3 mars, Lc 6, 39-45 : L’œil de l’aveugle qui voit!

 In Méditer les écritures

Évangile :
En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples en parabole :
« Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ?
Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ?
Le disciple n’est pas au-dessus du maître ;
mais une fois bien formé,
chacun sera comme son maître.
Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère,
alors que la poutre qui est dans ton œil à toi,
tu ne la remarques pas ?
Comment peux-tu dire à ton frère :
‘Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil’,
alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ?
Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ;
alors tu verras clair
pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère.
Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ;
jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit.
Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit :
on ne cueille pas des figues sur des épines ;
on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces.
L’homme bon tire le bien
du trésor de son cœur qui est bon ;
et l’homme mauvais tire le mal
de son cœur qui est mauvais :
car ce que dit la bouche,
c’est ce qui déborde du cœur. »
– Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaires :
Un aveugle peut-il guider un autre aveugle? Les gens dans la foule savent très bien qu’ils vont tomber dans un trou. La parabole de Jésus concerne le pire aveugle, celui qui ne veut pas voir. Ce n’est pas l’œil qui est aveugle, c’est la volonté : il ne veut pas voir. Cet aveugle voit, mais il refuse de voir ce qu’il voit. Il veut voir à sa manière. L’œil, en fait, n’est qu’un ensemble de capteurs photosensibles. L’œil voit et il n’interprète aucune des images perçues : il détecte un certain nombre de points (un par capteur) et convertit l’information (luminosité, couleur) en un message nerveux codé en fréquence qui est transmis au cerveau par le nerf optique jusque dans l’aire visuelle. Sa fonction est de recevoir et de transformer les vibrations électromagnétiques de la lumière en influx nerveux qui sont transmises au cerveau. L’oeil fonctionne comme un appareil photographique. Un appareil a beau être en bon état, en plus d’être le meilleur appareil, il ne sert à rien sans le photographe, sans l’interprète à l’arrière de l’appareil. Ainsi un aveugle à l’esprit éclairé peut voir beaucoup mieux qu’un voyant qui ne veut pas voir, qui refuse toute information de la lumière qu’il reçoit.
“Malheureux êtes-vous, guides aveugles (…) Insensés et aveugles! Qu’est-ce qui est le plus important : l’or? ou bien le Temple par lequel cet or devient sacré? (…) Aveugles! Qu’est-ce qui est le plus important : l’offrande? ou bien l’autel par lequel cette offrande devient sacrée?” (Mt 23, 16-17.19.)
C’est de ce genre d’aveuglement dont parle Jésus dans sa parabole, ces aveugles qui ne voient que leur intérêt, leurs cœurs sont tout entiers dans l’objet de leur convoitise.
Jésus insiste sur l’aveuglement des autorités religieuses :
“Guides aveugles, qui arrêtez au filtre le moustique et engloutissez le chameau. Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui purifiez l’extérieur de la coupe et de l’écuelle, quand l’intérieur en est rempli par rapine et intempérance! Pharisien aveugle! Purifie d’abord l’intérieur de la coupe et de l’écuelle, afin que l’extérieur aussi devienne pur. Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis : au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de toute pourriture; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité. » (Mt 23, 24-28)
L’aveugle qui ne veut pas voir ne peut reconnaître la lumière qui pourrait entrer en lui pour lui donner la juste interprétation de ce qui se passe devant lui et prendre le bon chemin. L’œil est comme un appareil photographique : ‘L’œil est la lampe du corps. Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé.’ (Mt 6, 22), il sera éclairé de la bonne lumière qui lui permettra de choisir la direction qui mène à la destination de l’amour de Dieu et de l’autre comme soi.
‘Mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres! ‘(Mt 6,23) Si ton œil ne recherche que les apparences, que ce qu’il peut donner à voir pour se faire voir, il sera aveugle à l’amour des autres, au don de soi!
‘Le disciple n’est pas au-dessus du maître; mais celui qui est bien formé sera comme son maître. Se faire le disciple de guides aveugles ne peut mener qu’à demeurer aveugle et ne pas voir celui qui vient au nom de Dieu apporter la lumière qui dissipe les ténèbres pour entrer dans la communion avec Dieu.
‘Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes, et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie.’ (Jn 1, 4-5) Les ténèbres ne veulent pas voir la lumière parce que leurs œuvres sont mauvaises, leurs œuvres ne mènent qu’à s’enrichir avec les biens qui passent. L’œil pour voir a besoin de la vraie lumière pour faire une juste interprétation de la réalité à voir et pour ne pas tomber dans le trou et devenir à son insu un sépulcre blanchi sur lequel les gens marchent.
‘Dans plusieurs endroits du globe, la pollution lumineuse menace la vie animale, et du même coup, la chaîne alimentaire. » (Archives La Tribune, 6/10/11) Les deux tiers des oiseaux migrent la nuit : un nombre important sont attirés par les lampadaires et se frappent sur les vitres des édifices. La lumière artificielle entraîne le bouleversement des comportements des animaux. C’est le cas, notamment, des bébés tortues qui perdent leur chemin à la naissance : plutôt que de s’en aller vers la mer, elles s’en vont dans le sens inverse et c’est la mort.
La lumière artificielle cache les étoiles et la lune, elle attire à des endroits qui ne mènent nulle part. Les apparences de même ne font que faire paraître ce qui n’est pas, ce qui ne dure pas. La vraie lumière brille dans la nuit, elle est sur la croix. Qui peut reconnaître dans le condamné, le Fils de Dieu qui meurt pour nous racheter afin de nous tirer de ce trou du cimetière où la mort nous mène paître. Dans la nuit, aucune lumière artificielle, il n’y a que l’amour gratuit de Dieu qui s’offre pour ceux qui le crucifient, une lumière aveuglante de vérité, de pureté que la mort ne peut retenir dans son étreinte.
‘Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme; il venait dans le monde. Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas accueilli. Mais à tous ceux qui l’ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom, lui qui ne fut engendré ni du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu. » (Jn 1, 9-13)
Pour voir cette lumière dans la nuit de ce monde d’artifices et d’apparences, il faut regarder celui qui meurt par amour pour ceux qui ne l’aiment pas ou l’aiment mal, il faut le regarder, le contempler dans la nuit et accueillir cette lumière pour s’unir à lui et par lui s’offrir. Il faut enlever de nos yeux les poutres de nos faux jugements sur les autres. Il faut les retirer, les croiser et s’y étendre pour mourir avec celui qui meurt pour nous afin de ressusciter avec lui. ‘Si quelqu’un veut me suivre, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge chaque jour de sa croix, et qu’il me suive. » (Lc 9, 23)
Notre œil, débarrassé des poutres qui l’encombraient, peut laisser entrer la Lumière de la lumière et suivre celui qui vient dans nos ténèbres nous mener à la lumière de la vie.

NDC