27 août, Mt 23, 13-22 : Qu’est-ce qui est le plus important?

Home / Méditer les écritures / 27 août, Mt 23, 13-22 : Qu’est-ce qui est le plus important?

Évangile :

Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez à clef le Royaume des cieux devant les hommes; vous-mêmes n’y entrez pas, et qui essayent d’y entrer, vous ne leur permettez pas d’entrer! Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand vous y avez réussi, vous en faites un homme voué à géhenne, deux fois pire que vous! Malheureux êtes-vous, guides aveugles, vous qui dites : < Si l’on fait un serment par le Temple, il est nul; mais si l’on fait un serment par l’or du Temple, on doit s’en acquitter.> Insensés et aveugles! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or? Ou bien le Temple par lequel cet or devient sacré? Vous dites encore : < Si l’on fait un serment par l’autel, il est nul; mais si l’on fait un serment par l’offrande posée sur l’autel, on doit s’en acquitter.> “Aveugles! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande? Ou bien l’autel par lequel cette offrande devient sacrée? Celui qui fait un serment par l’autel fait donc un serment par l’autel et par tout ce qui est posé dessus; et celui qui fait un serment par le Temple fait un serment par le Temple et par Celui qui l’habite; et celui qui fait un serment par le ciel fait un serment par le trône divin et par Celui qui siège sur ce Trône.”

Commentaires :

Les pharisiens sont venus à Jésus pour le piéger. Ils l’ont abordé avec une langue mielleuse qui cachait un rasoir effilé et Jésus n’est pas dupe de ce miel sur le fil du rasoir. “Maître, nous savons que tu es véridique et que tu enseignes la voie de Dieu en vérité sans te préoccuper de qui que ce soit, car tu ne regardes pas au rang des personnes. Dis-nous donc ton avis : Est-il permis ou non de payer l’impôt à César?” (Mt 22, 16-17) Ces artisans d’imposture ont l’habitude de construire ces pièges pour attaquer l’innocent, ou encore s’en prendre au malheureux et aux pauvres et les faire tomber sous leurs flèches. “Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans sont des loups rapaces.” (Mt 7, 15) et se disent en eux-mêmes : “La langue est notre fort, nos lèvres sont pour nous, qui serait notre maître?” »  (Ps12, 5) Cette fois, ils rencontrent leur maître, celui qui n’est pas dupe des apparences, ni des paroles trompeuses. Jésus ne se laisse pas tromper par ce langage d’imposture, il voit dans leur cœur, celui qui sonde les reins… « Mais Jésus, connaissant leur perversité, riposta : “Hypocrites! pourquoi me tendez-vous un piège?” (22,18)

“À cause du malheureux qu’on dépouille, du pauvre qui gémit, maintenant je me lève, déclare Dieu, j’assurerai le salut à ceux qui en ont soif” (Ps12, 6) Dieu se lève en envoyant son Fils pour assurer le salut du malheureux qui est la proie de celui qui aime mieux le mal que le bien, le mensonge que la justice, la parole qui dévore que celle qui unit, la mort que la vie. Il ne craint pas d’atteindre son but injustement, qui peut le voir sous sa toison de brebis.

Quel choc pour le loup de se retrouver nu dans la lumière de vie, lui qui venait semer la mort pour la nourrir et gagner du temps avant que la mort lui demande sa propre vie! Dans cette nudité, il a sa faiblesse devant les yeux et refuse de s’y soumettre pour ne pas être la proie de ses semblables. “Le voilà, l’homme qui n’a pas mis en Dieu sa forteresse, mais se fiait au nombre de ses biens, se faisait fort de son crime!” (Ps 52,9) Le voilà nu, devant celui qui se dénudera sur la croix pour couvrir de son vêtement d’innocence, tous ceux qui viennent à lui.

Les sadducéens viendront à leur tour pour se moquer de la résurrection et faire l’éloge de la mort en la justifiant par la loi. “Maître, Moïse a dit : Si quelqu’un meurt sans avoir d’enfants, son frère épousera la femme…” (Mt 22, 24) Dieu n’est pas le Dieu des morts mais des vivants. À vouloir compter sur leur propre force pour comprendre la loi, ils en arrivent à ne plus compter sur l’amour de Dieu et sa toute-puissance envers ceux qui l’aiment et aiment les autres comme ils sont aimés.

“Moïse ne vous a-t-il pas donné la Loi? Et aucun de vous ne la pratique, la Loi!” (Jn 7,19)

“Moïse vous a donné la circoncision — non qu’elle vienne de Moïse mais des patriarches — et, le jour du sabbat, vous la pratiquez sur un homme. Alors, un homme reçoit la circoncision, le jour du sabbat, pour que ne soit pas enfreinte la Loi de Moïse, et vous vous indignez contre moi parce que j’ai guéri un homme tout entier le jour du Sabbat? Cessez de juger sur l’apparence; jugez selon la justice.” (Jn 7, 22-24)

Lorsque le lien entre le dire et le faire se brise, les lèvres ne disent plus ce qu’il y a dans le cœur, car celui qui a rompu ce lien préfère les ténèbres à la lumière pour agir selon sa volonté et atteindre ses propres fins. “Et tel est le jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises. Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses oeuvres sont faites en Dieu.” (Jn 3, 19-21)

Malheureux êtes-vous, vous qui ne cherchez que votre bonheur et n’avez pas de souci pour le pauvre et le malheureux? L’hypocrisie se fait un nid dans le cœur qui se remplit de rapines, d’intempérances, d’ossements de morts, d’arrogance tout en gardant une belle apparence de juste à l’extérieur.

Malheureux êtes-vous d’ainsi pervertir votre intériorité et de tout miser sur la gloire qui vient du père du mensonge? Pour quelques pièces d’argent, ce malheureux prisonnier de l’hypocrisie vendra le juste. Il donnera valeur à ce qui a de la valeur aux yeux du monde, et sera indifférent à la valeur de la dignité de sa propre vie et celle des autres qui vaut plus que tout l’univers. “Qui veut en effet sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi la trouvera. Que servira-t-il donc à l’homme de gagner le monde entier, s’il ruine sa propre vie? Ou que pourra donner l’homme en échange de sa propre vie?” (Mt 16, 25-26)

Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens, de préférer l’opacité à la transparence, l’intérêt à la gratuité, les ténèbres à la lumière, votre ventre à votre cœur, le mensonge à la vérité, l’arrogance à l’humilité, la cupidité à la prière, le bruit au silence.

Malheureux celui qui se croit à l’abri du malheur parce que son cœur hypocrite est rempli de ruses pour toujours tirer parti à son avantage pour survivre. Insensés et aveugles! Qu’est-ce qui est le plus important? S’appuyer sur son propre fonds pour assurer sa vie par ses propres forces et ruses, ou construire ses fondations sur Dieu qui est en notre propre fonds et par qui nous avons la vie, le mouvement et l’être? “Ne craignez rien de ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l’âme; craignez plutôt Celui qui peut perdre dans la géhenne à la fois l’âme et le corps.” (Mt 10, 28)

Qu’est-ce qui est le plus important?

“Qui logera sous ta tente, habitera sur ta sainte montagne? (Ps 15, 1)

‘Heureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le Royaume des Cieux est à eux. Heureux les affligés, car ils seront consolés. ? Heureux les doux, car ils posséderont la terre. ? Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés. ?Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les coeurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.’ (Mt 5, 3-9)

Normand Décary-Charpentier