29 juillet, Jn 11, 19-27 : Jésus et notre impossible!

 In Méditer les écritures

Évangile :

Beaucoup de Juifs étaient venus manifester leur sympathie à Marthe et à Marie, dans leur deuil. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas. » Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera au dernier jour, à la résurrection. »

Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra; et tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. »

Commentaires :

Marthe et Marie sont dans le deuil. Qui ne traversera pas cette mer de larmes qu’est le deuil d’un être cher? Pendant une telle période, l’univers se réduit à notre peine. Nous sommes enfoncés dans la boue de la tristesse. Marthe et Marie reçoivent la sympathie des voisins, la peine demeure, lourde et écrasante : « Pitié pour moi, Yahvé, l’oppression est sur moi! Les pleurs me rongent les yeux, la gorge et les entrailles. » (Ps 31,10)

Marthe apprend que Jésus est en chemin vers eux, elle part au-devant à sa rencontre, laissant Marie à la maison pour recevoir les sympathies des gens. La douleur est si insupportable : « Les lacets de la mort m’enserraient, les filets du shéol; l’angoisse et l’affliction me tenaient, j’appelai le nom de Yahvé. » (Ps 116, 3-4) En apprenant que Jésus approche, Marthe ressent une lumière se lever en elle : « Joie au ciel! exulte la terre! Que gronde la mer, et sa plénitude! Que jubile la campagne, et tout son fruit, que tous les arbres des forêts crient de joie, à la face de Yahvé, car il vient, car il vient… »  (Ps 96,11-13)

Elle court vers Jésus, le Fils du Dieu vivant. Elle court pour s’éloigner du tombeau de son frère et le ramener vite à la vie : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas. »

La tâche de Jésus ne concerne pas seulement quelques personnes, c’est pour la multitude qu’il est là, non seulement pour ceux qui sont déjà morts, mais tout autant pour ceux qui ne sont pas encore nés, comme nous, comme tous les autres qui nous suivront et dont nous n’avons pas encore idée. Combien s’imaginent que le monde s’arrête avec eux, que le monde commence avec eux? La tâche de Jésus est gigantesque, elle déborde les siècles, elle englobe le passé, le présent et l’avenir.

Aujourd’hui, nous constatons les limites de ceux qui gouvernent à régler les problèmes tant au niveau économique comme en Grèce, à Washington, en Europe, qu’au niveau des désastres écologiques comme la famine en Somalie, le tsunami au Japon. Les tensions régionales dans plusieurs parties du monde ne favorisent pas les interventions rapides pour venir au secours d’un pays. Les crises politiques nationales sont nombreuses, les dictateurs tombent et qui les remplacera, quel régime s’instaurera. La tâche est énorme et les moyens sont limités pour intervenir.

La tâche de Jésus concerne tous les peuples, tous les tombeaux, tous les enfants à venir, il ne s’agit pas d’assurer le bien-être d’une petite élite de privilégiés. Tout le monde est invité à la grande noce de Dieu avec l’âme de chacun, par Jésus, Verbe fait chair. Tout le monde aura sa part de nourriture pour tenir sur le chemin de la vie éternelle, en cette terre d’exil où règne la division.

Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Le monde entier ressuscitera. La justice brillera pour chacun. L’amour chassera à jamais toutes les angoisses, essuiera toutes les larmes. Personne ne sera oublié, pas un mot ne sera perdu, pas un cheveu, pas un soupir. Le Christ rachète tout et tous et prend tout sur lui, afin que la miséricorde chante pour les miséricordieux.

La tâche de Jésus est gigantesque, titanesque, herculéenne. Il prend tout sur lui, en donnant sa vie sur la croix, dans la faiblesse et la pauvreté : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra; et tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? »

La tâche est impossible aux hommes et nous le constatons bien aujourd’hui. Les difficultés s’accroissent et les solutions nous manquent de plus en plus et les moyens tout autant : « aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible. » (Mt 19, 26) Notre Père, que ton règne vienne….

Jésus ne vient pas comme les vampires si populaires, prendre le sang des autres pour vivre. Il vient s’ouvrir le cœur pour donner son sang en source de vie éternelle. Il ne vient pas dans la nuit, lever une armée de morts-vivants qui s’abreuvent du sang des vivants pour subsister dans la mort et la nuit. Il vient pour se donner totalement et dans sa mort, nous baptiser de l’eau et de l’Esprit, afin que nous renaissions à sa nature divine, fils de Dieu, héritier du royaume.

Crois-tu cela? Il n’y a que Dieu qui peut accomplir la tâche gigantesque de nous réconcilier, nous faire vivre dans la paix et l’amour, unir toutes les nations dans une même joie. La tâche est plus que titanesque, démesurée, elle a des proportions que seul Dieu, l’Infini et l’Éternel peut apporter la solution et les moyens.

« Alleluia! Louez Dieu en son sanctuaire, louez-le au firmament de sa puissance, louez-le en ses oeuvres de vaillance, louez-le en toute sa grandeur! Louez-le par l’éclat du cor, louez-le par la harpe et la cithare, louez-le par la danse et le tambour, louez-le par les cordes et les flûtes, louez-le par les cymbales sonores, louez-le par les cymbales triomphantes! Que tout ce qui respire loue Yahvé! » (Ps 150, 1-6)

« Crois-tu cela? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. » Sans le Messie, nous ne pouvons sortir de nos tombeaux, sans le Messie, nous demeurons enlisés dans notre angoisse, en chute libre dans l’abîme, en quête d’ivresses pour oublier notre sombre destin. Sans le Messie, les réfugiés climatiques sont sans abri, les affamés sans nourriture, les endettés sans espoir, les conflits entre nations sans réconciliation, les injustices sans justice, les mensonges sans vérité.

Le Christ Jésus, envoyé du Père Éternel vient tout prendre sur lui et c’est ainsi que Dieu : « n’a point méprisé, ni dédaigné la pauvreté du pauvre, ni caché de lui sa face, mais, invoqué par lui, il écouta. De toi vient ma louange dans la grande assemblée, j’accomplirai mes voeux devant ceux qui le craignent. Les pauvres mangeront et seront rassasiés. Ils loueront Yahvé, ceux qui le cherchent « que vive votre coeur à jamais!” Tous les lointains de la terre se souviendront et reviendront vers Yahvé; toutes les familles des nations se prosterneront devant lui. À Yahvé la royauté, au maître des nations! Oui, devant lui seul se prosterneront tous les puissants de la terre, devant lui se courberont tous ceux qui descendent à la poussière et pour celui qui ne vit plus, sa lignée le servira, elle annoncera le Seigneur aux âges à venir, elle racontera aux peuples à naître sa justice il l’a faite! » (Ps 22, 25-32)

NDC

29 juillet, Jn 11, 19-27 : Jésus et notre impossible!

Évangile :

Beaucoup de Juifs étaient venus manifester leur sympathie à Marthe et à Marie, dans leur deuil. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait à la maison. Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas. » Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera au dernier jour, à la résurrection. »

Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra; et tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. »

Commentaires :

Marthe et Marie sont dans le deuil. Qui ne traversera pas cette mer de larmes qu’est le deuil d’un être cher? Pendant une telle période, l’univers se réduit à notre peine. Nous sommes enfoncés dans la boue de la tristesse. Marthe et Marie reçoivent la sympathie des voisins, la peine demeure, lourde et écrasante : « Pitié pour moi, Yahvé, l’oppression est sur moi! Les pleurs me rongent les yeux, la gorge et les entrailles. » (Ps 31,10)

Marthe apprend que Jésus est en chemin vers eux, elle part au-devant à sa rencontre, laissant Marie à la maison pour recevoir les sympathies des gens. La douleur est si insupportable : « Les lacets de la mort m’enserraient, les filets du shéol; l’angoisse et l’affliction me tenaient, j’appelai le nom de Yahvé. » (Ps 116, 3-4) En apprenant que Jésus approche, Marthe ressent une lumière se lever en elle : « Joie au ciel! exulte la terre! Que gronde la mer, et sa plénitude! Que jubile la campagne, et tout son fruit, que tous les arbres des forêts crient de joie, à la face de Yahvé, car il vient, car il vient… »  (Ps 96,11-13)

Elle court vers Jésus, le Fils du Dieu vivant. Elle court pour s’éloigner du tombeau de son frère et le ramener vite à la vie : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas. »

La tâche de Jésus ne concerne pas seulement quelques personnes, c’est pour la multitude qu’il est là, non seulement pour ceux qui sont déjà morts, mais tout autant pour ceux qui ne sont pas encore nés, comme nous, comme tous les autres qui nous suivront et dont nous n’avons pas encore idée. Combien s’imaginent que le monde s’arrête avec eux, que le monde commence avec eux? La tâche de Jésus est gigantesque, elle déborde les siècles, elle englobe le passé, le présent et l’avenir.

Aujourd’hui, nous constatons les limites de ceux qui gouvernent à régler les problèmes tant au niveau économique comme en Grèce, à Washington, en Europe, qu’au niveau des désastres écologiques comme la famine en Somalie, le tsunami au Japon. Les tensions régionales dans plusieurs parties du monde ne favorisent pas les interventions rapides pour venir au secours d’un pays. Les crises politiques nationales sont nombreuses, les dictateurs tombent et qui les remplacera, quel régime s’instaurera. La tâche est énorme et les moyens sont limités pour intervenir.

La tâche de Jésus concerne tous les peuples, tous les tombeaux, tous les enfants à venir, il ne s’agit pas d’assurer le bien-être d’une petite élite de privilégiés. Tout le monde est invité à la grande noce de Dieu avec l’âme de chacun, par Jésus, Verbe fait chair. Tout le monde aura sa part de nourriture pour tenir sur le chemin de la vie éternelle, en cette terre d’exil où règne la division.

Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » Le monde entier ressuscitera. La justice brillera pour chacun. L’amour chassera à jamais toutes les angoisses, essuiera toutes les larmes. Personne ne sera oublié, pas un mot ne sera perdu, pas un cheveu, pas un soupir. Le Christ rachète tout et tous et prend tout sur lui, afin que la miséricorde chante pour les miséricordieux.

La tâche de Jésus est gigantesque, titanesque, herculéenne. Il prend tout sur lui, en donnant sa vie sur la croix, dans la faiblesse et la pauvreté : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra; et tout homme qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela? »

La tâche est impossible aux hommes et nous le constatons bien aujourd’hui. Les difficultés s’accroissent et les solutions nous manquent de plus en plus et les moyens tout autant : « aux hommes cela est impossible, mais à Dieu tout est possible. » (Mt 19, 26) Notre Père, que ton règne vienne….

Jésus ne vient pas comme les vampires si populaires, prendre le sang des autres pour vivre. Il vient s’ouvrir le cœur pour donner son sang en source de vie éternelle. Il ne vient pas dans la nuit, lever une armée de morts-vivants qui s’abreuvent du sang des vivants pour subsister dans la mort et la nuit. Il vient pour se donner totalement et dans sa mort, nous baptiser de l’eau et de l’Esprit, afin que nous renaissions à sa nature divine, fils de Dieu, héritier du royaume.

Crois-tu cela? Il n’y a que Dieu qui peut accomplir la tâche gigantesque de nous réconcilier, nous faire vivre dans la paix et l’amour, unir toutes les nations dans une même joie. La tâche est plus que titanesque, démesurée, elle a des proportions que seul Dieu, l’Infini et l’Éternel peut apporter la solution et les moyens.

« Alleluia! Louez Dieu en son sanctuaire, louez-le au firmament de sa puissance, louez-le en ses oeuvres de vaillance, louez-le en toute sa grandeur! Louez-le par l’éclat du cor, louez-le par la harpe et la cithare, louez-le par la danse et le tambour, louez-le par les cordes et les flûtes, louez-le par les cymbales sonores, louez-le par les cymbales triomphantes! Que tout ce qui respire loue Yahvé! » (Ps 150, 1-6)

« Crois-tu cela? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. » Sans le Messie, nous ne pouvons sortir de nos tombeaux, sans le Messie, nous demeurons enlisés dans notre angoisse, en chute libre dans l’abîme, en quête d’ivresses pour oublier notre sombre destin. Sans le Messie, les réfugiés climatiques sont sans abri, les affamés sans nourriture, les endettés sans espoir, les conflits entre nations sans réconciliation, les injustices sans justice, les mensonges sans vérité.

Le Christ Jésus, envoyé du Père Éternel vient tout prendre sur lui et c’est ainsi que Dieu : « n’a point méprisé, ni dédaigné la pauvreté du pauvre, ni caché de lui sa face, mais, invoqué par lui, il écouta. De toi vient ma louange dans la grande assemblée, j’accomplirai mes voeux devant ceux qui le craignent. Les pauvres mangeront et seront rassasiés. Ils loueront Yahvé, ceux qui le cherchent « que vive votre coeur à jamais!” Tous les lointains de la terre se souviendront et reviendront vers Yahvé; toutes les familles des nations se prosterneront devant lui. À Yahvé la royauté, au maître des nations! Oui, devant lui seul se prosterneront tous les puissants de la terre, devant lui se courberont tous ceux qui descendent à la poussière et pour celui qui ne vit plus, sa lignée le servira, elle annoncera le Seigneur aux âges à venir, elle racontera aux peuples à naître sa justice il l’a faite! » (Ps 22, 25-32)

Normand Décary-Charpentier


Fatal error: Cannot redeclare list_pings() (previously declared in /home/smrdc/wordpress/wp-content/themes/jupiter/comments.php:40) in /home/smrdc/wordpress/wp-content/themes/jupiter/comments.php on line 40