25 août, Mt 23, 27-32, Nicodème, le pharisien qui veut voir la lumière dans la nuit.

 In Non classé


Évangile :

Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des tombeaux blanchis à la chaux : à l’extérieur, ils ont une belle apparence, mais l’intérieur est rempli d’ossements et de toutes sortes de choses impures. C’est ainsi que vous à l’extérieur, pour les gens, vous avez l’apparence d’hommes justes, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’hypocrisie et de mal.

« Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, vous décorez les sépulcres des justes, et vous dites : < Si nous avions vécu à l’époque des nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes.> Ainsi vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. Eh bien, vous, achevez donc ce que vos pères ont commencé! »

Commentaires :

 Comme nous le dit l’adage, il ne faut pas se fier aux apparences et pourtant qui n’en est pas dupe ? Nous regardons ce qui saute aux yeux et ce qui nous apparaît en voyant l’autre, c’est souvent ce que nous cherchons nous-mêmes ou ce qui est propre à notre culture. Il faut prendre une distance avec l’immédiat, Nicodème à sa manière nous l’enseigne. Il doute de son regard sur Jésus et de celui de ses collègues. Il vient rencontrer Jésus pendant la nuit pour l’interroger et y voir plus clair.  « Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs. Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. » ( Jn 3, 1-2) Nicodéme sera bouleversé par cette rencontre, il vit une rencontre avec Dieu lui-même, c’est bien ce qu’il ressent. « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. »  Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? » ( Jn 3, 3-4) Il recevra de Jésus la clé pour comprendre la personne qu’il a devant lui : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut.»  ( 6-7)  Nicodème insiste, la lumière s’élève dans son esprit. Il part inquiet vers les siens, les docteurs de la Loi qui n’arrivent pas à voir au-delà des apparences : « Si cet homme était prophète, Il connaîtrait qui et de quelle espèce est la femme qui Le touche, Il connaîtrait que c’est une pécheresse » (Lc 7, 39). 

Ces docteurs refusent de marcher dans la nuit à la suite de Nicodème pour aller à la rencontre de Jésus, malgré les nombreux signes qui dévoilent que Jésus vient de Dieu. Ils s’entêtent et  refusent d’aller à sa rencontre, ils préfèrent le juger de loin en cherchant un moyen de le piéger pour en finir avec lui.

Les plus favorisés par les apparences ne sont pas toujours à la hauteur des apparences de la fonction qu’ils exercent, Nous savons bien que tout avocat n’est pas obligatoirement un assoiffé de justice, tout comme les docteurs de la Loi n’avaient que faire de la vérité, ils en avaient pour les privilèges de leurs fonctions, privilèges qu’ils protégeaient avec férocité.

 Il faut apprendre à marcher dans la nuit et aller à la rencontre de l’autre pour y voir clair en esprit. Ce n’est pas en ajoutant aux apparences qu’on agira avec justice. Jésus voit bien que ces doctes personnes  couvertes de titres et de signes de justice, sont en fait bien mortes à toute justice et que ces symboles dont ils sont couverts, sont semblables à la chaux qui couvrent les morts.

Plus jeune, je travaillais à l’entretien d’une plage pour baigneurs et ce travail comportait entre autre la tâche de recouvrir de chaux les fosses où se soulageaient les vacanciers. En versant la chaux, l’odeur se dissipait et toute la fosse se revêtait d’une couverture blanche et rendait les lieux d’aisance plus invitants.

Alors ne tardons pas à apprendre à marcher dans la nuit comme Nicodème pour aller à la rencontre de l’autre, par souci de vérité et de justice afin de vivre dans la joie et la paix.  

NDC