8 nov, Lc 14, 25-33, La science et ses inévitables limites.

Home / Méditer les écritures / 8 nov, Lc 14, 25-33, La science et ses inévitables limites.

Évangile:
De grandes foules faisaient route avec Jésus; il se retourna et leur dit : « Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher derrière moi ne peut pas être mon disciple.
« Quel est celui d’entre vous qui veut bâtir une tour, et qui ne commence pas par s’asseoir pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout? Car, s’il pose les fondations et ne peut pas achever, tous ceux qui le verront se moqueront de lui : ¨
« Et quel est le roi qui part en guerre contre un autre roi, et qui ne commence pas par s’asseoir pour voir s’il peut, avec dix mille hommes, affronter l’autre qui vient l’attaquer avec vingt mille? S’il ne le peut pas, il envoie, pendant que l’autre est encore loin, une délégation pour demander la paix.
« De même, celui d’entre vous qui ne renonce pas à tous ses biens ne peut pas être mon disciple. »
Commentaires :
Qui veut bâtir une tour doit mettre toute son énergie dans cette construction et pour cela il quitte toutes ses occupations habituelles. Ainsi celui qui part à la guerre laisse père, mère, enfant pour le combat. Ne faut-il pas renoncer à tout lorsque notre devoir nous appelle au combat pour le droit? Y a-t-il un combat plus important que celui de notre libération du mal et de la mort?
Il faut s’asseoir pour voir si nous avons ce qu’il faut pour aller jusqu’au bout… Le problème ne se pose pas lorsque tout va bien pour nous, santé, prospérité, famille et quoi encore. Mais le jour vient où la mort inévitable se présentera avec son armée. Il vient tôt pour certains et tard pour d’autres. Il vient de manières diverses avec tout son attirail pour nous enlever notre liberté et nous enfoncer dans la tristesse et le désespoir.
Qui peut l’affronter ce jour? Les scientifiques répondent les uns. Mais ces savants ne pourront jamais libérer qui que ce soit de la mort. Ils pourront la retarder, mais elle aura toujours le dernier mot sur l’ensemble de la planète et de la galaxie, car nous le savons, les étoiles meurent aussi. Ils ne pourront pas plus rendre justice à tous ceux qui sont déjà morts et à ceux qui ne pourront naître.
D’autres se donneront une réponse philosophique en se disant que de toute manière le vide aura le dernier mot aussi bien profiter de ce temps pour boire et manger avant de retourner au vide. Le risque est bien grand de tout miser sur des mots et d’arriver devant la mort sans préparation, devant la souffrance sans avoir cherché de sens.
Jésus se présente comme celui qui descend dans la mort pour ouvrir un passage, il se présente comme celui qui nous libère à jamais de la souffrance, pas seulement ceux qui sont là ou qui viennent, mais tous ceux qui sont déjà morts. Je suis la résurrection et la vie dit-il. Je suis le chemin, la vérité et la vie… proclame-t-il. Vous me tuerez et dans ma mort c’est la mort qui trouvera la mort. La mort devient en Jésus un passage qui ne suscite plus de crainte, mais qui au contraire devient nécessaire pour accéder à la vie en santé à jamais. N’est-ce pas ce que nous cherchons, la santé, la richesse, la joie, la paix du cœur?
Eh bien pour se préparer à ce passage, il faut à chaque jour mourir avec le Christ Jésus pour vivre l’amour qu’il nous invite à vivre et pour cela il faut savoir quitter tous ces amours qui nous échapperont de toute manière et s’ancrer dans la relation vivante avec le Christ pour faire revivre nos relations avec ceux que nous aimons.
C’est pourquoi il faut décider d’aimer plus que tout celui qui nous aime plus que tout, au point où il quitte tout pour nous sauver, il descend même dans la mort et la souffrance afin que sa présence en ces lieux puisse nous aider à les vaincre lorsque nous les traverserons.
Il faut vraiment renoncer à tout pour que Jésus puisse se battre pour nous devant ce que nous ne pouvons rien pas plus que toutes les armées de la terre réunies.
Cette croix qu’il porte pour nous doit nous donner de porter la nôtre chaque jour et ne pas désespérer et demeurer dans l’amour de don, cet amour qui nous a donné à nous-mêmes pour que nous nous donnions à lui afin de nous achever pour être l’image de Dieu qui nous a tout donné et qui ne cesse de se donner à tout instant, un amour qui est source de tout amour.
NDC