27 mars, Jn 7,1-2.10.14.25-30 : « Vous me connaissez? Et vous savez d’où je suis?»

 In Non classé


Évangile :

Après cela, Jésus parcourait la Galilée : il ne voulait pas parcourir la Judée parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir.

La fête juive de Tentes approchait. Lorsque les frères de Jésus furent montés à Jérusalem pour la fête, il y monta lui aussi, non pas ostensiblement, mais en secret.

La semaine de la fête était déjà à moitié passée quand Jésus monta au Temple et se mit à enseigner. Quelques habitants de Jérusalem disaient alors : « N’est-ce pas lui qu’on cherche à faire mourir? Le voilà qui parle ouvertement, et personne ne lui dit rien! Les chefs du peuple auraient-ils vraiment reconnu que c’est lui le Messie? Mais lui, nous savons d’où il est. Or, lorsque le Messie viendra, personne ne saura d’où il est. »

Jésus qui enseignait dans le Temple, s’écria : « Vous me connaissez? Et vous savez d’où je suis. Je ne suis pas venu de moi-même : mais celui qui m’a envoyé dit la vérité, lui que vous ne connaissez pas. Moi, je le connais parce que je viens d’auprès de lui, et c’est lui qui m’a envoyé. »

On cherchait à l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui parce que son heure n’était pas encore venue.

Commentaires :

La fête des tentes approchait, la fête des vendanges ou récoltes (Dt 16, 1-17). Jésus se rend en secret à Jérusalem parce que les autorités cherchaient à le faire mourir. Les vendanges étaient commencées et le raisin s’entassait dans la cuve avant d’aller au pressoir. Tout comme le raisin ou l’olive, Jésus, « le vrai cep » (Jn 15, 1) sera pressé au temps venu.   Il se rendra pendant la nuit à Gethsémani qui signifie « pressoir de la richesse. » 

La semaine de la fête était à moitié passée et Jésus se rendit au Temple et il se mit à enseigner. « Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie. »(Jn 1,4-5) Ils veulent saisir et faire mourir celui qui vient les faire vivre sans parvenir à saisir cette lumière de vie en Jésus parce qu’ils n’en veulent pas. 

Tout comme au désert, ils sont impatients et ils veulent un dieu qui marche devant eux et qu’ils peuvent suivre dans la danse et l’ivresse, un dieu à quatre pattes, un dieu qui leur est inférieur et dont ils peuvent se servir pour avoir de la viande.  

Il tardait ce Messie attendu, comme Moïse trainait à descendre de la montagne : « Allons, fais-nous un dieu qui aille devant nous, car ce Moïse, l’homme qui nous a fait monter du pays d’Égypte, nous ne savons pas ce qui lui est arrivé. » (Ex 32, 1) Ils se sont fait un dieu à leur mesure en transformant les commandements de Dieu en préceptes humains et ils n’attendent plus de Messie autre que celui qui veillera à nourrir leurs intérêts. « Et vous avez annulé la parole de Dieu au nom de votre tradition. Hypocrites! Isaïe a bien prophétisé de vous, quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais leur coeur est loin de moi. Vain est le culte qu’ils me rendent : les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes humains. » (Mt 15, 6-9) Ce sont bien ces autorités qui cherchaient Jésus pour le faire mourir, car ils n’attendaient rien de Dieu. Le Temple, ils en avaient fait un repaire de brigands dont le cœur s’enthousiasmait qu’au son de l’or et des ruminants. 

Lorsque Jésus entre dans ce repaire, c’est l’émoi chez les marchands. « N’est-ce pas lui qu’on cherche à faire mourir? Le voilà qui parle ouvertement, et personne ne lui dit rien! Les chefs du peuple auraient-ils vraiment reconnu que c’est lui le Messie? Mais lui, nous savons d’où il est. Or, lorsque le Messie viendra, personne ne saura d’où il est. » 

Lorsque nous communions au corps et au sang de Jésus, nous savons d’où viennent le pain et le vin, mais nous ne voyons pas que ce pain et ce vin se transforment dans le corps et le sang du Christ pour nous donner la vie et nous faire entrer dans la communion du Père, du Fils et de l’Esprit. 

Ils savent d’où il est, mais ils ne saisissent pas son essence. « Vraiment tu es un Dieu caché. » (Is 45,15) Le lieu caché du Fils de Dieu dans le Fils de l’homme « c’est le sein du Père » (Jn 1, 18). Cette divine essence « qui ne fut engendrée ni du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu. », elle est invisible à tout regard mortel, impénétrable à toute intelligence humaine. Pourtant, Dieu s’est fait homme pour élever l’être humain à sa dignité, en assumant son humanité. 

Jésus ne niera pas qu’ils le connaissent dans le paraître et qu’ils savent d’où il est sur cette terre. Pourtant cette connaissance et ce savoir ne dévoilent pas son essence. « Je sais d’où je suis venu et où je vais; mais vous, vous ne savez pas d’où je viens ni où je vais. » (Jn 8, 14) Il est celui en qui le Père et l’Esprit habitent et qui vient pour nous donner sa vie. « Je ne suis pas seul; mais il y a moi et celui qui m’a envoyé » (Jn 8, 16) Il ne vient pas pour lui-même. Il n’a pas besoin de notre louange, ni de rien de ce que nous sommes. Pourtant, il vient, même si nous ne l’aimons pas, pour nous aimer. « Lui, de condition divine, ne retient pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’anéantit lui-même, prenant condition d’esclave, et devenant semblable aux hommes. S’étant comporté comme un homme, il s’humilia plus encore, obéissant jusqu’à la mort, et à la mort sur une croix! » (Ph 2, 6-8) 

Comment pourrions voir un tel amour, nous dont le cœur ne parvient pas à faire le bien qu’il voudrait, et à ne pas faire le mal qu’il ne veut pas? « En réalité, Dieu reste toujours caché à notre âme. » (Saint Jean de la croix) Nous pouvons croire en sa présence réelle dans le Pain, nous ne parviendrons pas pour autant à contempler son essence! Qui peut saisir dans l’humble pain, la présence cachée du Créateur de toutes les étoiles, de l’univers et tous ces habitants qui vient se donner en nourriture pour nous élever à sa dignité? Qui d’entre nous pourrait accéder à cette perception, si sublime soit la connaissance que Dieu lui offre? Pierre, Jacques et Jean n’ont-ils pas vu le Christ transfiguré? Jésus n’a-t-il pas levé le voile un instant sur son essence divine? Oui, et pourtant Pierre disait en se chauffant près du feu ne pas connaître ce Jésus qu’il avait vu dans la lumière avec Moïse et Élie. Jésus dans le froid était ridiculisé et Pierre le reniait : « N’es-tu pas, toi aussi, de ses disciples? » Lui le nia et dit : « Je n’en suis pas. » (Jn 18, 25) Jésus reviendra vers Pierre sans jamais lui parler de ce moment, sinon après sa résurrection. Il lui demandera par trois fois : « M’aimes-tu ? » (Jn 21, 16) Pierre regardera toujours Jésus comme caché en ce monde et il s’en remettra à Jésus pour le voir : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime. » (Jn 21, 17) C’est en lui que notre cœur doit s’ancrer, dans les Gethsémani comme dans les Thabor et ne rien attendre d’autre que de vivre en sa présence dans la foi. Le temps de la jouissance assurée de sa présence et de la claire vision de la nature divine de Jésus viendra au temps choisi par le Père. Ceux qui veulent tout voir pour ne pas prendre le risque de tout perdre avec celui qui renonce à tout pour nous, ceux-là qui demandent des signes et ne reconnaissent pas les œuvres du Père dans le Fils de l’homme, chercheront à l’arrêter pour le faire mourir. Malgré cette haine sans raison, Jésus donnera sa vie pour tous ceux aussi qui le font mourir. 

 « S’il vient à moi, je ne le verrai pas, et s’il se retire, je ne m’en apercevrai pas » (Jb 9,11). S’il vient à moi dans le Pain, je ne le verrai pas, s’il se retire en l’avalant, je ne m’en apercevrai pas, sinon dans la foi. « Je suis le pain de vie. Qui vient à moi n’aura jamais faim; qui croit en moi n’aura jamais soif. Mais je vous l’ai dit : vous me voyez et vous ne croyez pas. Tout ce que me donne le Père viendra à moi, et celui qui vient à moi, je ne le jetterai pas dehors; car je suis descendu du ciel pour faire non pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » (Jn 6, 35-38)

 « Notre vie est cachée en Dieu avec le Christ ». ( Saint Augustin)

 « Heureux ceux qui croient sans avoir vu.» ( Jn 20, 29)

NDC