9 fév, Mc 7, 31-37, Le sourd que Jésus fait entendre

Home / Méditer les écritures / 9 fév, Mc 7, 31-37, Le sourd que Jésus fait entendre

Évangile :
Jésus quitta la région de Tyr; passant par Sidon, il prit la direction du lac de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole.
On lui amène un sourd-muet, et on le prie de poser la main sur lui. Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, prenant de la salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi. » Ses oreilles s’ouvrirent; aussitôt sa langue se délia, et il parlait correctement.
Alors Jésus leur recommanda de n’en rien dire à personne; mais plus il le leur recommandait, plus ils le proclamaient. Très vivement frappés, ils disaient : « Tout ce qu’il fait est admirable; il fait entendre les sourds et parler les muets. »
Commentaires :
Jésus quitte Tyr, l’îlot rocheux où il voulait se retirer pour prier parmi les païens. Il part dans la direction du lac de Galilée pour se rendre directement dans un territoire encore une fois païen, la Décapole. Ce territoire est nommé ainsi à cause du nombre de ses villes (en grec « deka »/dix et « polis »/ville). Ce territoire était habité principalement par des Grecs. Jésus y était connu. (voir Mt 4:25)
Pourquoi Jésus part-il vers ce territoire et non pas vers Jérusalem? Pourquoi dans des villes païennes? N’est-ce pas l’Esprit qui le conduit vers les endroits où il doit se rendre? N’est-ce pas l’Esprit qui le pousse au désert? Jésus est poussé par l’Esprit et se laisse conduire par Lui pour aller là où il doit être afin d’annoncer la Bonne nouvelle aux pauvres. L’Esprit Saint ne fait qu’un avec Jésus et le Père. Et Jésus, poussé par l’Esprit, parcourt nos chemins.
Pensons à l’Esprit qui confirme sa présence sur lui à son baptême : « Or, comme tout le peuple était baptisé, Jésus, baptisé lui aussi, priait; alors le ciel s’ouvrit; l’Esprit Saint descendit sur Jésus sous une apparence corporelle, comme une colombe et une voix vint du ciel : “Tu es mon fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré. (Lc 3,21-22)
Pensons à l’Esprit qui le mène au désert pour son combat spirituel :” Jésus, rempli de l’Esprit Saint, revint du Jourdain, et il était conduit dans le désert par l’Esprit pendant quarante jours, et il était tenté par le diable ». (Luc 4,1-2)
Pensons à l’Esprit qui le mène à la synagogue de son village pour confirmer sa mission : « Il vint à Nazareth où il avait été élevé. Suivant la coutume, il entra le jour du sabbat dans la synagogue, et il se leva pour faire la lecture. On lui donna le livre du prophète Isaïe et, en le déroulant, il trouva le passage où il est écrit : “L’Esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a conféré l’onction pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres.”
Pensons à sa louange au Père sous l’action de l’Esprit Saint : “A l’instant même, Jésus exulta sous l’action de l’Esprit Saint et dit : ‘Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d’avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l’avoir révélé aux tout petits.’
Jésus n’est pas un itinérant qui ne va nulle part, un mangeur d’asphalte comme dirait Jack Kerouac, quelqu’un avec des ‘semelles de vent’ comme le dit Rimbaud. Jésus sait où il va, en se laissant pousser par l’Esprit.
Voilà Jésus dans le territoire de la Décapole et on lui amène un sourd-muet. A-t-il demandé à rencontrer Jésus ainsi dépourvu de la parole et de l’ouïe? Le récit raconte qu’on lui amène le sourd et muet. Jésus l’accueille et l’emmène à l’écart de la foule pour entrer en relation personnelle avec lui. Comme il avait touché le lépreux malgré l’interdiction de la loi (voir Mc1,41), il touche les oreilles du sourd pour lui faire entendre sa dignité. Son toucher rejoint son cœur qui à l’instant se libère de l’idée de son impureté. Son cœur chante sa soudaine transparence. Le sourd ne peut que retrouver l’ouïe à l’instant où les doigts de Jésus le touchent avec autant de compassion. L’amour de Jésus ne s’arrête pas là. Il prend de la salive de sa bouche d’annonceur de la Bonne Nouvelle aux pauvres et touche la langue du muet en levant les yeux au ciel sous l’action de l’Esprit Saint il dit : ‘Effata! ’, c’est-à-dire : ‘Ouvre-toi.’. Ouvre-toi, bouche du tout petit pour annoncer la Bonne Nouvelle!
Devant son intégrité retrouvée, le sourd-muet est plein d’admiration envers Jésus et veut témoigner à haute voix de sa gérison. Jésus lui recommande de ne le dire à personne. Garde ta langue et tes oreilles pour entendre la parole de Dieu et l’annoncer partout par l’action de l’Esprit Saint.
Le vrai miracle que Jésus prépare c’est celui de la venue de l’Esprit. Il doit d’abord souffrir, mourir et le troisième jour, rescuciter. L’Esprit viendra comme des langues de feu sur chaque disciple pour les envoyer baptiser au nom du Père, du Fils et de l’Esprit : ‘Vous allez recevoir une puissance, celle du Saint Esprit qui viendra sur vous; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre’. (Ac 1,8)
Laissez-vous conduire par l’Esprit dit saint Paul aux Galates afin de produire les fruits de l’Esprit : AMOUR, JOIE, PAIX, PATIENCE, BONTÉ, BIENVEILLANCE, FOI, HUMILITÉ et MAITRISE DE SOI.

NDC