28 juillet, Mt 13, 36-43 : Le semeur de vie et le pollueur.

 In Non classé


Évangile :

Laissant la foule, Jésus vint à la maison. Ses disciples s’approchèrent et lui dirent : « Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. » 

Il leur répondit : « Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme; le champ, c’est le monde; le bon grain, ce sont les fils du Royaume; l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais; l’ennemi qui l’a semée, c’est le démon; la moisson, c’est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges.

“De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume tous ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal, et ils les jetteront dans la fournaise; là il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le Royaume de leur Père.

‘Celui qui a des oreilles, qu’il entende! ’

Commentaires :

Laissant la foule, Jésus vint à la maison, comme il vient au tabernacle. Ses disciples, tout comme nous encore aujourd’hui qui pouvons nous en approcher, lui disent : ‘Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ.’ La clarté ne manque pas dans les explications qui sortent de la bouche de Jésus, pas plus que la lumière ne manque du rayonnement de sa présence dans le Pain pour nous éclairer afin de nous garder libres au milieu de l’ivraie. 

‘Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme;’ Le Fils de l’homme est le Fils de Dieu qui sème le bon grain, sa parole. Le Fils de Dieu s’est fait Fils de l’homme pour que sa parole prenne vie et racine en l’être humain dans le champ du monde entier. ‘Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. (…) Car la Loi fut donnée par Moïse; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Nul n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l’a fait connaître.’ (Jn 1, 14.17-18)

Le semeur s’est fait grain parmi les grains du champ de ce monde afin de répandre sa parole de vérité parmi les grains et les libérer de l’ivraie. ‘Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libèrera.’ (Jn 8, 32) Vous serez les fils du Royaume en accueillant sa parole et en y demeurant. ‘Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas accueilli. Mais à tous ceux qui l’ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, lui qui ne fut engendré ni du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu.’ (Jn 1, 11-13) 

Le Fils de Dieu se fait Fils de l’homme par la volonté du Père et la puissance de l’Esprit. Il a été engendré dans le sein de la Vierge Marie, lui qui est tourné vers le sein du Père pour venir en nous, nous transformer en Temple du Saint-Esprit dans l’unité avec tous ceux qui l’accueillent. Il vient construire son Église dans le champ du monde, immense hostie qui se constitue de tous les grains vivants dans sa parole à travers les siècles. Immense vaisseau de blé d’or où coule la source annoncée par Jean qui le précède au désert et dans la mort : ‘Pour moi, je vous baptise dans de l’eau en vue du repentir; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d’enlever les sandales; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Il tient en sa main la pelle à vanner et va nettoyer son aire; il recueillera son blé dans le grenier; quant aux bales, il les consumera au feu qui ne s’éteint pas.’ (Mt 3, 11-12)

L’ivraie, ce sont le fils du Mauvais… les grains qui refusent la liberté apportée par le Fils de l’homme : ‘Comment peux-tu dire : ‘Vous deviendrez libres’? ’ Jésus leur répondit : ‘En vérité, en vérité, je vous le dis, quiconque commet le péché est esclave. Or l’esclave ne demeure pas à jamais dans la maison, le fils y demeure à jamais. Si donc le Fils vous libère, vous serez réellement libres.’ (Jn 8, 33-36) 

Ils refusent la liberté de Jésus, lui qui n’a jamais été l’esclave du péché et qui seul peut rendre libre de tout ce qui est rupture avec le Père et les autres pour demeurer dans la vie qui est unité avec tous en Dieu. Ils veulent demeurer les esclaves du Père du mensonge, de l’ennemi de Dieu qui sème la division par le mensonge pour mieux s’emparer de chaque grain, les dévorer et transformer la maison de Dieu en caverne de bandits.     

‘Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage? C’est que vous ne pouvez pas entendre ma parole. Vous êtes du diable, votre père, et ce sont les désirs de votre père que vous voulez accomplir. Il était homicide dès le commencement et n’était pas établi dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui : quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge. Mais parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas. Qui d’entre vous me convaincra de péché? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas? ’ 

La vérité c’est que Dieu vous aime et il veut vous rendre libres de la pollution du mensonge, de la mort qui est son royaume. ‘Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Qui croit en lui n’est pas jugé; qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au Nom du Fils unique de Dieu.’ (Jn 3, 16-18)

Dès le début, le père du mensonge était homicide et c’est bien ce qu’ils veulent les fils du Mauvais, ils veulent tuer le Fils de l’homme pour ne plus entendre le chant de la source de vie, ni voir se construire son Église, lieu d’unité où tous pourront trouver la grâce pour traverser cette vallée de larmes, ce désert d’amour. 

‘En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.’ Ils lui dirent : ‘Maintenant nous savons que tu es un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et tu dis : ‘Si quelqu’un garde ma parole, il ne goûtera jamais de la mort’. (Jn 8, 51-52) 

Les fils du Mauvais tueront Jésus et c’est dans la mort que la justice du Père le glorifiera en le ramenant à la vie par la puissance de l’Esprit. Les fils du Mauvais penseront bien avoir mis un terme à la vie de sa parole en le tuant et il n’en sera pas ainsi. Au contraire la parole de vie sera maintenant au milieu du champ de ce monde et elle élèvera son Église, tel un navire que ni la mort, ni le péché ne pourront atteindre en son sein, là où est le Christ, pour naviguer dans la tempête de ce monde avec assurance jusqu’au terme du voyage. 

‘Et tel est le jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises. Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses oeuvres sont faites en Dieu.’ (Jn 3, 19-21)

‘La moisson, c’est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges. » ‹ Tout ce qui a une fin n’est pas long.’ dit Saint Augustin. La moisson est proche, il est temps encore de se tourner vers celui qui nous libère du péché pour nous rendre la liberté des enfants de Dieu. Les portes de son Église sont grandes ouvertes pour y recevoir le baptême dans sa mort, le pardon de nos péchés, la nourriture pour se transformer en Fils du Royaume et répandre son amour par l’Esprit Saint. 

‘Puis je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle — car le premier ciel et la première terre ont disparu, et de mer, il n’y en a plus. Je vis la Cité sainte, Jérusalem nouvelle, qui descendait du ciel, de chez Dieu; elle s’est faite belle, comme une jeune mariée parée pour son époux. J’entendis alors une voix clamer, du trône : ‘Voici la demeure de Dieu avec les hommes. Il aura sa demeure avec eux; ils seront son peuple, et lui, Dieu-avec-eux, sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux : de mort, il n’y en aura plus; de pleur, de cri et de peine, il n’y en aura plus, car l’ancien monde s’en est allé.’ Alors, Celui qui siège sur le trône déclara : ‘Voici, je fais l’univers nouveau.’ Puis il ajouta : ‘Écris : Ces paroles sont certaines et vraies. C’en est fait, me dit-il encore, je suis l’Alpha et l’Oméga, le Principe et la Fin; celui qui a soif, moi, je lui donnerai de la source de vie, gratuitement. Telle sera la part du vainqueur; et je serai son Dieu, et lui sera mon fils. Mais les lâches, les renégats, les dépravés, les assassins, les impurs, les sorciers, les idolâtres, bref, tous les hommes de mensonge, leur lot se trouve dans l’étang brûlant de feu et de soufre : c’est la seconde mort.’ (Ap 21, 1-8)

NDC