8 février, Lc 8, 1-3 : Le baume et le parfum

Home / Méditer les écritures / 8 février, Lc 8, 1-3 : Le baume et le parfum

Évangile :
Jésus proclamait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qu’il avait délivrées d’esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons), Jeanne, femme de Kouza, l’intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les aidaient de leurs ressources.
Commentaires :
En Afghanistan, une femme a été tuée pour avoir travaillé à la télévision.
Une petite fille de 6 ans est traînée jusqu’aux toilettes par sa tante. Des femmes s’agitent autour de la fillette à qui l’on retire la jupe. Deux femmes la saisissent aux bras et la couchent sur le plancher froid. Elle voit dans la main de l’une des femmes une lame de rasoir. L’enfant ignore ce qu’est l’excision et ne comprend pas pourquoi ces femmes se jettent sur elle. Elle crie en vain. Aucun secours, le supplice se poursuit. L’exciseuse la saisit d’une main au bas du ventre tandis que son autre main s’élance pour lui sectionner la chair. La petite fille lance des hurlements comme un enfant sous les crocs d’un loup. La lame de l’exciseuse se lève à nouveau… Quelques secondes qui sont une éternité. Le sang gicle, on lui lance de l’eau. Sa tante prend sa main pour la relever. L’horreur est dans les yeux de la petite. Les cadeaux n’atténuent pas ces instants de cauchemar. Près de 140 millions de femmes sont excisées dans le monde. Aujourd’hui, 6000 enfants vivront ce cauchemar.
Qu’est-ce qu’une femme? Un manuel scolaire utilisé dans l’État indien conservateur du Rajasthan (ouest) compare la femme au foyer à l’âne, estimant le second cependant plus fidèle et se plaignant moins que la première, rapporte un quotidien The Times of India.
Qui n’a pas entendu parler de la surmasculinité et des discriminations des femmes en Asie du Centre et du Centre-Sud. Il y a un déficit de 60 à 100 millions de femmes dans le monde, majoritairement en Asie, où l’on privilégie la naissance de garçons à celle des filles. Qu’est-ce qu’une femme? Combien de pays lui refusent-ils la scolarisation pour la maintenir dans la soumission? Elle devient un bien à acquérir pour plusieurs hommes afin de parader leur virilité. Ne négligeons pas de souligner entre autres « l’hypersexualisation » des médias et de la publicité dans nos sociétés occidentales avec toutes les conséquences sur la perception de la femme.
Si aujourd’hui la condition de la femme est encore à faire évoluer, imaginez-vous au temps de Jésus ce que pouvait être sa condition dans le monde! « Dans le paganisme, la femme était considérée comme un objet de plaisir, une marchandise, un capital de travail; dans le judaïsme, elle était marginalisée, avilie. » (Jean-Paul II, Allocution du 29 avril 1979 [trad. alt. Tournay])

Qui mieux que les femmes pouvaient entendre la portée de la bonne nouvelle du règne de Dieu, annoncée par Jésus? Un baume précieux se répandait sur ce qu’elles étaient dans la société, un baume que lui rendra bien Marie-Madeleine en versant sur ses pieds un parfum précieux. Il n’y avait rien d’avilissant pour elle, de prendre ses cheveux pour lui essuyer les pieds, car personne ne lui avait fait prendre conscience de sa dignité, de sa préciosité comme Jésus l’a fait.
Judas dans sa tête d’homme ne verra rien de cette scène, ne ressentira rien devant cette intuition de Marie-Madeleine qui vient à sa manière annoncer la mort de Jésus qui fera de chacun des enfants de Dieu. « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. (Gal 3:28 -29)
NDC