24 juin, Lc 1,57-66.80 : Que sera donc cet enfant?

Home / Méditer les écritures / 24 juin, Lc 1,57-66.80 : Que sera donc cet enfant?

Évangile :
Quand arriva le moment où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils.
Ses voisins et sa famille apprirent que le Seigneur lui avait prodigué sa miséricorde, et ils se réjouissaient avec elle.
Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient le nommer Zacharie comme son père.
Mais sa mère déclara : « Non, il s’appellera Jean. »
On lui répondit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là! »
On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler.
Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Son nom est Jean. » Et tout le monde en fut étonné.
À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu.
La crainte saisit alors les gens du voisinage, et dans toute la montagne de Judée on racontait tous ces évènements.
Tous ceux qui les apprenaient en étaient frappés et disaient : « Que sera donc cet enfant? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.
L’enfant grandit et son esprit se fortifiait. Il alla vivre au désert jusqu’au jour où il devait être manifesté à Israël.
Commentaires :
Quand arrive le moment où une mère doit enfanter, quand arrive ce moment, un enfant est mis au monde. Cet enfant venu au monde est une merveille pour la maman et le papa. C’est aussi une bonne nouvelle pour le monde, car cet enfant participera à la vie de la communauté et qui sait ce qu’il apporte avec lui en venant au monde.
La naissance de l’enfant d’Élisabeth présageait de grandes choses puisque plusieurs prodiges enveloppaient cette naissance. Les voisins, la famille n’ignoraient pas la stérilité d’Élisabeth, son âge avancé. Cette nouvelle qu’elle était enceinte avait suscité beaucoup d’étonnements dans son entourage et des attentes sur l’enfant. Zacharie le père n’était pas moins sujet d’interrogation pour la famille. Il avait perdu la voix dans une célébration au temple et voilà qu’il la retrouve lors de la circoncision de l’enfant. L’étonnement est à son comble au moment de donner un nom à cet enfant. Il s’appellera Jean et non Zacharie comme son père.
« La crainte saisit alors les gens du voisinage, et dans toute la montagne de Judée on racontait tous ces évènements. Tous ceux qui les apprenaient en étaient frappés et disaient : “Que sera donc cet enfant?” En effet, la main du Seigneur était avec lui. » (Lc 1, 65-66)
Que sera donc cet enfant? C’est bien la question que nous devrions poser à chaque naissance. Que sera cet enfant, non pour la famille, mais pour le monde? Un enfant est mis au monde, il n’appartient pas à la famille, mais à tout le monde. Nous savons bien lorsqu’un nouveau microbe parvient au jour, un microbe qui résiste à tous les antibiotiques, que cette nouvelle nous concerne tous. Pourtant ce n’est qu’un tout petit microbe, si petit que nous ne pouvons le voir à l’œil nu. À cette nouvelle, nous devrons répondre en faisant naitre une nouvelle défense capable de le contrer. Un enfant, c’est toujours une bonne nouvelle qui nous concerne tous. C’est un mystère, non un problème, un mystère, c’est-à-dire quelque chose qui nous dépasse. « Que sera donc cet enfant? »
Nous avons été des enfants et chacun, dans les bras de sa mère sous le regard de son père, suscitait l’étonnement de l’entourage à la vue de ce visage inédit, de ce sourire singulier, de ce regard unique. Il y a quelque chose qui nous dépasse en présence d’un enfant, il y du divin. La main du Seigneur est là comme pour nous le confier.
Que ferez-vous de cet enfant? Est-ce que vous l’aiderez à résoudre l’énigme du sens de sa vie afin qu’il apporte au monde ce qu’il est pour tous les autres? Est-ce que j’ai renoncé à être ce que je suis en Dieu pour le service des autres?
Il n’y a personne d’inutile en ce monde, personne de raté. Pouvez-vous trouver une feuille dans les milliards d’arbres de ce monde qui n’a pas de sens? Un oiseau, une goutte de pluie, une étoile!
« Que sera donc cet enfant? » En effet, la main du Seigneur était avec lui.
NDC