3 oct, Lc 9, 51-56, Feu de la colère et feu de la croix.

Home / Méditer les écritures / 3 oct, Lc 9, 51-56, Feu de la colère et feu de la croix.

Évangile:

Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route vers la ville de Jérusalem. Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de l’accueillir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem.

Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire? » Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. Et ils partirent pour un autre village.

Commentaires :

La colère semble bien justifiée devant les rejets que nous pouvons subir. Elle devient encore plus intense lorsqu’elle concerne quelqu’un en qui nous avons des attentes importantes.

Comment oublier la rage suscitée par les caricatures de Mahomet? Les auteurs ont été l’objet d’une condamnation à mort pour avoir ainsi représenter le prophète de Dieu sur terre.

Les croisades des chrétiens ont fait tant de morts, l’inquisition a élevé beaucoup de bûchers. La colère rend aveugle et elle tend à conduire celui qui l’alimente à se substituer à Dieu et rendre justice en son nom. Il faut se méfier du levain des pharisiens, ce levain fait monter le feu de la guerre et non le feu que Jésus vient allumer sur la croix. Il faut pas juger, il faut aimer comme nous le sommes par celui qui vient donner sa vie pour nous et que le Père livre en rançon pour nous libérer du mal et de la mort. Ne cherchons pas à condamner ceux qui ne croient pas, Dieu lui, croit en eux et il les attend parce qu’il est amour et il aime le pécheur, il ne veut pas sa mort.

C’est bien pourquoi Jésus se dirige à Jérusalem, là où il sait qu’il sera bafoué, maltraité, condamné… Il s’en va à Jérusalem pour entrer dans le mal et la mort et personne ne l’arrêtera de témoigner de la vérité de l’amour de Dieu. Il fera tomber le feu sur les véritables ennemis de l’être humain et non sur les pauvres humains, si vulnérables, si dupes devant les pièges de l’avoir, du pouvoir, du savoir, de la gloire. Jésus entre résolument à Jérusalem, il entre le cœur en feu pour chacune des personnes qui ont été, qui sont et qui seront.

Jésus se retourna et les interpella vivement, comme il dira fermement à Pierre de remettre son épée au fourreau. Il faut apprendre à combattre comme Jésus à combattu pour nous. Prendre sa croix et entrer résolument dans la contemplation de celui qui s’offre pour nous au Père et l’offrir au Père pour que par ses mérites, nous puissions avancer à le suivre sur cette voie de l’amour qui donne sa vie pour les autres.

NDC