5 oct, Lc 10,1-12 , Être amour au milieu des loups.

Home / Méditer les écritures / 5 oct, Lc 10,1-12 , Être amour au milieu des loups.

Évangile :

Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.

Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maitre de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.

“Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : < Paix à cette maison.> S’il y a là un ami de la paix votre paix ira reposer sur lui; sinon elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.

‘Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : < Le règne de Dieu est tout proche de vous.>

‘Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites : ‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant, sachez-le : le règne de Dieu est tout proche.> Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville.’

Commentaires :

La locution latine ‘Homo homini lupus’ signifiant : ‘l’homme est un loup pour l’homme » a été inventé par Plaute dans sa comédie Asinaria (la comédie des ânes). ‘L’homme qu’on ne connaît pas n’est pas un homme, c’est un loup, » fait-il dire à un marchand qui refuse de passer de son argent à un inconnu. Cette expression inspirera bien d’autres auteurs comme Rabelais, Thomas Hobbes, Sigmund Freud. L’homme est loup pour l’homme, autrement dit l’homme est son pire ennemi.

En philosophie, cette citation s’appuie sur une vision pessimiste de la nature humaine, un être mauvais et pervers ne recherchant que ses intérêts, sans souci sur les moyens pour les obtenir, ni pour les conséquences sur les autres. L’important est de remplir sa panse et de dormir tranquille en digérant ses proies saisies par ruse. Nous sommes loin de l’être fondamentalement bon de Rousseau avec son ‘bon sauvage » que la société corrompt ou encore de l’être ontologiquement bon que propose la foi catholique. L’être est bon, ce n’est pas un loup. Son être a été blessé en s’éloignant de Dieu de qui il était l’image et dont il ne peut se passer pour atteindre sa plénitude.« ‘Qui suis-je? Qu’est-ce que l’homme? Et cette question, à son tour, ne peut être séparée de la question sur Dieu : Dieu existe-t-il? et, qui est Dieu? quel est vraiment son visage? La réponse de la Bible à ces deux questions est unitaire et comporte deux significations qui sont liées : l’homme est créé à l’image de Dieu, et Dieu lui-même est amour. C’est pourquoi la vocation à l’amour est ce qui fait de l’homme l’image authentique de Dieu : il devient semblable à Dieu dans la mesure où il devient quelqu’un qui aime.’» (Benoit XVI au Congrès Ecclésial du Diocèse de Rome sur le thème ‘Famille et Communauté Chrétienne : formation de la personne, et transmission de la foi’. L’être humain est créé par amour et il est fait pour l’amour. Mais comment devenir amour sans celui qui vient nous prouver son amour en se livrant comme un agneau sans défense aux mains de ce qui nous dévore : le mal et la mort.

‘Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. » dit Jésus. Il demande de ne rien emporter, rien, sinon cet amour dont nous sommes aimés afin d’aimer les autres comme Dieu nous aime en se livrant avec lui comme des agneaux.

Il n’y a que l’amour pour assouvir la faim insatiable du loup et le ramener à ce qu’il cherche sans le savoir, la nourriture qui calmera sa faim à jamais. ‘Je suis le pain de vie. Qui vient à moi n’aura jamais faim; qui croit en moi n’aura jamais soif.’ [Jn 6, 35]

L’homme devient un loup pour l’homme quand il réduit sa vie à ne trouver satisfaction en ce monde que dans son trajet de sa naissance à sa mort. Une vie sans but, sans destination, sans devenir, sans espérance.

Jésus vient nous donner une espérance, nous dire que nous sommes faits pour l’amour éternel, que nous sommes appelés à vivre dans l’unité de l’amour de Dieu, Père, Fils et Esprit et nous résistons. ‘Mais je vous l’ai dit : vous me voyez et vous ne croyez pas…) En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit a la vie éternelle. Je suis le pain de vie. Vos pères, dans le désert, ont mangé la manne et sont morts; ce pain est celui qui descend du ciel pour qu’on le mange et ne meure pas. Je suis le pain vivant, descendu du ciel. Qui mangera ce pain vivra à jamais. Et même, le pain que je donnerai, c’est ma chair pour la vie du monde. » [Jn 6, 36. 47-51]

Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups, je vous envoie comme du bon pain vivant au milieu des affamés, je vous envoie comme j’ai été envoyé pour vous nourrir afin que vous deveniez nourriture pour les autres.

‘Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : < Paix à cette maison.> Aimez comme vous êtes aimés et faites-vous nourriture comme vous vous nourrissez de l’amour de l’Agneau de Dieu afin de construire le royaume de l’amour de Dieu en ce monde.

N’être qu’amour, voilà ce que nous devons devenir pour annoncer que le Royaume de Dieu est proche. ‘Eh bien! moi je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs, afin de devenir fils de votre Père qui est aux cieux, car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous? » (Mt 5, 44-46) ‘Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous diffament. À qui te frappe sur une joue, présente encore l’autre; à qui t’enlève ton manteau, ne refuse pas ta tunique. À quiconque te demande, donne, et à qui t’enlève ton bien, ne le réclame pas. Ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le pour eux pareillement. Que si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? » [Lc 6, 27, 32]

Devenir amour par l’Agneau de Dieu afin de guérir notre être de sa soif et de sa faim d’amour et devenir avec lui pain pour les autres et non un loup jamais rassasié.

NDC