7 oct, Lc 10, 17-24 : Se réjouir de vivre dans la lumière de la vie!

Home / Méditer les écritures / 7 oct, Lc 10, 17-24 : Se réjouir de vivre dans la lumière de la vie!

Évangile :
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. » Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Vous, je vous ai donné pouvoir d’écraser serpents et scorpions et pouvoir sur toute la puissance de l’Ennemi; et rien ne pourra vous faire du mal. Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »
Jésus exultant de joie sous l’action de l’Esprit-Saint dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m’a été confié par mon Père, personne ne connait qui est le Fils, sinon le Père; et personne ne connait le Père, sinon le fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! Car je vous le déclare : Beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »
Commentaires :
« Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. » Il ne s’agit pas de se réjouir du pouvoir reçu par Jésus et de son exercice. Il s’agit de se réjouir de cette plénitude de vie qui se répand en nous, telle une lumière chassant l’obscurité et tout ce qui se nourrit de l’ombre. Dans le monde, il y a une lumière qui n’éclaire pas ce qui n’est pas apparent. « Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme; il venait dans le monde. » (Jn 1, 7) Elle éclaire du dedans et transparait à travers celui qui la porte. Elle lui permet de voir Dieu dans la moindre feuille, comme dans la couleur du ciel. Tout se transfigure par cette lumière du Christ : « Oui, de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. Car la Loi fut donnée par Moïse; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Nul n’a jamais vu Dieu; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l’a fait connaitre. » (Jn 1, 16-18)
Les disciples sont étonnés que les esprits mauvais leur obéissent en son nom. Ils devraient être tout aussi surpris de voir ce qu’ils ne voyaient pas autrefois. Ils voient ce qui n’est pas lumière s’enfuir à l’approche de la lumière. Il faut se réjouir d’être vivant de cette lumière qui fait reconnaitre celui qui révèle que Dieu est Amour.
« Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas saisie. » (Jn 1, 4-5) Il faut se réjouir d’être dans cette lumière qui fait tomber du ciel l’obscurité de la nuit à l’instant où elle transparait à travers ceux qui la portent. Rien ne peut faire du mal à celui qui porte la lumière, rien ne peut obscurcir la lumière, car les ténèbres ne sont pas une source. Nous n’allumons pas l’obscurité, nous fermons la lumière et l’obscurité prend place. Il ne faut pas se réjouir du pouvoir d’allumer la lumière ou de l’éteindre, mais d’être source de la lumière par la foi en celui qui est la lumière venant en ce monde. « Je suis la lumière du monde. Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie. » (Jn 8,12) Être vivant par cette lumière qui permet de demeurer dans l’amour. Car Dieu est Amour, celui qui demeure dans l’amour, demeure en Dieu et brille de cette lumière qui chasse l’obscurité de ce qui n’est pas amour. Il faut se réjouir de vivre dans l’amour, car Dieu est Amour et celui qui vit en Dieu demeure dans l’Amour.
La lumière de la vie est en ce monde et pourtant beaucoup trop fuient cette lumière préférant amasser des trésors dans le monde apparent, sans souci du trésor du cœur qui s’enrichit par l’amour de Dieu et du prochain.
« Et tel est le jugement : la lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises. Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, afin que soit manifesté que ses oeuvres sont faites en Dieu. » (Jn 1, 19-21)
Réjouissez-vous d’aimer la lumière de la vie. Réjouissez-vous de reconnaitre que vos œuvres sont mauvaises et de ne pas craindre de venir à la lumière : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu — et ils sont justifiés par la faveur de sa grâce en vertu de la rédemption accomplie dans le Christ Jésus : Dieu l’a exposé, instrument de propitiation par son propre sang moyennant la foi; il voulait montrer sa justice, du fait qu’il avait passé condamnation sur les péchés commis jadis au temps de la patience de Dieu; il voulait montrer sa justice au temps présent, afin d’être juste et de justifier celui qui se réclame de la foi en Jésus. Où donc est le droit de se glorifier? » (Rom 3, 23-27)
Comment Dieu en son Fils qui se fait si petit pour renverser notre grandeur illusoire et nous élever à la dignité d’enfant de Dieu, pourrait-il dévoiler sa lumière à celui qui se croit grand en ce monde? Qui peut voir la lumière de l’amour de Dieu sur la croix, sinon celui qui accueille la lumière de celui qui vient de Dieu? Où seront-ils les soixante-douze au moment de l’élévation de Jésus sur la croix?
« Pour peu de temps encore la lumière est parmi vous. Marchez tant que vous avez la lumière, de peur que les ténèbres ne vous saisissent : celui qui marche dans les ténèbres ne sait pas où il va. Tant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin de devenir des fils de lumière. » (Jn 12, 35-36)
Jésus exulte de joie sous l’action de l’Esprit Saint, il exulte de joie, lui qui « de condition divine, ne retient pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’anéantit lui-même, prenant condition d’esclave, et devenant semblable aux hommes. S’étant comporté comme un homme, il s’humilia plus encore, obéissant jusqu’à la mort, et à la mort sur une croix! » (Ph 2, 6-8) Il exulte de joie, celui qui traversera les pires tourments pour nous faire vivre de sa vie, cette vie qui est lumière de vie éternelle, cette vie qui est amour. Il exulte de joie, une joie que rien ne peut lui ravir, ni les Hérode de ce monde, les Pilate, les Grands Prêtres, les scribes, les pharisiens, les coups, les crachats.
Il exulte de joie que le plus petit en ce monde, comme le plus grand, le plus ignorant, comme le plus savant, le plus pauvre comme le plus riche pourront venir à lui, en se faisant petits.
« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » Un Dieu qui se fait si petit parmi nous ne peut être reconnu que par les tout-petits. Un Dieu qui se fait serviteur de tous ne peut être reconnu que par ceux qui se mettent au service des autres. Un Dieu qui donne sa vie pour les autres ne peut être reconnu et vu que par ceux qui donnent leur vie par amour pour les autres. N’est-ce pas dans cette mort par amour pour les autres que nous pouvons reconnaitre cette lumière de vie qui est plus forte que les ténèbres de la mort?
Jésus se tourne vers les disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez! Car je vous le déclare : Beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »
« C’est dans la foi qu’ils moururent tous sans avoir reçu l’objet des promesses, mais ils l’ont vu et salué de loin, et ils ont confessé qu’ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre. Ceux qui parlent ainsi font voir clairement qu’ils sont à la recherche d’une patrie. Et s’ils avaient pensé à celle d’où ils étaient sortis, ils auraient eu le temps d’y retourner. Or, en fait, ils aspirent à une patrie meilleure, c’est-à-dire céleste. Dieu n’a pas honte de s’appeler leur Dieu; il leur a préparé, en effet, une ville… » (Hé 11, 13-16)
Le Royaume de Dieu est vraiment proche, il est descendu parmi vous, il peut être en vous et vous donner une joie que nul et rien en ce monde ne pourra vous ravir.
NDC