29 juillet, Lc 10, 38-42, La lumière ne prive personne de sa clarté.

 In Non classé


Évangile :

Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur, nommée Marie, qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.

Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien? Ma sœur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée. »

Commentaires :

Combien de gens fortunés s’en prennent trop souvent à ceux qui survivent de l’aide sociale. Ils voudraient bien que les gouvernants les contraindre au travail, ainsi ils seraient assurés de ne pas voir leurs impôts sans cesse augmenter.  

Quel gouvernement arrivera à faire en sorte que tout le monde se trouve un travail ? Il faudrait résoudre toutes les causes du chômage ?  Y a-t-il un système à même d’éliminer les nombreuses causes qui excluent des personnes du marché de l’emploi?

Tâche colossale que d’atteindre un tel but où chacun trouve son compte, tâche impossible pour tout gouvernement actuel et dans l’avenir, aussi technologique sera-t-il.

Qui aurait la sagesse pour créer un système où chacun reçoit selon son droit, qui peut agir envers tous selon que son devoir l’exige?  Le soleil y parvient à sa manière. Il ne prive personne de sa lumière dès qu’il se lève, il se donne généreusement à tous sans distinction. C’est une tâche astronomique dirions-nous et pourtant il le fait sans effort et sans aucun salaire. L’astre solaire remplit bien sa tâche de garder l’ensemble de la planète en vie, sans oublier une feuille, un arbre, une roche, une rivière, un iceberg… 

Marthe voudrait bien que Marie travaille tout autant qu’elle au lieu de demeurer aux pieds de Jésus. Pourtant ne s’inquiète-t-elle pas pour rien, car comme pour le soleil, l’Astre venu d’en-haut éclaire tout autant celle qui le voit et celle qui ne le voit pas, celle qui adore ou celle qui prépare le repas. L’important c’est de choisir de se faire chauffer au feu de son amour afin de brûler nous-mêmes de ce feu et cela personne ne peut nous l’enlever que nous soyons dans un lit d’hôpital ou dans une prison, dans un bidon-ville ou une cité cossue.

Alors à vous de choisir ce qui n’enlève rien aux autres… et peut tout leur donner par ce que vous recevez.

NDC