24 août, Jn 1, 45-51 : Nathanaël rencontre celui que l’Écriture annonce par les prophètes.

Home / Méditer les écritures / 24 août, Jn 1, 45-51 : Nathanaël rencontre celui que l’Écriture annonce par les prophètes.

Évangile :

Philippe rencontre Nathanaël et lui dit : « Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus, fils de Joseph, de Nazareth! Peut-il sortir de là quelque chose de bon? Philippe répond : “Viens et tu verras.” Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare : “Voici un véritable fils d’Israël, un homme qui ne sait pas mentir.” Nathanaël lui demande : “Comment me connais-tu? Jésus lui répond : ‘Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu.’ Nathanaël lui dit : ‘Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu! C’est toi le Roi d’Israël! ’ Jésus reprend : ‘Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois! Tu verras des choses plus grandes encore.’ Et il ajoute : ‘Amen, amen, je vous le dis : vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l’homme.’

Commentaires :

Nathanaël cherchait Dieu et son Messie. Il scrutait l’Écriture pour entendre sa parole et l’entrevoir en son esprit. Son Dieu était vêtu de mots, enroulé dans un parchemin. Le matin, le midi, le soir, il cherchait un coin à l’abri d’un figuier pour méditer sur son Dieu et son Messie. Il voulait tant voir son visage, se faire une image de celui qui l’avait créé à son image. Il lui semblait quelquefois le voir dans les hauteurs des cieux, dans un palais plus beau que les temples qu’il avait contemplés sur terre.

Nathanaël n’avait de cesse de méditer les écritures et de chanter ses merveilles avec le psalmiste : ‘Je me souviens des hauts faits de Yahvé, oui, je me souviens d’autrefois, de tes merveilles, je me murmure toute ton oeuvre, et sur tes hauts faits je médite. O. Dieu, saintes sont tes voies! quel dieu est grand comme Dieu? Toi, le Dieu qui fait merveille, tu fis savoir parmi les peuples ta force; par ton bras tu rachetas ton peuple, les enfants de Jacob et de Joseph. Les eaux te virent, ô Dieu, les eaux te virent et furent bouleversées, les abîmes aussi s’agitaient. Les nuées déversèrent les eaux, les nuages donnèrent de la voix, tes flèches aussi filaient. Voix de ton tonnerre en son roulement. Tes éclairs illuminaient le monde, la terre s’agitait et tremblait. Sur la mer fut ton chemin, ton sentier sur les eaux innombrables. Et tes traces, nul ne les connut. Tu guidas comme un troupeau ton peuple par la main de Moïse et d’Aaron.’ (PS 77, 12-21)

Nathanaël avait soif de Dieu, il aurait bien voulu ne point dormir pour encore et encore méditer dans l’esprit la parole du Seigneur et s’envoler par l’Esprit de Dieu dans ses hauteurs, descendre dans ses profondeurs.

Il était toujours là, à l’ombre d’un figuier, à l’ombre de l’Esprit pour s’enivrer des merveilles de l’amour de Dieu et irradier la vérité de cet amour. Philippe son ami connait bien la soif insatiable de vérité et de paix de Nathanaël qu’il partage avec lui.

Philippe a rencontré Jésus et depuis ce jour, son cœur chante, il a les yeux pleins de lumière, il voudrait dire à tout le monde qui est ce Jésus. Quelle joie pour lui de rencontrer Nathanaël! Il pourra enfin partager son bonheur et combler la quête de vérité de son ami. Philippe regarde bien dans les yeux Nathanaël et lui dit : ‘Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, nous l’avons trouvé : c’est Jésus, fils de Joseph, de Nazareth! ’ Nathanaël à ces mots retombe sur terre. Dieu, notre Dieu, le Tout-Puissant, le Créateur de tout, la Sagesse éternelle, l’Infini, l’Indicible serait fils de charpentier et de plus, de ce petit village anonyme de la Galilée.

Les rouleaux de l’Écriture avec tous leurs mots prennent forme devant lui. Il aurait visage celui dont parle Moïse, il aurait des mains pour nous les tendre et nous étreindre, des yeux pour nous voir, des oreilles pour nous entendre, des pieds pour courir jusqu’à nous. Nathanaël est sous le choc et s’écrie spontanément : ‘Peut-il sortir de là quelque chose de bon? ’ Philippe de lui répondre tout aussi rapidement : ‘Viens et tu verras.’ Viens, viens vite et tu verras que ton cœur trouvera le repos, ton esprit en le voyant te regarder dans le fond du coeur s’apaisera comme jamais; en ton âme, une source vive te blessera en se frayant un chemin avec sa lumière de vie. Il vient à nous dans la chair pour nous élever là où nous ne pouvons aller sans qu’il descende parmi nous. Que peut-il sortir de bon d’un corps mortel comme le nôtre? Nul ne peut nous donner à voir Dieu sinon Dieu en venant parmi nous se faire voir, nul ne peut transformer notre corps mortel, sinon celui qui le créa, en le faisant renaître à la vie. C’est bien lui le Fils de Dieu qui se fait Fils de l’homme pour venir à notre rencontre et accomplir les promesses du Père. ‘Nul n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l’a fait connaitre.’ (Jn 1, 18) ‘Nul n’est monté au ciel, hormis celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme.’ (Jn 3, 13)

Nathanaël court avec Philippe vers ce Jésus et son cœur bat si fort. Il connait bien son ami Philippe et ce n’est pas homme à se laisser tromper par un séducteur ou un menteur.

Jésus voit Nathanaël venir à lui avant même que Nathanaël ne le voie. Il voit son pas empressé par cette rencontre, lui qui cherche avec tant d’ardeur son Seigneur et son Dieu. Jésus entend bien son cœur qui bat d’enthousiasme, et son esprit rempli de la lumière de l’Esprit qu’il invoque avec constance.

Et Jésus de s’écrier devant tous au sujet de Nathanaël : ‘Voici un véritable fils d’Israël, un homme qui ne sait pas mentir.’ Homme qui se ment ne peut entendre la parole de celui qui vient au nom du Père. L’homme qui ment accomplit les désirs de celui qui est homicide dès le commencement pour s’emparer de ce qui ne lui appartient pas. Jésus exprime bien aux pharisiens cette filiation au mensonge de ceux qui ne reconnaissent pas son langage : ‘Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens; je ne viens pas de moi-même; mais lui m’a envoyé. Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage? C’est que vous ne pouvez pas entendre ma parole. Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge. Mais parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.’ (Jn 8, 43-45)

Au contraire de ces savants qui n’entendent pas le langage de vérité de Jésus, Nathanaël reconnaitra la vérité des propos de Jésus à son sujet : ‘Comment me connais-tu? Jésus lui répond : ‘Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu.’ Nathanaël pouvait répondre que cette affirmation de Jésus n’avait pas de sens, car il n’était pas visible à ses yeux à l’endroit où il se trouvait lorsque Philippe l’a vu. Nathanaël n’a aucune hésitation à donner foi à ce que Jésus lui dit. Il ne doute pas de la puissance de l’esprit qui se manifeste en Jésus et il s’écrie : ‘Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu! C’est toi le Roi d’Israël! ’ Lorsqu’un chercheur d’or voit de l’or, il le reconnait et n’a pas de doute, ainsi le chercheur de Dieu véritable reconnait la lumière de vie à la dissipation des ténèbres dans son esprit.

Les mots ont pris corps, le Messie qu’il cherchait, il est bien vivant devant lui et il l’accueille avec une joie sans regard en arrière. Jésus est dans l’admiration devant cette foi qui déjà voit celui qu’il est dans le peu qui lui est donné de voir. Jésus est semblable à tous les hommes et pourtant Nathanaël voit la condition divine de Jésus dans ce qu’il lui a dit et déjà son esprit adore en vérité celui qui vient au nom de Dieu pour nous sauver.

‘Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois! Tu verras des choses plus grandes encore.’ Et il ajoute : ‘Amen, amen, je vous le dis : vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l’homme.’ Nathanaël verra beaucoup plus que ce qu’il voit, il verra la toute-puissance de Dieu se manifester, il verra le ciel s’ouvrir et entendra l’Esprit dire qu’il est le Fils de Dieu, il verra la croix, et la terre s’ouvrir et les morts en sortir, il verra le tombeau s’ouvrir et le premier-né d’entre les morts en surgir, il verra le Fils de Dieu monter au ciel, il verra les langues de feu se poser sur la tête de chacun des disciples et les remplir de son amour.

Nathanaël est silencieux et paisible. Il a trouvé celui qu’il cherchait et rien ne les séparera plus.

Normand Décary-Charpentier