7 nov, Lc 14, 15-24, Amène ici les pauvres, les estropiés

Home / Méditer les écritures / 7 nov, Lc 14, 15-24, Amène ici les pauvres, les estropiés

Évangile :
Au cours du repas chez un chef des pharisiens, en entendant parler Jésus, un des convives lui dit : « Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu! » Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde. À l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités :
« Mais tous se mirent à s’excuser de la même façon. Le premier lui dit : Un autre dit : Un troisième me dit :
« À son retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Plein de colère, le maître de maison dit à son serviteur : Le serviteur revint lui dire : Le maître dit alors au serviteur :< Va sur les routes et dans les sentiers, et insiste pour faire entrer les gens, afin que ma maison soit remplie. Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne profitera de mon dîner. »
Commentaires :
« Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi. » (Matthieu 5:11) « et heureux celui qui ne trébuchera pas à cause de moi!" » ( Matthieu 11:6) «"Heureux (…) ceux qui écoutent la parole de Dieu et l'observent!" » (Luc 11:28) « "Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! » (Luc 10:23) « Heureux ce serviteur que son maître en arrivant trouvera occupé de la sorte! » (Matthieu 24:46) « Heureux ces serviteurs que le maître en arrivant trouvera en train de veiller! En vérité, je vous le dis, il se ceindra, les fera mettre à table et, passant de l'un à l'autre, il les servira. » (Luc 12:37) « Mais lorsque tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles; heureux seras-tu alors de ce qu'ils n'ont pas de quoi te le rendre! Car cela te sera rendu lors de la résurrection des justes." A ces mots, l'un des convives lui dit: "Heureux celui qui prendra son repas dans le Royaume de Dieu!"» (Luc 14:13-15) Oui, l’heure vient où chacun recevra à la mesure qu’il a mesuré pour les autres, l’heure vient aussi sûr que l’heure où l’aube se lève après la nuit, l’heure où la tendresse donnée sera rendue, où l’amour donné dans l’obscurité et les ténèbres sans autre réponse que le mépris dévoilera la puissance de sa vérité. L’heure vient et elle est déjà présente au cœur de celui qui vit en présence de l’Éternel Présent, l’heure vient pour celui qui n’a reculé devant rien en ce monde pour allumer ce feu qui le chauffait dans le cœur du prochain, l’heure vient pour celui qui a couru sur le chemin pour annoncer la bonne nouvelle de la fin des larmes. Mais en attendant la fin des tristesses, heureux êtes-vous quand vous pleurez, heureux êtes-vous quand vous pleurez avec ceux qui pleurent, heureux êtes-vous quand vous consolez ceux qui pleurent, que vous réconfortez celui qui a faim, qui a soif, qui est seul, qui est prisonnier, heureux êtes-vous quand vous donnez l’espérance de cette heure quand vous témoignez de cet amour. Oui, dans l’esprit, il est déjà là ce festin auquel Dieu nous invite en son Fils : « Qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle et je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson. Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé et que je vis par le Père, de même celui qui me mange, lui aussi vivra par moi. Voici le pain descendu du ciel; il n'est pas comme celui qu'ont mangé les pères et ils sont morts; qui mange ce pain vivra pour toujours." Tel fut l'enseignement qu'il donna en synagogue à Capharnaüm. Après l'avoir entendu, beaucoup de ses disciples dirent: "Elle est dure, cette parole! Qui peut l'écouter?" Mais, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce propos, Jésus leur dit: "Cela vous scandalise? Et quand vous verrez le Fils de l'homme monter là où il était auparavant? C'est l'esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. » » (Jean 6:54-63)
Venez, le repas est prêt. Mais qui peut se nourrir de ce pain qui est chair dans l’esprit : « Moïse dit au peuple: "Souvenez-vous de ce jour, celui où vous êtes sortis d'Égypte, de la maison de servitude, car c'est par la force de sa main que Yahvé vous en a fait sortir, et l'on ne mangera pas de pain levé. Yahvé dit à Moïse: "Je vais faire pleuvoir pour vous du pain du haut du ciel. Les gens sortiront et recueilleront chaque jour leur ration du jour; je veux ainsi les mettre à l'épreuve pour voir s'ils marcheront selon ma loi ou non.» (Exode 13:3-4) Mais le peuple trouvait ce pain sans saveur : « Il parla contre Dieu et contre Moïse: "Pourquoi nous avez-vous fait monter d'Égypte pour mourir en ce désert? Car il n'y a ni pain ni eau; nous sommes excédés de cette nourriture de famine." » (Nombres 21:5) « Il t'a humilié, il t'a fait sentir la faim, il t'a donné à manger la manne que ni toi ni tes pères n'aviez connue, pour te montrer que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais que l'homme vit de tout ce qui sort de la bouche de Yahvé. » (Deutéronome 8:3) Si la parole de Dieu te dit voici le pain qui te gardera en vie pour traverser le désert, c’est le seul pain qui peut te conduire là où tu mangeras le pain du festin : « Quel est d'entre vous l'homme auquel son fils demandera du pain, et qui lui remettra une pierre? (…) Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux en donnera-t-il de bonnes à ceux qui l'en prient!» (Matthieu 7:9.11) « Or, tandis qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant: "Prenez, mangez, ceci est mon corps." » (Matthieu 26:26) « "Il est écrit: Ce n'est pas de pain seul que vivra l'homme." » (Luc 4:4) « Et il advint, comme il était à table avec eux, qu'il prit le pain, dit la bénédiction, puis le rompit et le leur donna. » (Luc 24:30) « Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur a donné à manger du pain venu du ciel." Jésus leur répondit: "En vérité, en vérité, je vous le dis, non, ce n'est pas Moïse qui vous a donné le pain qui vient du ciel; mais c'est mon Père qui vous donne le pain qui vient du ciel, le vrai; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et donne la vie au monde." Ils lui dirent alors: "Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là." Jésus leur dit: "Moi, je suis le pain de vie. Qui vient à moi n'aura jamais faim; qui croit en moi n'aura jamais soif.» (Jean 6:31-34) « Les Juifs alors se mirent à murmurer à son sujet, parce qu'il avait dit: "Moi, je suis le pain descendu du ciel." Ils disaient: "Celui-là n'est-il pas Jésus, le fils de Joseph, dont nous connaissons le père et la mère? Comment peut-il dire maintenant: Je suis descendu du ciel?"» (Jean 6:41-42) Ils se mirent tous à refuser son invitation. « es Juifs alors se mirent à discuter fort entre eux; ils disaient: "Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger?" » (Jean 6:52) C’est la prostituée qui viendra se jeter à ses pieds, l’aveugle de naissance qui lui criera de venir à son secours, ce sont les pauvres qui entendront sa parole et qui viendront à la table du seul pain qui peut nous donner la vie :« Parce qu'il n'y a qu'un pain, à plusieurs nous ne sommes qu'un corps, car tous nous participons à ce pain unique. » (1 Corinthiens 10:17) « Chaque fois en effet que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. » (1 Corinthiens 11:26) « La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas communion au sang du Christ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas communion au corps du Christ? » (1 Corinthiens 10:16) Heureux qui mange de ce pain qui est communion au corps du Christ pour ne faire qu’un avec lui et tous les autres et construire l’Église qui annonce le monde nouveau dans le monde ancien. Heureux ceux qui acceptent l’invitation du pain de l’amour car il devient ce qu’il est ce pain par la mort du Christ pour nous et en y communiant il nous élève mais pour le manger il faut s’abaisser et partir avec rien car nous n’avons rien : « "Ne prenez rien pour la route, ni bâton, ni besace, ni pain, ni argent; n'ayez pas non plus chacun deux tuniques. » (Luc 9:3) Ne prenez rien car on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres, il est notre force, notre soutien, notre sécurité, notre nourriture, notre richesse, notre vêtement, ce rien qui deviendra dans la lumière de sa lumière notre tout.
Ne prenez rien afin d’être comme celui qui n’a rien et qui reconnaît que dans l’invitation au banquet où il ne semble y avoir rien, c’est le lieu de la plus grande richesse en ce monde et dans celui qui vient…. Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne profitera de mon dîner. »
« Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne profitera de mon dîner. »
NDC