25 mai, Mc 10, 28-31 : Jésus a tout quitté pour nous!

 In Non classé


Évangile :

Pierre se mit à dire à Jésus : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre. » Jésus déclara : « Amen, je vous le dis : personne n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre, sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions et, dans le monde à venir, la vie éternelle.

“Beaucoup de premiers seront derniers, et les derniers seront les premiers.” 

Commentaires :

Pierre regardait le jeune homme riche s’en aller tout triste, le dos courbé sous le poids de ses biens dont il ne voulait se délester. Il le regardait s’éloigner, et se retournait vers Jésus, l’air toujours aussi décontenancé. Ce que Jésus venait de dire à la suite du départ de l’homme revenait à sa mémoire et le gardait stupéfait : “Mes enfants, comme il est difficile d’entrer dans le royaume de Dieu! Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu.” Pierre cherchait inlassablement dans sa tête comment un chameau pourrait passer dans un trou d’aiguille avec ou sans chargement. 

Tout est possible à Dieu, nous dit Jésus, mais comment Dieu pourrait-il faire un tel exploit sans réduire le chameau ou agrandir la porte? De là, la question des disciples : “Qui donc peut être sauvé?” Personne en ce monde ne peut faire passer un chameau par le trou d’une aiguille. Alors qui pourra entrer dans le Royaume de Dieu si la porte est aussi étroite que le trou d’une aiguille pour y avoir accès? “Tout est possible à Dieu”, leur dit Jésus.

Pierre, pour sortir de sa stupéfaction, en homme pratique qu’il est, se souvient de ce que Jésus a dit à l’homme pour obtenir un trésor dans le ciel. Il reste tout aussi étonné de la manière d’avoir un trésor dans le ciel. C’est en vidant nos coffres ici-bas que l’on se fait un trésor dans le Royaume. Et de plus, pour accéder à ce trésor, il faut passer par le trou d’une aiguille. Il ne parvient pas à saisir cette logique. Pierre s’imagine arrivant au rivage avec une barque remplie de poissons qu’il distribue aux pauvres jusqu’au dernier. Mais que va-t-il se passer pour que je puisse me nourrir ainsi que les miens? Le trésor dans le ciel qui s’accumule en vidant ma barque pour les autres me permet-il de subvenir aux besoins de ma famille? Même si le trésor était réel, comment y avoir accès avec une porte aussi petite et comment trouver le chemin jusqu’à cette porte?

Ce dont Jésus parle est incompréhensible dans la logique de la pensée humaine! Alors Pierre devant cette impasse à sa logique dit à Jésus qu’il aime et en qui il croit : “Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre, quelle sera notre part, notre récompense.” Ce que ce jeune homme a refusé de quitter pour te suivre, nous l’avons fait, quelle sera notre récompense, pas seulement au ciel, mais ici, tout de suite? 

Ce que Pierre voit, c’est ce que lui a quitté pour suivre Jésus, il ne considère pas ce que Jésus a quitté pour venir l’enrichir de ce trésor qui ne s’épuise pas et qui s’enrichit éternellement. Pierre ne voit que ce qu’il quitte pour suivre Jésus, il le quittera de toute manière tôt ou tard. Il n’y a pas de riche sur terre qui ne finira pas sous la terre, laissant tous ses biens à d’autres. “Dieu seul est bon,” disait Jésus à cet homme. Dieu seul s’anéantit et quitte tout pour se donner à nous afin de nous enrichir de sa pauvreté parmi nous, la seule vraie richesse qui demeure dans la vie éternelle. 

Pierre représente bien notre logique. Nous ne voyons bien que ce que nous donnons et nous demeurons les yeux fermés sur ce que nous recevons. En fait, qu’avons-nous que nous n’ayons reçu, du lieu de notre naissance à la couleur de nos yeux, de l’intelligence pour amasser des biens plus qu’un autre, de la santé du corps et de l’esprit? Nous pouvons nous convaincre d’être les maitres de ce que nous sommes et de ce que nous avons et pourtant le moindre coup de vent peut nous emporter et nous faire oublier aussi vite que nous sommes venus en ce monde. 

Le seul qui a fait ce qui est demandé à ce jeune homme pour atteindre la perfection de l’amour qu’il recherche, c’est le Christ Jésus et ce n’est que par lui que nous pouvons accumuler un trésor dans le ciel dont nous ne pouvons nous imaginer la richesse. Ce n’est que par lui que nous pouvons passer pour l’atteindre, car il est “la Porte” pour entrer dans le Royaume. Il n’est pas seulement la Porte, il est le Chemin, il se fait chemin en se livrant pour nous. Il ne se fait pas seulement la Porte, le Chemin, il est la Vérité, cette vérité qui nous rend libres de tout ce qui passe pour nous enrichir des biens qui durent en vie éternelle. La vérité, un mot difficile à entendre, car la logique de la vérité de la vie va à l’encontre de notre logique provisoire : “En effet, qui veut sauvegarder sa vie, la perdra; mais qui perd sa vie à cause de moi l’assurera.” (Matthieu 16:25) “Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui cesse de s’y attacher en ce monde la gardera pour la vie éternelle.” (Jean 12:25)

Jésus déclara : “Amen, je vous le dis : personne n’aura quitté, à cause de moi et de l’Évangile, une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants ou une terre, sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple : maisons, frères, sœurs, mères, enfants et terres, avec des persécutions et, dans le monde à venir, la vie éternelle.” 

Jésus a tout quitté pour faire de nous des enfants de Dieu, en se livrant pour nous afin que nous renaissions de  sa vie pour devenir enfants de Dieu, selon le dessein d’amour du Père, par la puissance de l’Esprit. 

C’est lui, ce Jésus que nous avons crucifié, qui est passé par la porte étroite entre le Royaume de Dieu et notre terre pour naitre dans le sein de la Vierge Marie par la puissance de l’Esprit afin de nous élever à sa dignité. 

Nous ne quittons en ce monde que ce qui nous quittera de toute manière, il n’y a que Jésus qui quitte tout pour nous afin que nous puissions demeurer par lui dans l’amour du Père et pour la vie éternelle, riche d’une richesse qui ne passe pas et d’une famille universelle. 

NDC