dit Jésus. Il s’en va et il sait où il va. Il retourne auprès de celui qui l’a envoyé, que lui seul connaît puisqu’il vient d’auprès de lui. Il retourne auprès du Père parce qu’il a mené « à bonne fin l’oeuvre que le Père lui a donné de faire. » (Jn 17, 4)

Jésus s’en va, il sait où il va, mais ceux qui croient en lui ne savent pas où il va parce qu’ils ne veulent pas le savoir. Ce qu’ils veulent, c’est que Jésus reste parmi eux et ne parte pas. Le cœur des disciples est plein de tristesse à le voir partir, pourtant il devrait être plein de joie face à son départ. C’est dans leur intérêt qu’il part, comme c’était dans l’intérêt de la multitude qu’il soit venu. C’est dans leur intérêt qu’il meurt et qu’il sorte vivant de la mort pour retourner au Père.

Les disciples ne voient pas leur intérêt dans son départ, ils ne comprennent pas qui est ce Défenseur qui ne pourra pas venir s’il ne part pas et comment ce Défenseur pourrait le remplacer dans leur cœur.

« Pour un peu de temps encore je suis avec vous, et je m’en vais vers celui qui m’a envoyé. Vous me chercherez, et ne me trouverez pas; et où je suis, vous ne pouvez pas venir. » (Jn 7, 33-34) Vous ne pouvez pas venir où je vais si je ne pars pas, vous ne pourrez pas vous nourrir du pain que je vous donne si je ne pars pas afin que, par l’Esprit, je sois votre pain de vie qui vous transforme.

« De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé et que je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Voici le pain descendu du ciel; il n’est pas comme celui qu’ont mangé leurs pères et ils sont morts; qui mange ce pain vivra à jamais. » (Jn 6, 57-58)

« Car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Or c’est la volonté de celui qui m’a envoyé que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. Oui, telle est la volonté de mon Père, que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour. » (Jn 6, 38-40) Ne faut-il pas que Jésus meure pour ressusciter dans sa chair et ne faut-il pas qu’il retourne vers le Père pour nous donner le Pain qui vient du ciel par l’Esprit qui l’unit au Père?

Il vaut mieux pour vous que je parte afin que vous puissiez aimer comme je vous ai aimés, de cet amour dont le Père m’aime et que j’aime le Père dans l’Esprit qui nous unit.

Il vaut mieux que je parte pour revenir en vous et que vous deveniez temple de l’Esprit Saint. Il vaut mieux que je parte afin que vous puissiez renaître de l’eau et de l’Esprit.

« Reste avec nous, car le soir tombe et le jour déjà touche à son terme. » Il entra donc pour rester avec eux. Et il advint, comme il était à table avec eux, qu’il prit le pain, dit la bénédiction, puis le rompit et le leur donna. Leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent… mais il avait disparu de devant eux. Et ils se dirent l’un à l’autre : « Notre coeur n’était-il pas tout brûlant au-dedans de nous, quand il nous parlait en chemin, quand il nous expliquait les Écritures? » (Lc 24, 29-32)

Reste avec nous, ne part pas. Jésus à la fraction du pain manifeste cette nouvelle présence à nous, cette présence qui descend en nous afin que ce ne soit plus nous qui vivions, mais que ce soit lui en nous, l’Éternel. Jésus s’en va pour mieux revenir à nous et venir en nous pour nous ramener vers lui dans l’amour du Père, du Fils et de l’Esprit.

Maintenant, je pars et c’est votre intérêt, car si je ne pars pas, le jour de votre départ de ce monde, où irez-vous si je n’ouvre pas le chemin qui mène à vous retrouver dans l’unité de l’amour? Où irez-vous au moment de quitter ce monde?

C’est votre intérêt que je parte car je reviens vous chercher pour que vous sachiez où aller pour vous retrouver dans l’unité de l’amour : « Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux et toi en moi, afin qu’ils soient parfaits dans l’unité, et que le monde reconnaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, afin qu’ils contemplent ma gloire, que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. » (Jn 17, 21-24)

Il vaut mieux que je parte pour que l’Esprit descende sur vous et vous conduise à l’unité. Il vous apportera la lumière pour vous éloigner de ce qui divise, pour vous dévoiler la dignité du pauvre, du malade, du prisonnier. Il vous donnera le courage de prier pour ceux qui vous persécutent parce que vous annoncez la victoire de la vie par la mort sur la croix. Il vous gardera dans l’amour même devant votre ennemi, il changera votre cœur de pierre en cœur de chair, il vous donnera un esprit nouveau, un esprit de justice, de paix, un esprit qui pleure avec ceux qui pleurent, un esprit qui entre dans la joie de ceux qui sont dans la joie. Il vous apprendra à être miséricordieux à l’égard de votre prochain comme Dieu est miséricordieux à votre endroit. Il vous rendra attrayante la croix de Jésus et vous fera goûter les délices de l’amour qui se donne pour les autres comme le Père a livré son Fils pour nous, comme le Fils s’est donné librement pour nous faire renaître par lui, comme l’Esprit qui les unit nous unira afin que nous soyons un dans la Trinité sainte.

 

NDC