9 janv, Mc 1, 21-28, La mort et le mal ne peuvent plus dormir tranquilles

Home / Méditer les écritures / 9 janv, Mc 1, 21-28, La mort et le mal ne peuvent plus dormir tranquilles

Évangile :
Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes.
Or, il y avait dans leur synagogue un homme, tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth? Es-tu venu pour nous perdre? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu. » Jésus l’interpella vivement : « Silence! Sors de cet homme. » L’esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri.
Saisis de frayeur, tous s’interrogeaient : « Qu’est-ce que cela veut dire? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité! Il commande même aux esprits mauvais, et ils obéissaient. »
Commentaires
L’esprit mauvais tourmentait un homme bien tranquille, à qui il ne laissait point de repos. C’était une façon de satisfaire son appétit de détruire les œuvres de Dieu. L’homme avait beau se rendre à la synagogue pour trouver un peu d’apaisement, rien n’y faisait. Qui pouvait bien avoir l’autorité de le faire sortir de cet homme?
Les scribes avec toute leur science ne parvenaient pas à le faire bouger d’un cheveu. Ils s’en remettaient à la loi et de plus ils en ajoutaient, ce qui augmentait la tourmente de l’homme. Les Scribes (Sopheïm) ont commencé leur travail à l’époque d’Esdras, vers 400 av. J.-C., et l’ont achevé en 30 av. J.-C. Ils ont ajouté 1500 règles pour codifier le seul sabbat, et de 100 à 1000 règles pour codifier chacun des 613 commandements de la loi de Dieu! Ils constataient chez eux comme chez les pratiquants une incapacité à observer la loi de Dieu et, comme pour la protéger, ils construisaient un mur de lois humaines.
L’esprit mauvais sait très bien aussi que les scribes, avec toutes leurs lois, ne pourront le déloger.
Qui peut arriver à observer la loi et se prétendre juste? Tout le but de la loi donnée à Moïse n’était-il pas de convaincre l’être humain qu’il ne peut être juste et que Dieu seul est saint? Sa pauvreté à pratiquer la justice ne devait-elle pas lui donner l’humilité pour préparer son cœur brisé à reconnaître le Messie attendu? Rien n’y fait, il s’enferme dans la loi pour se prétendre juste, et ils condamneront le Juste sous prétexte qu’il n’observe pas la loi. Pourtant, il n’est pas venu abolir la loi, mais l’accomplir : Jésus meurt selon les Écritures et ressuscite selon les Écritures. (1 Co 15, 3 s.) « Y a-t-il un plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jean 15:13) Jésus mène à sa perfection la Loi ancienne, elle devient loi intérieure de l’amour, grâce de l’Esprit et donnée aux fidèles par la foi au Christ.
Imaginez le sursaut de l’esprit mauvais en voyant la lumière de Jésus par les yeux de celui qu’il tourmente. Imaginez son effroi en entendant les paroles de sa bouche. Si plusieurs aujourd’hui doutent de l’existence de Dieu, l’esprit mauvais y croit pour sa part et il le voit tel qu’il est. Car, nous qui sommes de ce monde, « Nous voyons maintenant à travers un miroir, en énigme, » (1Co 13,12) notre œil s’arrête au peu qu’il voit, croyant voir beaucoup, pourtant sa vue ne se mesure point à celle de l’aigle et bien d’autres animaux.
« Tu crois qu’il y a un seul Dieu? Tu as raison. Les démons, eux aussi, le croient, mais ils tremblent de peur. » (Jc 2, 19) S’il est reconnu comme un homme à son aspect par les scribes, il n’en est pas ainsi pour ceux qui sont dans l’esprit, les bons comme les mauvais. Jean Baptiste reconnaîtra l’Agneau de Dieu en le voyant, tout comme le mauvais esprit va reconnaître le Saint de Dieu, celui qui a autorité sur la terre comme au ciel. Lorsque le médecin soigne un malade, il distingue bien la personne malade de son mal. Sa médecine veut chasser le mal et non le malade. Ainsi Jésus vient chasser le mal et la mort. Il ne combat en rien l’être humain, il combat ce qui le garde loin de son intériorité ou la grâce de l’Esprit peut le conduire par la foi en lui sur le chemin de l’amour véritable.
Silence! Sors de cet homme que je lui donne un cœur nouveau et un esprit nouveau. « Je vous donnerai un coeur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau. J’enlèverai votre coeur de pierre, et je vous donnerai un coeur de chair. Je mettrai en vous mon esprit : alors vous suivrez mes lois, vous observerez mes commandements et vous y serez fidèles. » (Éz 36:26) Saisis de frayeur, tous ceux qui assistent à cette libération n’arrivent pas à croire ce qu’ils voient. Lorsque les tours du World Trade Center s’écroulaient, nous entendions les passants crier qu’ils ne pouvaient croire à ce qui se passait.
De voir quelqu’un commander ainsi aux esprits et se faire obéir! Qui peut y croire, qui me croira si je le raconte!
« Voulez-vous partir, vous aussi? » Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller? » (Jn 6, 60) Qui peut croire à tout cet amour? « Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. » (Jn 3, 14) et dans son aveuglement.
NDC