24 sept, Lc 9, 18-22 : Jésus priait à l’écart!

 In Non classé


Évangile :

Un jour Jésus priait à l’écart. Comme ses disciples étaient là, il les interrogea : « Pour la foule, qui suis-je? » Ils répondirent : « Jean-Baptiste; pour d’autres, Élie; pour d’autres, un prophète d’autrefois qui serait ressuscité. »

Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je? » Pierre prit la parole et répondit : « Le Messie de Dieu. »

Et il leur défendit vivement de le révéler à personne, en expliquant : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les Anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué et que, le troisième jour, il ressuscite. »

Commentaires :

Jésus se met à l’écart de ses disciples de l’extérieur, mais Jésus s’éloignait ainsi pour mieux entrer en  lui-même et se rendre au centre, dans la principale Demeure de son âme, là où se produit des choses très secrète entre Dieu et l’âme comme le dirait sainte Thérèse d’Avila, mais ici avec Jésus, c’est Dieu le Fils qui rencontre Dieu le Père dans l’Esprit, un échange d’amour intense s’instaure. Lui,  celui qui est est vraiment là où il est celui qui est. Je ne puis m’aventurer plus loin pour exprimer ce qui se passe dans l’âme de Jésus, sinon qu’il est là où il vit dans la lumière son identité de Fils de Dieu et de fils de l’homme. N’est-ce pas pour cela qu’en revenant vers eux, il demande aux disciples: « Pour la foule, qui suis-je? » et suite à leurs réponses il demande: « Et vous, que dites-vous? Pour vous, qui suis-je? »

Et comme vous savez Pierre s’exclamera: « Le Messie de Dieu. »

Oui, Jésus sait qu’il est le Messie de Dieu, il n’est pas le Messie que s’imagine le peuple, un messie politique, un messie vainqueur de l’envahisseur… et c’est bien ce que les apôtres ont de la difficulté à saisir, il est le Messie, Agneau de Dieu: « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les Anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué et que, le troisième jour, il ressuscite. » 

Jésus retourne en silence dans la Demeure pour reprendre le dialogue avec son Père dans l’Esprit, sans oublier de leur défendre vivement de le révéler à personne, car il est le Messie Agneau de Dieu comme le disait Jean-Baptiste en le voyant. 

« Notre âme est comme un château fait d’un seul diamant ou d’un cristal limpide et dans lequel il y a beaucoup d’appartements. L’âme est d’une excellente beauté et d’une grande capacité car elle a été créée semblable à Dieu. Malheureusement nous savons peu de la grandeur de notre âme à cause de la «grossière enchâssure» de ce diamant, l’enceinte de ce château. Ce château renferme de nombreuses Demeures : en haut, en bas et sur les côtés. Enfin, au centre au milieu de toutes les autres, se trouve la principale Demeure, celle où il se produit des choses très secrètes entre Dieu et l’âme. Comment pouvons-nous y entrer ? Bien que ce château soit l’âme elle-même, il y a une différence entre y être et «y être». Beaucoup d’âmes restent dans l’enceinte extérieure. Elles sont si habituées à vivre au milieu des choses extérieures qu’elles semblent impuissantes à rentrer en elles-mêmes » (Thérèse d’Avila, Le château intérieur, 1,1).

NDC