29 juin, Mt 16, 13-19, L’identité de Jésus.

 In Non classé


Évangile :

Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes? » Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean-Baptiste; pour d’autres, Élie; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je? » Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant! »

Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon, fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

Commentaires :

« Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes? » demande Jésus. Qui peut répondre à cette question adéquatement sans l’inspiration de Dieu? Qui d’autre que Dieu peut parler de Dieu, qui d’autre que le Fils de Dieu venu parmi les hommes peut parler de Dieu? « C’est que nul n’a vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu; celui-là a vu le Père » (Jn 6:46) Que peuvent dire les hommes du Fils de Dieu, lui qui est « reconnu à son aspect comme un homme » parmi les hommes? Ils disent ce que l’esprit de l’homme peut en dire. « Qui donc, parmi les hommes, sait ce qu’il y a dans l’homme? Seul l’esprit de l’homme le sait, lui qui est dans l’homme. De même, personne ne connaît ce qu’il y a en Dieu, sinon l’Esprit de Dieu. » (1 Cor 2, 11) Certains demanderont pourquoi Dieu ne se fait pas reconnaître comme Dieu parmi les hommes. Voici l’explication de Saint Irénée à ce sujet : « C’est pourquoi le Verbe (…) montre Dieu aux hommes, et présente l’homme à Dieu, tout en préservant l’invisibilité du Père, de peur que l’homme n’en vienne à mépriser Dieu, mais, en même temps, pour qu’il ait toujours des progrès en vue, il rend Dieu visible aux hommes en le montrant par de nombreuses économies, de peur que, totalement privé de Dieu, l’homme cesse d’être. Car la gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, et la vie de l’homme, c’est la vue de Dieu..» Jésus préserve l’invisibilité du Père, de peur que l’homme n’en vienne à mépriser Dieu. Si Dieu reste caché, c’est pour ne pas nous perdre. S’il se montrait, nous risquerions de le mépriser. « Si quelqu’un dit aimer Dieu qu’il ne voit pas et n’aime pas son frère qu’il voit, est un menteur. » (1 Jn 4,20) Pourquoi verrions-nous plus la dignité de Dieu que nous arrivons à voir la dignité des autres? 

Jésus préserve l’invisibilité du Père pour nous apprendre à découvrir son amour en voyant de quel amour il est capable en se faisant homme : « lui qui était dans la condition de Dieu, il n’a pas jugé bon de revendiquer son droit d’être traité à l’égal de Dieu; mais il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et, reconnu à son aspect comme un homme, il s’est abaissé, lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix. » (Phil 2, 6-8)

« Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes? » demande Jésus. Qui est-il celui qui est de la condition de Dieu et qui revêt la condition de serviteur humain pour mieux donner sa condition divine à l’humanité? Qui est-il celui qui s’abaisse ainsi jusqu’à la mort pour se faire nourriture? Qui est-il celui qui préserve l’invisibilité de Dieu pour ne pas risquer de perdre un seul être humain? 

Qui peut bien être l’être humain pour Dieu pour l’aimer ainsi? 

« À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci? Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu, le couronnant de gloire et d’honneur; tu l’établis sur les oeuvres de tes mains, tu mets toute chose à ses pieds… » (Ps 8, 4-7) 

Tu l’aimes, au point de mourir par amour pour lui afin de lui donner ta vie divine. Tu te dépouilles de ta divinité pour mieux te faire reconnaître et n’en perdre aucun. Quel incroyable amour pour des êtres qui te cloueront sur la croix? Même dans la mort, tu feras rayonner ton amour? 

« Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes? » Il y a en Jésus plus que tous les saints et les saintes à la fois, plus que tous les prophètes, les temples.

« Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je? » 

Simon-Pierre de s’écrier : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant! » Comment peut-il comprendre profondément ce qu’il dit à ce moment, lui qui reniera Jésus par trois fois? Sa foi est en progrès, tout comme son amour. Nous recevons tout de celui qui vient du Père, même l’amour dont nous l’aimons. « Qu’as-tu que tu n’as reçu? Et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifier, comme si tu ne l’avais pas reçu? » (1 Corinthien 4,7) « Le Seigneur Jésus qui est la pierre qui soutient le poids du monde. »  (Benoît XVI) n’hésite en rien à faire de Pierre, la pierre sur laquelle il bâtira son Église, cette demeure d’amour. 

« Si quelqu’un m’aime, il gardera Ma parole, et Mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui et ferons notre demeure chez lui. »  (Jean 14:23)

 Le Fils de Dieu n’a de cesse de se donner et de tout donner pour que l’être humain vive et cela à jamais. Voici qu’il donne les clefs du Royaume des cieux, il donne le pouvoir de la miséricorde, ainsi Pierre est déjà pardonné de son reniement et il pourra faire de même avec les autres afin qu’ils demeurent tous dans l’amour. 

« Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je? » 

« Nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dominent ce monde ne l’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire.

 Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ce que personne n’avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le coeur de l’homme n’avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu. Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, a révélé cette sagesse. Car l’Esprit voit le fond de toutes choses, et même les profondeurs de Dieu. (1 Cor 2, 7-10)

“Dieu est amour : celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu en lui” (1 Jn4, 16).

N’est-ce pas pourquoi notre trésor est dans notre cœur, c’est là le lieu du temple de Dieu : “N’oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est sacré, et ce temple, c’est vous.” (1 Cor 3, 16-17)

NDC