6 avril, Jn 21, 1-14 : Jeter ses filets du haut d’un building!

Home / Méditer les écritures / 6 avril, Jn 21, 1-14 : Jeter ses filets du haut d’un building!

Évangile :
Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord du lac de Tibériade, et voici comment. Il y avait Simon-Pierre, avec Thomas, dont le nom signifie « Jumeau », Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque; or, ils passèrent la nuit sans rien prendre.
Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne le savaient pas que c’était Jésus. Il les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson? » Ils lui répondent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à la droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le ramener tellement il y avait de poisson.
Alors le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur! » Quand Simon-Pierre l’entendit déclarer que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.
Les autres disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons : la terre n’était qu’à une centaine de mètres. En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. » Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu’à la terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
Jésus dit alors : « Venez déjeuner. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu? » Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche, prend le pain et le leur donne, ainsi que le poisson.
C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.
Commentaires :
Nous sommes au 21e siècle, le temps a passé depuis la résurrection de Jésus. L’emprise de la mort est toujours là, le mal continue à faire ses ravages avec ses chars d’assaut. Malgré tous nos progrès scientifiques, nous ne parvenons pas à fournir de l’eau et de la nourriture à tous, à distribuer des médicaments, à fournir des abris convenables à tous. 21 siècles plus tard et l’obscurité est toujours aussi grande. Qui peut voir Dieu dans ce siècle et l’adorer, qui peut voir son prochain au point de l’aimer comme lui-même?
Nous partons à la pêche chacun dans nos barques sur les grands lacs de monde. L’un grimpe dans un building pour lancer ses placements sur la ville et attraper quelques profits, l’autre enfile un costume pour conduire un bus et fait sa ronde interminable dans la ville afin de recevoir son salaire. Le temps passe, un instant n’attend pas l’autre et la journée s’achève, l’année et la vie. Les cloches de Pâque ont bien sonné pour lancer au vent la nouvelle de la Résurrection. La résurrection de Jésus est devenue une coutume, une rencontre de famille, un échange de représentations en chocolat.
La nuit des temps s’écoule. La barque de l’Église est toujours au large sur les lacs des cités. Les disciples lancent les filets pendant la nuit. Ils ne savent plus très bien s’ils sont pêcheurs d’hommes ou pêcheurs pour assurer leur survie dans la nuit obscure.
Le jour finit toujours par se lever dans l’esprit pour celui qui entretient la semence de la foi reçue en lui. « La foi est le moyen de posséder déjà ce qu’on espère, et de connaître des réalités qu’on ne voit pas. » (He 11,1) La foi permet de voir les réalités que nous ne pouvons voir. Jésus veut faire grandir ce regard en nous afin que nous puissions être toujours avec lui pour traverser cette vie dans l’amour qu’il est venu nous donner en se livrant pour nous.
« Il vaut mieux pour vous que je parte; car si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas à vous; mais si je pars, je vous l’enverrai » Jésus veut ouvrir les yeux de nos esprits, Dieu est esprit et c’est dans l’esprit que sont les véritables adorateurs de Dieu. Les disciples voient quelqu’un les appeler du rivage, ils ne savent pas que c’est Jésus. La foi ne donne pas à voir ce qui se voit, mais ce qui ne se voit pas.
Le disciple Jean reconnaîtra Jésus en voyant le filet plein de poissons et à sa suggestion : « Jetez le filet à la droite de la barque, et vous trouverez. »
Jésus va et vient, il est vu et non reconnu, il se fait reconnaître et disparaît, ce n’est pas pour jouer, mais ouvrir les yeux de la foi.
« D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. (…) Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. Je vous ai dit toutes ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. » (Jn 14, 19-20; 28-29) Jésus fait toutes ces choses pour que les disciples croient, qu’ils ouvrent leurs yeux à des réalités qu’on ne peut voir sans la foi. Il veut ainsi demeurer présent pour toutes les générations jusqu’à la fin des temps.
« Or, sans la foi, c’est impossible d’être agréable à Dieu; car, pour s’avancer vers lui, il faut croire qu’il existe et qu’il assure la récompense à ceux qui le cherchent. » (He 11, 6) Et ceux qui le cherchent, il veut qu’ils arrivent tous ensemble à la perfection de la vie éternelle. Les prophètes qui annonçaient Jésus, Moïse, Abraham, Sarah et tous les autres avant le Christ Jésus, « c’est dans la foi qu’ils sont morts sans avoir connu la réalisation des promesses; mais ils l’avaient vue et saluée de loin, affirmant que, sur la terre, ils étaient des étrangers et des voyageurs. (…) Et, bien qu’ils aient tous reçu le témoignage de Dieu à cause de leur foi, ils n’ont pas connu la réalisation de la promesse. En effet, pour nous, Dieu avait prévu mieux encore, et il ne voulait pas les faire arriver sans nous à la perfection. » (He 11,13; 39-40)
Jésus nous montre bien où il se donnera à voir avec les yeux de la foi pour toutes les générations afin que personne n’arrive sans tous les autres à la perfection de l’amour. Jésus s’approche, prend le pain et le leur donne, ainsi que le poisson.
« Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui. De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi. Tel est le pain qui descend du ciel : il n’est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts; celui qui mange ce pain vivra éternellement. » (Jn 6, 54-58)
Comment reconnaître ce pain de vie sans reconnaître le don de sa vie pour payer notre rançon à la mort et nous faire renaître dans l’Esprit-Saint?
Il faut aussi nous livrer pour les autres en nous nourrissant de son don de lui-même afin que nous aimions comme il nous a aimés.
NDC